L’Allemagne aura-t-elle son «Front national»?

Politique Le rapprochement avec le mouvement islamophobe Pegida divise le parti anti-euro AfD dont le congrès s’ouvre vendredi à Brême.

Manifestation organisée par le parti Pegida suite aux attentats de Paris. Image d'illustration.

Manifestation organisée par le parti Pegida suite aux attentats de Paris. Image d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un parti d’extrême droite est-il en train d’émerger en Allemagne? L a question est sur toutes les lèvres alors que s’ouvre aujourd’hui à Brème le congrès de l’AfD (Alternative pour l’Allemagne).

Cette formation politique née en février 2013, et qui réclamait au départ la fin de l’euro, a réussi une percée aux dernières élections européennes (7,1%). Après avoir envoyé des députés aux parlements régionaux de Saxe (9,7%), du Brandebourg (12,2%) et de Thuringe (10,6%), le parti espère poursuivre sa série de succès électoraux à Hambourg le 15 février prochain.

Asile et menace islamiste

Mais le scrutin se déroule cette fois dans un tout autre contexte depuis le rapprochement de l’AfD avec le mouvement islamophobe Pegida (Patriotes européens contre l’islamisation de l’Occident). En effet, l’aile dure souhaite abandonner le thème de l’euro pour se concentrer sur celui de l’immigration.

«Les anti-euros vont-ils devenir des xénophobes?» s’interroge le grand journal populaire Bild. En l’espace de quelques semaines, l’AfD a abandonné les sujets économiques pour laisser la place à la politique de l’asile, la menace islamiste, l’immigration et la sécurité intérieure. «La pression de l’aile droite va grandir et elle sera difficile à contenir», confirme Hajo Funke, spécialiste de l’extrême droite à l’Université libre de Berlin (FU).

Le virage politique qui s’annonce a déjà fait fuir des cadres du parti. «Je ne veux pas contribuer à la transformation de l’AfD en Front national allemand», a lâché Beatrix Klingel, vice-présidente de l’AfD en Rhénanie-Palatinat, après sa démission.

Pour rester président, Bernd Lucke devra faire des concessions à ceux qui soutiennent les protestations racistes de Dresde. «Les militants de l’AfD et de Pegida ne viennent pas du centre mais de l’extrême droite», insiste Manfred Güllner, directeur de l’institut de sondage Forsa, qui préconise aux responsables politiques de marginaliser de parti. «Le nazisme s’est transformé en mouvement de masse lorsque les conservateurs ont décidé de parler avec le NSDAP», rappelle-t-il.

"Allié naturel"

Il faudra faire face au vice-président du parti, Alexander Gauland, qui considère Pegida comme un «allié naturel». Il n’a pas hésité à se rendre à Dresde, au cœur du mouvement xénophobe, pour défiler aux côtés du leader, Lutz Bachmann, un repris de justice condamné pour trafic de drogue et cambriolages. Poussé à la démission après la publication d’un cliché le montrant déguisé en Hitler, Bachmann a été maintenu dans l’équipe d’organisation, déclenchant mercredi le départ de la moitié de la direction de Pegida.

A l’instar des autres mouvements xénophobes en Europe, Alexander Gauland s’attaque à l’immigration en provenance des pays musulmans. «Je ne veux plus d’immigrés du Moyen-Orient. Certaines traditions culturelles ont du mal à s’intégrer chez nous», insiste-t-il. Avec ces thèses d’extrême droite, l’aile dure compte entrer au Bundestag en 2017.

Créé: 29.01.2015, 18h52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...