Des millions dans les valises d'un ex-ministre

BrésilPlus de 16 millions de dollars étaient cachés dans des valises au domicile de Geddel Vieira Lima, ex-ministre du président Temer.

Encadré par la police, l'ancien ministre Geddel Vieira Lima arrive à Brasilia, plus de 16 millions de dollars en cash ont été retrouvés à son domicile. (Vendredi 8 septembre 2017)

Encadré par la police, l'ancien ministre Geddel Vieira Lima arrive à Brasilia, plus de 16 millions de dollars en cash ont été retrouvés à son domicile. (Vendredi 8 septembre 2017) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un ancien ministre du président brésilien Michel Temer a été écroué vendredi après la récente découverte de plus de 16 millions de dollars cachés dans des valises et des mallettes qui portaient ses empreintes digitales.

Sept compteuses de billets et 14 heures ont été nécessaires aux enquêteurs pour compter les liasses de billets, découvertes mardi. Il s'agit de la plus grande somme d'argent liquide saisie par la police dans l'histoire du pays.

«Les documents et témoignages, ainsi que l'expertise de l'argent saisi, montrent que Geddel Vieira Lima, aidé par Gustavo Pedreira (un reponsable local de la Protection civile, ndlr), cachaient de grandes quantités d'argent dans l'appartement», selon l'ordre d'incarcération consulté par l'AFP.

«Face à la gravité de la situation, le placement en détention apparaît urgent», poursuit la décision du juge Vallisney de Souza.

Ex responsable d'une banque publique

Geddel Vieira Lima, 58 ans, avait occupé le poste de secrétaire de la présidence brésilienne jusqu'en novembre 2016. Il avait démissionné après avoir été accusé de trafic d'influence par son collègue de la Culture, Marcelo Calero. Auparavant, de 2011 à 2013, sous la présidence de Dilma Rousseff, Geddel Vieira Lima était vice-président à la Caixa Economica Federal, une banque publique.

Membre du parti PMDB (droite) du président Temer, Geddel Vieira Lima avait été placé en détention provisoire en juillet, avant d'être libéré en août et assigné à résidence à son domicile à Salvador (nord-est). Il devait être transféré à Brasilia vendredi après-midi pour être interrogé.

La saisie de ces 51 millions de reais (16,3 millions de dollars), en billets de 50 et 100 réais répartis dans une vingtaine de valises et de mallettes dans un appartement présumé lui appartenir, a été effectuée dans le cadre de l'opération «trésor perdu», lancée dans la matinée de mardi.

Cette opération est une ramification de l'enquête «Cui Bono» sur un système de prêts frauduleux de la part de la Caixa Economica Federal au profit de divers hommes politiques, hauts fonctionnaires et chefs d'entreprises. (afp/nxp)

Créé: 09.09.2017, 00h34

Articles en relation

Nouvelles accusations contre Lula et Rousseff

Brésil Les ex-présidents brésiliens Luis Inácio Lula da Silva et Dilma Rousseff ont été inculpés mardi de corruption et de formation d'un cartel. Plus...

Après le faste olympique, Rio en plein marasme

Brésil Les incertitudes quant à l'utilisation des installations olympiques sont le cadet des soucis des 6,5 millions d'habitants. Plus...

Michel Temer échappe à un procès

Brésil Le vote du Parlement, mercredi, épargne au président brésilien un procès pour corruption passive. Plus...

Journée décisive pour le président Temer

Brésil Un vote crucial au Parlement brésilien doit décider du sort du président mercredi. Michel Temer pourrait être écarté du pouvoir. Plus...

Corruption: Lula inculpé pour une nouvelle affaire

Brésil L'ex-président brésilien a été inculpé mardi pour une nouvelle affaire de corruption et blanchiment d'argent. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...