Obama renforce la sécurité informatique des Etats-Unis

AttaquesBarack Obama a signé un décret pour renforcer la sécurité des infrastructures américaines stratégiques, en incitant notamment les entreprises à partager leurs informations, y compris classifiées.

Le décret a été signé quelques jours après l’annonce de nouveaux piratages informatiques contre des entreprises et des médias américains

Le décret a été signé quelques jours après l’annonce de nouveaux piratages informatiques contre des entreprises et des médias américains Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Face à la menace "grandissante" des attaques informatiques, le président américain Barack Obama a signé mardi un décret pour renforcer la sécurité des infrastructures américaines stratégiques.

"L’Amérique doit répondre à la menace grandissante des attaques informatiques. (...) J’ai signé aujourd’hui un nouveau décret qui renforcera nos défenses contre les attaques informatiques en augmentant le partage d’informations, et en développant des normes destinées à protéger notre sécurité nationale, nos emplois, et notre vie privée", a expliqué le président mardi soir au Congrès, lors de son discours sur l’état de l’Union.

"Maintenant le Congrès doit agir aussi, en adoptant les lois qui donneront au gouvernement une plus grande capacité à sécuriser nos réseaux et prévenir les attaques", a-t-il ajouté.

Menaces à signaler

Le décret, pris après l’échec de deux projets de loi devant le Congrès, incite à faire part, de façon "volontaire" et non plus obligatoire, des menaces d’attaques informatiques qui pourraient peser sur des infrastructures comme les réseaux électriques, les oléoducs ou les systèmes de distribution d’eau. Le texte donne aussi au gouvernement le pouvoir de coordonner un réseau de partage d’informations, y compris classifiées, à ce sujet.

L’Union américaine des libertés civiques (Aclu) a accueilli positivement le décret, qui "n’affecte pas négativement les libertés civiles" mais a indiqué qu’elle allait "travailler avec le gouvernement pour s’assurer que le diable ne se cache pas dans les détails", selon un communiqué publié mardi soir.

Le décret n’écarte pas la possibilité de mesures législatives, a précisé un haut responsable de l’administration. Mais "étant donné l’avenir incertain d’un texte de loi et les risques (...) le président se trouve dans une position où nous devons agir", a expliqué ce responsable sous le couvert de l’anonymat.

Nouveaux cas de piratage

Ce décret est signé quelques jours après l’annonce de nouveaux piratages informatiques contre des entreprises et des médias américains, qui ont ravivé la crainte d’une multiplication d’attaques de pirates chinois en collusion avec Pékin. Il autorise "le partage d’informations classifiées d’une manière qui protège ces informations mais qui permet une utilisation plus large afin de protéger nos infrastructures essentielles".

Le texte ne concernera pas les services aux consommateurs, considérés comme non stratégiques. "Il s’agit de protéger des systèmes et des entreprises où une attaque informatique pourrait affaiblir notre sécurité nationale", explique le responsable.

Alors que ces mesures ont soulevé des inquiétudes sur une éventuelle surveillance accrue des citoyens, ce responsable a assuré que les agences fédérales agiraient "de façon à protéger les libertés civiles et la vie privée". Ces projets avaient été retoqués par le Congrès, contestés à la fois par des associations craignant une intrusion accrue du gouvernement et par des conservateurs y voyant un renforcement de la bureaucratie.

Mesures nécessaires

Les responsables militaires américains estiment à l’inverse que ces mesures sont nécessaires pour protéger les infrastructures stratégiques.

"La menace d’attaques informatiques contre des infrastructures essentielles continue de grandir et représente un des plus grand défis auxquels nous devons répondre. La sécurité nationale et économique des Etats-Unis dépend de la fiabilité du fonctionnement de (ces) infrastructures face à de telles menaces", souligne le décret.

Le département de la Sécurité intérieure doit mettre en oeuvre ces mesures, avec le ministre américain de la Justice et la direction des renseignements. (afp/nxp)

Créé: 13.02.2013, 07h35

Articles en relation

Un lobby américain veut fliquer le Net suisse

Téléchargement Le lobby américain de l'audiovisuel et du logiciel augmente la pression sur la Suisse pour qu’elle criminalise l’échange de fichiers piratés. L’Institut fédéral pour la propriété intellectuelle en prend pour son grade. Plus...

Les USA sont la cible d’une importante cyber-attaque

Espionnage La compétitivité économique des Etats-Unis serait mise en péril par ces attaques qui proviendraient essentiellement de Chine, selon la presse américaine. Plus...

Obama peut autoriser des cyberattaques préventives

Internet En cas de menaces, le président des Etats-Unis pourrait décider d'attaquer le premier, selon un rapport secret cité par le New York Times. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...