Colère et désarroi chez les démocrates américains

États-UnisLes caucus démocrates ont sombré dans le chaos lundi soir, faute de résultats. Trump a ridiculisé son opposition.

Pete Buttigieg, 38 ans et inconnu du grand public il y a encore un an, a prononcé lundi soir déjà un discours très offensif, allant jusqu’à se dire «victorieux» en Iowa, malgré l’absence de résultats.

Pete Buttigieg, 38 ans et inconnu du grand public il y a encore un an, a prononcé lundi soir déjà un discours très offensif, allant jusqu’à se dire «victorieux» en Iowa, malgré l’absence de résultats. Image: EPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nina Turner n’en revient toujours pas. Au moment de quitter mardi l’Iowa pour le New Hampshire, prochaine étape sur la route de la Maison-Blanche, la codirectrice de la campagne de Bernie Sanders exige des réponses sur le chaos dans lequel ont sombré la veille les caucus démocrates de l’Iowa. Plus de dix-huit heures après les rassemblements d’électeurs pour élire les candidats briguant l’investiture démocrate à l’élection présidentielle américaine, aucun résultat n’avait été publié. «C’est l’une des élections présidentielles les plus importantes de notre génération et cet échec épique gâche le plaisir de la personne qui a gagné», déclare la sénatrice étatique afro-américaine de l’Ohio dans une interview à la «Tribune de Genève» et «24 heures». «Le Parti démocrate nous doit beaucoup d’explications sur l’origine du problème.»

Selon CNN, l’absence de résultats a été provoquée par une erreur de programmation de l’application qui avait été lancée pour faciliter le décompte et accélérer la collecte des données. Cette transition numérique ratée a forcé les candidats démocrates à la Maison-Blanche et les électeurs à attendre pendant des heures le décompte manuel réalisé le soir du vote par des «petites mains» comme Mia Kang-James, l’une des organisatrices du caucus de Waukee, dans la banlieue de Des Moines. Un procédé fastidieux qui devait se dérouler dans les 1700 districts de l’État du Midwest. «Ils (ndlr: les organisateurs des caucus) auraient dû faire des tests avant l’élection présidentielle», poursuit Nina Turner. «Vous ne lancez pas une nouvelle application le jour J du scrutin.»

«C’est une honte pour le Parti démocrate»

Les démocrates ont balbutié leur lancement de campagne à l’aube d’une semaine faste pour Donald Trump, rythmée par son traditionnel discours sur l’état de l’union devant le Congrès mardi soir et son acquittement dans la procédure de destitution attendu mercredi au Sénat. Ce contraste entre un président américain gonflé à bloc et une opposition incapable d’organiser un événement qu’elle attendait avec impatience depuis sa défaite électorale face à Donald Trump en 2016 n’échappe pas à Nina Turner. «Nous avons donné au président Donald J. Trump le plus grand argument de l’histoire», regrette-t-elle. «C’est une honte pour le Parti démocrate. Il faudra que nous corrigions ça. Mais dans l’immédiat, cela brise l’élan du vainqueur de l’Iowa, qui est, je pense, mon candidat Bernie Sanders.»

L’absence de résultats dans l’Iowa a créé un vide et une confusion alimentée par les affirmations contradictoires des principaux candidats. Pete Buttigieg, le cadet à 38 ans de la course à la Maison-Blanche, a affirmé dès lundi soir à Des Moines qu’il partait «victorieux» pour le New Hampshire. Il a de nouveau revendiqué ce succès mardi en s’appuyant sur les chiffres de sa campagne recueillis dans 70% des 1700 districts de l’État du Midwest. Il y aurait obtenu 24,7% des voix.

Dans le camp de Bernie Sanders, on a aussi clamé dès lundi soir une victoire sur la base de résultats internes recueillis dans 40% des bureaux de vote. Selon ces chiffres, le sénateur du Vermont âgé de 78 ans serait en tête avec 28,62% des voix, devant Pete Buttigieg (25,71%) et la sénatrice Elizabeth Warren (18,42%). L’ancien vice-président Joe Biden, 77 ans, n’arriverait que quatrième, avec 15,08%.

Un président qui se «délecte du chaos»

«Normalement, nous sommes supposés avoir un gagnant et beaucoup de perdants dans l’Iowa, mais là, nous n’avons rien», réagit Chris Matthews, l’un des journalistes-vedettes de MSNBC, la chaîne de télévision progressiste aux États-Unis. Il ajoute en plaisantant: «Nous aurions bien besoin des Suisses et de leur sens de l’organisation pour ces caucus. C’est en tout cas Donald Trump qui va bien rire!»

Le président des États-Unis s’est délecté du chaos régnant dans l’opposition dans l’attente de résultats officiels partiels qui devaient être annoncés mardi vers 23h00, heure suisse: «Les caucus démocrates sont un désastre sans limite», a-t-il affirmé dans un tweet. «Rien ne marche, exactement comme à l’époque où ils dirigeaient le pays.» Donald Trump s’est aussi réjoui sur Twitter de son écrasante victoire dans les caucus républicains face à deux adversaires quasi inconnus lundi soir: «La seule personne qui puisse clamer une grande victoire dans l’Iowa la nuit dernière est Trump.»

Créé: 04.02.2020, 21h59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Classement des retraits de permis: Genève bon élève
Plus...