L'ambassadeur US a témoigné face au Congrès

Destitution de Trump Gordon Sondland a finalement été auditionné jeudi sur les échanges controversés entre le président US et l'Ukraine.

Gordon Sondland a été convoqué par les élus démocrates de la Chambre des représentants.

Gordon Sondland a été convoqué par les élus démocrates de la Chambre des représentants. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Donald Trump avait imposé son avocat personnel aux diplomates chargés de l'Ukraine et voulait que Kiev enquête sur un groupe lié au fils de son rival Joe Biden, a déclaré jeudi l'ambassadeur américain auprès de l'Union européenne, Gordon Sondland, lors d'une audition au Congrès.

«Nous avons été déçus»

Le président américain avait «ordonné» aux diplomates chargés de ce pays de parler à Rudy Giuliani au sujet des efforts de l'Ukraine pour lutter contre la corruption, a fait savoir M. Sondland, selon une copie de sa déclaration liminaire. «Nous avons été déçus par l'ordre du président d'impliquer M. Giuliani», a-t-il ajouté.

«Pour nous, les hommes et les femmes du département d'Etat et pas l'avocat personnel du président devraient être responsables de tous les aspects de la politique étrangère des Etats-Unis en Ukraine», a-t-il encore dit.

Lors des échanges qui ont suivi, «M. Giuliani a souligné que le président voulait une déclaration publique du président (ukrainien Volodymyr) Zelensky sur la lutte contre la corruption», a-t-il poursuivi.

Selon lui, Rudy Giuliani a «mentionné précisément» le groupe gazier Burisma comme un «sujet d'enquête important pour le président».

Un «témoin-clé»

M. Sondland a assuré qu'il ne savait pas à l'époque que Hunter Biden, le fils de Joe Biden -- bien placé pour affronter Donald Trump lors de la présidentielle de 2020 --, siégeait au conseil de surveillance de cette entreprise.

Homme d'affaires et proche de Donald Trump, Gordon Sondland a été convoqué par les élus démocrates de la Chambre des représentants, qui le considèrent comme un «témoin-clé» dans leur enquête en vue d'une éventuelle destitution du président républicain.

Les parlementaires démocrates ont ouvert cette procédure explosive après avoir appris la teneur d'un échange téléphonique entre Donald Trump et Volodymyr Zelensky, à la fin du mois de juillet. Lors de cet appel, le président américain avait demandé à son homologue de «se pencher» sur les Biden et de parler à son avocat personnel.

Les démocrates dénoncent un abus de pouvoir à des fins personnelles, mais le milliardaire new-yorkais soutient que sa conversation était «irréprochable».

(afp/nxp)

Créé: 17.10.2019, 17h11

Articles en relation

Impeachment: l'enquête contre Trump avance

États-Unis Des auditions parlementaires ont permis de recueillir des éléments à charge contre le président américain dans l'affaire ukrainienne. Plus...

Trump va au clash, Biden donne de la voix

Destitution Face à un Donald Trump menacé par une procédure d'«impeachment», les démocrates présentent un front uni. Plus...

«Personne n'est au-dessus des lois, pas même Trump»

Etats-Unis L'affrontement entre les démocrates et la Maison Blanche autour de la menace d'impeachment du président US a pris une tournure radicale depuis mardi. Plus...

Donald Trump choisit de défier le Congrès

Etats-Unis La Maison Blanche a annoncé mardi qu'elle allait dorénavant refuser de coopérer avec l'enquête pour «impeachment» des démocrates du Congrès. Plus...

Un ambassadeur empêché de témoigner au Congrès

Destitution de Trump Le bras de fer entre les démocrates et l'administration Trump a pris un tournant plus musclé mardi, dans le cadre de l'enquête sur le président US. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Smog: les voitures polluantes interdites de centre-ville
Plus...