Passer au contenu principal

7,5 millions pour une F1 de Schumacher

Après le De Vinci à 450 millions, Sotheby's a procédé à la vente d'une F1 de Schumacher, vendue 7,5 millions de dollars.

Le prix atteint par la voiture du septuple champion du monde de Formule 1, gravement blessé dans un accident de ski en 2013, a largement dépassé les estimations initiales, entre 4 et 5 millions de dollars. (Photo d'illustration)
Le prix atteint par la voiture du septuple champion du monde de Formule 1, gravement blessé dans un accident de ski en 2013, a largement dépassé les estimations initiales, entre 4 et 5 millions de dollars. (Photo d'illustration)
AFP

Après les sommets atteints mercredi par un De Vinci, les enchères d'automne à New York se sont achevées jeudi sur une autre surprise: une Ferrari pilotée par Michael Schumacher s'est vendue 7,5 millions de dollars, un record pour une Formule 1 moderne.

Sotheby's n'avait pas de quoi rivaliser cette saison avec le «Salvator Mundi» vendu pour 450 millions de dollars mercredi par sa concurrente Christie's. Mais Sotheby's a innové malgré tout en offrant, pour sa soirée consacrée à l'art contemporain, cette Formule 1 qui remporta le Grand Prix de Monaco en 2001, et qu'elle avait qualifiée de «la voiture de course la plus étonnante jamais mise aux enchères».

Le prix atteint par la voiture du septuple champion du monde de Formule 1, gravement blessé dans un accident de ski en 2013, a largement dépassé les estimations initiales, entre 4 et 5 millions de dollars.

32,4 millions pour un Warhol

«Ce n'est pas une œuvre d'art», avait reconnu avant la vente un responsable de Sotheby's, Grégoire Billault, mais «on a tous grandi avec des voitures, rêvé de voitures, et j'ai pensé que ce serait bien de faire un petit clin d'oeil».

Les autres oeuvres de renom de la soirée se sont adjugées sans coup d'éclat. Un imposant Mao de Warhol, réalisé en 1972 après la visite du président Richard Nixon en Chine et estimé entre 30 et 40 millions de dollars, a remporté un succès mitigé en partant à 32,4 millions de dollars.

Et un triptyque de Francis Bacon, «Three Studies of George Dyer», réalisé en 1966 alors que l'artiste vivait une relation passionnée avec Dyer, a été vendu sous le marteau à 38,6 millions, dans la fourchette basse des estimations qui se situaient entre 35 et 45 millions.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.