Condamnés à mort à la chaîne dans l’Arkansas

Etats-UnisL’Etat conservateur a décidé d’accélérer la cadence des exécutions pour cause de péremption du produit létal.

Image: Getty Images

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’Arkansas a enclenché lundi le compte à rebours pour huit condamnés à mort. L’Etat du sud des Etats-Unis a confirmé avoir pu se procurer assez de chlorure de potassium, l’un des composants utilisés dans les injections létales, pour pouvoir exécuter ces détenus dans une période de dix jours en avril.

L’Arkansas, qui n’a plus pratiqué d’exécution depuis 2005, avait vu ses stocks de chlorure de potassium atteindre leur date de péremption à la fin de janvier. Et ses réserves de midazolam, un puissant sédatif également utilisé dans les injections létales, arrivent à échéance à la fin d’avril, d’où la récente décision d’Asa Hutchinson, le gouverneur républicain de l’Arkansas, d’accélérer la cadence des mises à mort.

Don Davis et Bruce Earl Ward doivent être exécutés le 17 avril. Trois jours plus tard, Ledelle Lee et Stacey Johnson doivent être mis à mort, avant que l’Arkansas n’exécute Marcell Williams et Jack Jones le 24 avril. Puis ce sera au tour de Jason McGehee et Kenneth Williams, les derniers sur la liste, le 27 avril.

Bataille judiciaire

Jeff Rosenzweig, l’un des quatre avocats représentant les détenus, nous a confirmé que le destin de ces huit hommes était en partie lié. Au début du mois de mars, la Cour suprême de l’Arkansas avait rejeté une tentative des avocats de la défense de bloquer ces exécutions en affirmant que les injections létales provoquaient des «souffrances atroces».

Jeff Rosenzweig a fait part de sa détermination à poursuivre cette bataille légale pour tenter de sauver ses clients et souligné son intention de forcer l’Arkansas à révéler où il s’était procuré du chlorure de potassium. Dans une autre interview accordée au Commercial, un journal local, il a assuré que l’utilisation de midazolam provoquerait un «désastre majeur».

La décision de programmer huit exécutions en dix jours a provoqué une vive émotion dans l’Etat d’où est originaire Bill Clinton. «Le destin de huit hommes est lié à la date de péremption d’un sédatif», s’indigne Furonda Brasfield, la directrice de la Coalition de l’Arkansas contre la peine de mort. «Cette exécution de masse prévue le mois prochain est totalement inédite.» Pour justifier son combat contre la peine de mort, la militante rappelle le calvaire de Clyaton Lockett, un détenu qui avait mis quarante-trois minutes à mourir lors d’une exécution bâclée dans l’Oklahoma en 2014.

Débat qui divise

Vivian Flowers, une représentante démocrate de l’Arkansas, a introduit le 6 mars un projet de loi qui abolirait la peine de mort dans l’Etat et la remplacerait par des peines de prison à vie. «Ces exécutions de masse font réfléchir beaucoup de monde ici», assure Furonda Brasfield. «Je pense que le projet de loi sur l’abolition de la peine de mort a une chance d’aboutir.» Les perspectives pour ce texte sont néanmoins limitées dans un parlement de l’Arkansas dominé par une majorité républicaine pro-peine de mort.

Elaine Colclasure, une femme de l’Arkansas dont le mari a été assassiné en 1989, espère pour sa part que le gouverneur de son Etat résistera aux pressions. «Ces détenus ont été reconnus coupables et condamnés il y a des années», explique-t-elle. «Personne ne devrait avoir à attendre vingt-cinq ans pour que justice soit faite. Les gens disent que c’est cruel pour les condamnés à mort, mais se sont-ils mis à notre place? Le meurtre de mon mari a été brutal. Il a reçu six balles dans le corps. Ses meurtriers l’ont ensuite écrasé avec leur véhicule avant de le jeter dans la rivière. Et nous sommes aujourd’hui forcés d’attendre une justice qui n’est jamais rendue.» L’un des deux meurtriers du mari d’Elaine Colclasure a fait appel à sa condamnation à mort. L’autre, mineur au moment des faits, pourrait être libéré dans un avenir proche.

Créé: 14.03.2017, 21h54

Articles en relation

Le processus de peine de mort de l'Ohio jugé illégal

Etats-Unis Trois exécutions vont être reportées en raison du protocole utilisé lors de la mise à mort des condamnés. Plus...

Un condamné à mort exécuté au Texas

Etats-Unis L'homme, un Noir de 43 ans, était condamné pour le meurtre en 2002 de deux employés d'une sandwicherie à Dallas. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...