Ces républicains qui désertent Trump

USALe président américain est lâché par des conservateurs comme Andy McKean, un élu de l’Iowa.

Wyoming, Iowa, 2 novembre 2019. Susan Devine Keeney, une électrice de l’Iowa qui a voté pour Denald Trump en 2016, a décidé de quitter le parti républicain après des décennies car elle dit ne plus reconnaître son parti. Elle soutient désormais la candidate démocrate à la Maison Blanche, Amy Klobuchar.

Wyoming, Iowa, 2 novembre 2019. Susan Devine Keeney, une électrice de l’Iowa qui a voté pour Denald Trump en 2016, a décidé de quitter le parti républicain après des décennies car elle dit ne plus reconnaître son parti. Elle soutient désormais la candidate démocrate à la Maison Blanche, Amy Klobuchar. Image: Jean-Cosme Delaloye

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«I’ll fly away» (Je m’éloigne en volant). Avec sa guitare, Andy McKean entonne une hymne country de circonstance dans la salle des fêtes de Wyoming, un hameau de l’Iowa (centre des Etats-Unis). Le Représentant étatique de l’Iowa a annoncé en avril qu’il quittait le Parti républicain pour rejoindre l’opposition démocrate à Donald Trump. En ce samedi glacial de début novembre, l’élu lance sa campagne électorale pour un nouveau mandat en 2020 en présence d’Amy Klobuchar, la candidate démocrate centriste à la Maison-Blanche, et d’une centaine de personnes, pour la plupart retraitées.

«Je ne crois pas avoir quitté le Parti républicain», explique Andy McKean après avoir posé sa guitare. «C’est le Parti républicain qui m’a quitté. Ce qui se passe à la Maison-Blanche m’inquiète et je suis déçu du peu de résistance chez les républicains. Donald Trump n’a pas de respect pour l’Etat de droit, ni pour la Constitution américaine. Et il a des tendances autocrates dangereuses pour l’avenir de notre démocratie».

Les défections comme celles d’Andy McKean restent encore limitées au sein du Parti républicain, mais les résultats de plusieurs élections locales mardi aux Etats-Unis ont de quoi alarmer la Maison-Blanche. Dans le Kentucky, un Etat que Donald Trump avait remporté de 30 points face à Hillary Clinton en novembre 2016, Andy Beshear, un démocrate, est en passe d’être élu gouverneur. Donald Trump avait pourtant fait campagne lundi soir dans le Kentucky pour Matt Bevin, l’impopulaire gouverneur républicain sortant. «Si vous perdez, cela enverra un mauvais signal, avait prévenu le président américain. Vous ne pouvez pas permettre que cela m’arrive à moi.»

En Virginie, les démocrates ont remporté la majorité dans les 2 Chambres du parlement, une première depuis 2 décennies. Et dans le Mississippi, un Etat ultraconservateur, le candidat démocrate au poste de gouverneur a perdu de 6 points. Il y a 4 ans, les démocrates avaient perdu de 34 points.

Dans l’Etat conservateur du Nebraska, John McCollister, un sénateur étatique républicain, s’est récemment attiré les foudres de son propre parti après avoir critiqué Donald Trump. «Il ne fait aucun doute que Donald Trump a pris en otage le Parti républicain, affirme l’élu. Il y a encore 3 ou 4 ans, les républicains prônaient l’austérité budgétaire, le libre-échange et une politique étrangère forte. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.»

John McCollister représente Omaha, la plus grande ville du Nebraska à la frontière avec l’Iowa. Il souligne que Donald Trump jouit encore du soutien indéfectible des campagnes américaines. «Le président est un communicant incroyable et il reste très populaire dans de vastes régions des Etats-Unis, poursuit John McColister. Il commence néanmoins à y avoir des défections et certains républicains commencent à soutenir l’enquête pouvant déboucher sur la destitution du président.»

«Je veux pouvoir voter pour quelqu’un qui puisse battre Trump»

De retour à Wyoming, Susan Devine Keeney a les larmes aux yeux quand elle parle de son vote pour Donald Trump en 2016. Après une vie passée à soutenir le Parti républicain, la sexagénaire s’est inscrite sur les listes démocrates la semaine dernière. «Je veux pouvoir voter pour quelqu’un qui puisse battre Trump, affirme-t-elle. Je ne veux même pas l’appeler le président car je ne pense pas qu’il mérite le respect que procure normalement sa fonction.»

Susan Devine Keeney soutient aujourd’hui Amy Klobuchar, la sénatrice démocrate du Minnesota qui brigue la Maison-Blanche en 2020. Invitée au lancement de campagne d’Andy McKean, Amy Klobuchar lance au parterre de retraités qu’ils sont les «gardiens de la démocratie» américaine. L’élue du Minnesota leur décrit sa stratégie centriste pour reconquérir les électeurs qui avaient plébiscité Barack Obama en 2008 et en 2012 avant de soutenir Donald Trump en 2016.

«Il faudra encore beaucoup de réunions comme celle d’aujourd’hui pour pouvoir faire la différence [face à Donald Trump], glisse Andy McKean en finissant une part de tarte aux groseilles à l’issue de son meeting. Mais cela m’encourage de voir le monde qui a bravé le froid pour venir ce soir.» Alors que ses derniers supporters disparaissent dans la nuit noire, l’ancien sénateur républicain prend un balais et se met à nettoyer la salle des fêtes.

Créé: 06.11.2019, 21h36

Articles en relation

La guerre est ouverte entre les démocrates et la Maison-Blanche

États-Unis Des témoignages recueillis dans le cadre de l’enquête pouvant mener à la destitution de Donald Trump sont rendus publics. Plus...

Les démocrates font un pas résolu vers la destitution de Donald Trump

États-Unis Une résolution établissant la nouvelle phase de l’enquête pouvant aboutir à la destitution de Donald Trump a été approuvée jeudi par la Chambre des représentants grâce aux seules voix des élus démocrates. Plus...

Douze démocrates en colère contre Donald Trump

Primaires Le 4e débat démocrate de la campagne présidentielle américaine a donné lieu a un feu d’artifice d’attaques contre le président des États-Unis menacé de destitution. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Manif: faible mobilisation chez les fonctionnaires genevois
Plus...