Passer au contenu principal

Après les agressions de Cologne, les réfugiés trinquent

La droite populiste instrumentalise les violences sexuelles de la Saint-Sylvestre pour dénoncer la politique d’asile de la chancelière.

Une foule devant la station principale à Cologne, après les agressions du 31 décembre 2015
Une foule devant la station principale à Cologne, après les agressions du 31 décembre 2015
EPA

On ne sait encore rien des agresseurs de la Saint-Sylvestre à Cologne. Mais la droite populiste a déjà trouvé les coupables: les réfugiés. «Alors, Madame Merkel! Après cette vague de violences, l’Allemagne est-elle assez ouverte et colorée à votre goût?» a attaqué Frauke Petry, la présidente du parti populiste et xénophobe AfD (Alternative pour l’Allemagne) dont les intentions de vote dépassent les 10%.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.