Passer au contenu principal

ZimbabweL'armée tire à balle réelle contre des manifestants

Des violences ont éclaté dans les rues d'Harare, la capitale zimbabwéenne, après les résultats des législatives donnant la victoire au parti au pouvoir, la Zanu-PF.

La Cour constitutionnelle du Zimbabwe a rejeté les requêtes de l'opposition et a validé ce vendredi l'élection du président sortant Emmerson Mnangagwa, (24 août 2018)
La Cour constitutionnelle du Zimbabwe a rejeté les requêtes de l'opposition et a validé ce vendredi l'élection du président sortant Emmerson Mnangagwa, (24 août 2018)
archive/photo d'illustration, Keystone
Emmerson Mnangagwa, ancien bras droit de Robert Mugabe, a été élu président du Zimbabwe dès le premier tour, une victoire immédiatement rejetée vendredi par l'opposition. (Vendredi 3 août 2018)
Emmerson Mnangagwa, ancien bras droit de Robert Mugabe, a été élu président du Zimbabwe dès le premier tour, une victoire immédiatement rejetée vendredi par l'opposition. (Vendredi 3 août 2018)
AFP
La course pour la fonction suprême se joue entre l'actuel chef de l'Etat Emmerson Mnangagwa (photo), patron de la Zanu-PF, le parti au pouvoir depuis l'indépendance du Zimbabwe en 1980, et l'opposant Nelson Chamisa, leader du Mouvement pour le changement démocratique (MDC). (30 juillet 2018)
La course pour la fonction suprême se joue entre l'actuel chef de l'Etat Emmerson Mnangagwa (photo), patron de la Zanu-PF, le parti au pouvoir depuis l'indépendance du Zimbabwe en 1980, et l'opposant Nelson Chamisa, leader du Mouvement pour le changement démocratique (MDC). (30 juillet 2018)
AFP
1 / 10

Des heurts ont éclaté mercredi dans les rues de Harare, la capitale zimbabwéenne, en marge de manifestations organisées par des militants du Mouvement pour le changement démocratique (MDC), parti d'opposition du candidat Nelson Chamisa, selon des journalistes de Reuters et des images de télévision.

Des militaires ont tiré à balle réelle mercredi à Harare contre des partisans de l'opposition, qui dénoncent des fraudes lors des élections générales de lundi, les premiers scrutins depuis la chute du président Robert Mugabe en novembre, a constaté un photographe de l'AFP.

Un homme a été tué par balle lors de manifestations post-électorales mercredi à Harare, où l'armée a ouvert le feu sur des partisans de l'opposition qui dénoncent des fraudes lors des scrutins de lundi, a constaté un photographe de l'AFP. L'homme a reçu une balle dans l'estomac et a succombé à ses blessures, selon la même source. Des centaines de partisans de l'opposition sont descendus dans la rue mercredi dans la capitale zimbabwéenne après l'annonce officielle de la victoire aux législatives du parti au pouvoir depuis 1980, la Zanu-PF. La police et l'armée sont intervenues pour tenter de les disperser.

Des chars et des camions transportant des militaires circulaient dans les rues de la capitale à proximité des bureaux où est réunie la commission électorale, qui a annoncé la victoire aux législatives du parti au pouvoir, la Zanu-PF. Plus tôt mercredi, le chef de l'Etat Emmerson Mnangagwa, candidat à la présidentielle, avait appelé à la «paix». Le président sortant, Emmerson Mnangagwa, a appelé au calme en attendant l'annonce des résultats de l'élection présidentielle. «Nous devons tous faire preuve de patience et de maturité et agir de manière à assurer la sécurité de notre peuple», écrit-il sur Twitter.

Appel au calme

La Zanu-PF, la formation au pouvoir au Zimbabwe, a remporté la majorité des sièges à la chambre basse du parlement lors des élections de lundi, selon les résultats publiés mercredi par la commission électorale (ZEC). Les résultats de l'élection présidentielle, qui avait lieu le même jour, n'ont pas encore été publiés.

Le parti au pouvoir au Zimbabwe depuis 1980, la Zanu-PF, a obtenu la majorité absolue des sièges à l'assemblée nationale, lors des élections législatives de lundi, les premières depuis la chute du président Robert Mugabe, selon des résultats officiels partiels annoncés mercredi.

Sur 153 circonscriptions dont les résultats ont été compilés, «la Zanu-PF obtient 110 sièges, tandis que le MDC (Mouvement pour le changement démocratique) obtient 41 sièges», a annoncé le groupe audiovisuel public ZBC, citant les résultats de la commission électorale.

L'Assemblée nationale compte un total de 210 sièges. La Zanu-PF est donc d'ores et déjà assurée d'obtenir la majorité absolue à la chambre basse. Aucun des partis n'a immédiatement réagi à ces résultats.

Mais la veille, le MDC avait revendiqué la victoire aux élections générales organisées lundi. «Nous avons reçu les résultats de nos agents (...). Les résultats montrent au-delà de tout doute raisonnable que nous avons gagné les élections et que le prochain président du Zimbabwe est Nelson Chamisa», le leader du MDC, avait déclaré un haut responsable du parti, Tendai Biti.

De son côté le président Emmerson Mnangagwa, patron de la Zanu-PF et candidat à la présidentielle, s'était dit, confiant dans la victoire. «Les informations obtenues par mes représentants sur le terrain sont extrêmement positives», avait-il assuré mardi. Les résultats de la présidentielle n'ont pas encore été annoncés. La ZEC a prévenu qu'ils pourraient n'être disponibles que vendredi ou samedi, suscitant les pires inquiétudes du MDC qui accuse la commission de vouloir truquer les résultats de la présidentielle.

Les électeurs se sont déplacés en masse lundi pour les premières élections générales post-Mugabe. Robert Mugabe, lâché par l'armée et son parti de la Zanu-PF, avait été contraint de démissionner en novembre après trente-sept ans au pouvoir.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.