En Allemagne, l’asile fait obstacle à la formation d’un gouvernement

AllemagneTiraillée entre les Verts et les ultraconservateurs de la CSU, Angela Merkel bute sur le regroupement familial des réfugiés.

Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La question n’est plus de savoir si la chancelière formera son gouvernement avant Noël mais de savoir si elle y parviendra! Au bout d’un mois de négociations, les différents partenaires de la future coalition d’Angela Merkel n’ont toujours pas réussi à se mettre d’accord sur les grandes lignes de leur programme.

Merkel voulait finir la première phase des négociations, dite «d’approche» (Sondierungsgespräche), dans la nuit de jeudi à vendredi. Malgré de nombreuses avancées, les négociateurs n’ont pas réussi à boucler le premier «round» en raison de gros différends sur l’asile et l’environnement. Vendredi, à 4 h du matin, ils ont quitté le «Club des parlementaires», situé derrière le Reichstag de Berlin, fatigués, déçus et stressés. «C’était très dur», ont concédé plusieurs participants. «Je vais d’abord me mettre sous la douche pendant au moins une heure et demie», a plaisanté Wolfgang Kubicki, le vice-président du Parti libéral (FDP). «Les positions se sont durcies», a ajouté le potentiel ministre des Finances de Merkel IV.

Les négociations entre les conservateurs (CDU/CSU), les libéraux du FDP et les écologistes (Die Grünen) achoppent sur la question du regroupement familial concernant le million de réfugiés arrivés en Allemagne en 2015. Les écologistes estiment qu’un regroupement est essentiel à l’intégration. C’était l’un des points essentiels de leur programme électoral. Sans un résultat substantiel, ils auront du mal à obtenir le feu vert de leurs militants pour former une coalition avec Merkel lors du congrès exceptionnel le 25 novembre. Quant aux ultraconservateurs de la CSU, ils ne lâchent rien sur ce terrain. L’aile bavaroise du parti d’Angela Merkel (CDU), par ailleurs très affaiblie par une lutte de pouvoir interne, risque gros en acceptant le retour du regroupement familial prévu en mars 2018 (un droit suspendu pendant la crise). Affaiblie par l’entrée au parlement du parti d’extrême droite AfD (Alternative pour l’Allemagne), la CSU veut rester ferme sur l’asile en raison du scrutin régional en Bavière, en automne 2018, qui promet d’être désastreux.

Si la CSU cédait, personne ne croit à la survie politique de son chef, Horst Seehofer, déjà très contesté. Les Bavarois n’accepteront pas «encore plus d’immigration», a-t-il répété vendredi matin. Les chiffres avancés par la CSU restent d’ailleurs controversés par les experts, qui estiment de 100 000 à 200 000 le nombre de bénéficiaires potentiels. Certains leaders bavarois agitent le chiffon rouge en parlant de plus de 7 millions de personnes.

Le charbon en débat

Le calendrier de l’abandon du charbon, qui représente encore plus de 40% de la production d’électricité du pays, est l’autre pomme de discorde. Mais après la tenue à Bonn de la conférence internationale sur le climat, la pression de l’opinion publique a obligé les conservateurs et les libéraux du FDP à faire des concessions. La question n’est plus de savoir si l’Allemagne abandonnera le charbon, mais de savoir combien de centrales seront débranchées d’ici à 2020 pour atteindre les objectifs de réduction des émissions de CO2.

Un échec des négociations, qui devraient se poursuivre tout le week-end, conduirait sans doute à de nouvelles élections. Aucun parti n’y a intérêt, surtout pas Angela Merkel, dont l’avenir politique est lié à cette coalition. Très contestée depuis les résultats électoraux désastreux du scrutin fédéral, la chancelière ne survivrait pas à un échec.

Créé: 17.11.2017, 20h39

Articles en relation

La fin du charbon, pomme de discorde du futur gouvernement Merkel

Allemagne Alors que la conférence sur le climat touche à sa fin à Bonn, l’avenir du charbon divise les futurs membres de la coalition. Plus...

Angela Merkel condamnée à réussir sa coalition «jamaïcaine»

Allemagne La chancelière a engagé de difficiles négociations pour former un gouvernement. En jeu, rien de moins que sa carrière politique. Plus...

L’arrivée au parlement allemand rapporte gros aux populistes de l’AfD

Ultradroite Le parti Alternative pour l’Allemagne va recevoir de l’Etat plus que deux fois son budget de 2016. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Jeanne Calment est bien la doyenne de l'humanité
Plus...