14 morts: la faute des autorités, selon Amnesty

HondurasLa sécurité hondurienne a recouru à une force excessive, accuse Amnesty, après la mort de 14 manifestants.

Un premier bilan comptait au moins une femme de 19 ans décédée (ici à son enterrement) et deux policiers, mais des organes de défense des droits de l'Homme évoquent entre 11 et 13 morts. (Image - 2 décembre 2017)

Un premier bilan comptait au moins une femme de 19 ans décédée (ici à son enterrement) et deux policiers, mais des organes de défense des droits de l'Homme évoquent entre 11 et 13 morts. (Image - 2 décembre 2017) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Amnesty International a accusé vendredi les autorités honduriennes d'être responsables de la mort d'au moins 14 personnes lors de la répression des manifestations de l'opposition. Les mobilisations répondaient aux allégations de fraude dans l'élection présidentielle du 26 novembre.

Des experts de l'organisation ont documenté «une série de violations graves des droits de l'Homme qui ont eu lieu dans le contexte de la période postélectorale», a déclaré à l'AFP Erika Guevara, directrice de l'organisation pour les Amériques.

Il y a eu «un recours manifestement excessif à la force par les forces de sécurité, et en particulier la police militaire», y compris l'utilisation d'armes à feu contre les manifestants, a-t-il dit.

Certaines manifestations de sympathisants de l'Alliance de l'Opposition contre la Dictature (gauche) du candidat Salvador Nasralla avaient dégénéré en affrontements avec la police et en pillages. Les protestataires dénoncent des fraudes du côté du président sortant Juan Orlando Hernandez (Parti national, droite).

Un premier bilan faisait état des décès d'au moins une femme de 19 ans et deux policiers, mais des organes de défense des droits de l'Homme évoquaient déjà entre 11 et 13 morts.

Les sympathisants dans la rue

Vendredi aux cris de «la dictature va tomber», des milliers de sympathisants de l'opposition «indignés par le vol» de l'élection présidentielle ont manifesté dans les rues de la capitale. Ils étaient quelque 5000 à protester.

Jeudi, aux cris de «quatre ans de plus», des milliers de sympathisants de Juan Orlando Hernandez avaient défilé à Tegucigalpa pour défendre «leur» victoire électorale.

Toujours pas de vainqueur

Près de deux semaines après son scrutin présidentiel, le Honduras n'a toujours pas de vainqueur officiel.

Sur 100% des bulletins dépouillés, le président sortant Juan Orlando Hernandez, 49 ans, arrive en tête avec 42,98% des suffrages. Dénonçant des fraudes, le populaire présentateur de télévision Salvador Nasralla réclame le recomptage des voix par des organismes internationaux indépendants.

Il a déposé une plainte contre le président du TSE, David Matamoros, pour fraude présumée aux élections. Il fait valoir que le matin du 27 novembre, des résultats partiels portant sur 57% des bulletins de vote lui donnaient une avance de cinq points, soit selon lui «une tendance irréversible».

Mais deux jours plus tard, «dans une absurdité arithmétique, la tendance a commencé à s'inverser» jusqu'à ce que le président sortant l'emporte «en modifiant les documents électoraux», poursuit le document.

Recomptage

Le président de la TSE rejette ces accusations. Jeudi, il a fait entamer un nouveau recomptage de quelque 4753 urnes suspectées de contenir des incohérences avec les résultats entrés dans le système informatique du TSE.

M. Matamoros a estimé que ce décompte, en présence de membres de la société civile et d'observateurs de l'Organisation des Etats américains (OEA) et de l'Union européenne, mais sans représentants de l'opposition qui ont refusé de participer, devrait prendre fin lundi. (afp/nxp)

Créé: 09.12.2017, 06h43

Articles en relation

Recomptage d'une partie des voix en vue

Honduras Le Honduras va recompter une partie des suffrages de son élection, alors que les manifestations ont continué jeudi. Plus...

Hernandez d'accord pour un recomptage des voix

Honduras Répondant à une demande de l'opposition, le président sortant s'est dit d'accord pour un recomptage total des voix. Plus...

Pas de président à l'issue du dépouillement

Honduras Le Tribunal suprême électoral du Honduras s'est refusé à prononcer un vainqueur à l'issue du décompte des bulletins de vote. Plus...

Le dépouillement reprend au Honduras

Présidentielle Le Tribunal suprême électoral a repris le décompte des voix à la présidentielle ; les manifestations aussi ont recommencé. Plus...

Honduras: un couvre-feu, mais pas de président

Attente Citoyens, politiciens et observateurs internationaux pressent le tribunal suprême électoral de terminer un décompte fiable des voix. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.