Trump défie Bob Woodward,le journaliste qui fit tomber Nixon

États-Unis L’enquêteur qui a révélé le scandale du Watergate publie un livre à charge contre le président. Lequel contre-attaque.

Avec Carl Bernstein, Bob Woodward avait révélé le scandale du Watergate qui avait fait tomber Richard Nixon, en 1974. Ce pedigree donne du poids à son livre sur Donald Trump. KEYSTONE

Avec Carl Bernstein, Bob Woodward avait révélé le scandale du Watergate qui avait fait tomber Richard Nixon, en 1974. Ce pedigree donne du poids à son livre sur Donald Trump. KEYSTONE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une présidence en pleine «crise de nerfs». Un secrétaire à la Défense qui justifie ses décisions face à Donald Trump en lui expliquant qu’il veut «empêcher une Troisième Guerre mondiale». Un chef de cabinet qui traite son patron d’«idiot» et affirme à ses collègues que Donald Trump est en «roue libre». Ou encore, un conseiller économique qui cache une lettre pour empêcher le président de la signer et l’empêcher de retirer les États-Unis d’un accord commercial avec la Corée du Sud.

Voici la première esquisse du portrait accablant que dresse Bob Woodward de la présidence de Donald Trump dans son livre «Fear: Trump in the White House» (Peur: Trump à la Maison-Blanche) à paraître le 11 septembre. Le journaliste du «Washington Post», qui avait révélé en 1973 le scandale du Watergate avec son collègue Carl Bernstein, a aussitôt fait l’objet d’une pluie de tweets de la part de Donald Trump et de communiqués émanant de la Maison-Blanche pour tenter de contrer ses révélations.

Le président a estimé que le livre était «frauduleux», «inventé», «discrédité» et «ennuyeux». John Kelly, le chef de cabinet de l’administration Trump, a pour sa part affirmé dans un communiqué n’avoir jamais traité Donald Trump d’«idiot».

Comme un écolier

Jim Mattis, le secrétaire à la Défense qui aurait également comparé Donald Trump à un «élève de cinquième ou de sixième primaire», a aussi immédiatement critiqué le livre de Bob Woodward. «Les mots méprisants sur le président qui me sont attribués dans le livre de Woodward n’ont jamais été prononcés par moi ou en ma présence», a-t-il affirmé dans un communiqué.

Bob Woodward affirme que le secrétaire à la Défense aurait ignoré un ordre de Donald Trump en avril 2017 lui demandant de faire tuer le dictateur syrien Bachar el-Assad au lendemain d’une attaque chimique lancée par le régime de Damas. «Tuons-le, p… n! Allons-y. Tuons en plein, p… n», aurait dit Donald Trump à Jim Mattis. Une discussion que Donald Trump a nié avoir eue avec le chef du Pentagone. «Cela n’a jamais été évoqué», a-t-il assuré mercredi dans le Bureau ovale en marge de sa rencontre avec l’émir du Koweït.

Les propos attribués à John Dowd, l’avocat qui a représenté Donald Trump pendant des mois dans le cadre de l’enquête du procureur spécial Robert Mueller sur l’ingérence russe, sont particulièrement accablants dans le livre de Woodward. «Ne témoignez pas. C’est soit ça, soit une combinaison orange», aurait affirmé John Dowd à Donald Trump en faisant allusion aux combinaisons des détenus dans les prisons américaines. Le président aurait assuré à son avocat pouvoir être «un bon témoin» s’il acceptait de répondre aux questions que souhaite lui poser Robert Mueller. «Vous n’êtes pas un bon témoin, Monsieur le président. J’ai peur de ne pas pouvoir vous aider», aurait conclu John Dowd avant de démissionner le lendemain.

John Dowd a nié mardi avoir tenu de tels propos. Face aux critiques, Bob Woodward a confirmé la véracité de son livre dans un communiqué. Il a reçu le soutien de plusieurs de ses collègues du «Washington Post», qui ont souligné dans les médias américains à quel point il était un journaliste méticuleux et sérieux.

Enregistrement

Le «Washington Post» a aussi publié un enregistrement d’une conversation, le 14 août dernier, entre Donald Trump et Bob Woodward dans laquelle le président disait à l’auteur que celui-ci avait «toujours été juste» avec lui. En conclusion de leur conversation au cours de laquelle Bob Woodward affirme au président avoir des centaines d’heures d’enregistrement, Donald Trump avait donné à l’auteur sa propre version des faits: «Ce qui est juste c’est que personne n’a fait un meilleur travail que moi en tant que président.» «Je crois en notre pays», lui avait répondu Bob Woodward. «Et parce que vous êtes notre président, je vous souhaite bonne chance.» (TDG)

Créé: 05.09.2018, 22h19

Livres à charge

Donald Trump a évoqué mercredi une modification de la loi sur la diffamation dans l’espoir de faire censurer des livres comme «Fear» de Bob Woodward. «N’est-ce pas une honte que quelqu’un puisse écrire un article ou un livre, avec des histoires totalement inventées et dresser un tableau d’une personne qui est littéralement l’exact inverse des faits et s’en sortir sans punition ni frais?» s’est exclamé le président sur Twitter.

Trump avait entamé l’année 2018 au rythme des révélations de Michael Wolff, dans son livre brûlot «Fire and Fury».

L’une des sources de l’auteur, Steve Bannon, avait vu sa cote dégringoler dans le clan Trump au gré des révélations embarrassantes sur le président. À l’époque, Trump avait accusé le livre de Wolff d’être «plein de mensonges» et de «sources qui n’existent pas». La Maison-Blanche avait souligné certaines erreurs factuelles pour atténuer l’impact de «Fire and Fury».

Le mois dernier, Omarosa Manigault Newman, une ancienne conseillère de la Maison-Blanche, avait créé une polémique de courte durée en publiant
«Unhinged» (en roue libre), un portrait peu flatteur de la Maison-Blanche mais descendu en flèche par la critique.

«Fear» de Woodward représente une menace beaucoup plus sérieuse pour la présidence à l’approche des élections de mi-mandat en novembre. Woodward est un auteur respecté depuis qu’il a remporté le Prix Pulitzer en 1973 pour ses enquêtes sur le Watergate, le scandale qui a mis fin à la présidence de Richard Nixon. En 2011, Woodward avait reçu les félicitations de Trump pour son livre «Les Guerres d’Obama».

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...