Investir dans l'armée pour ramener la sécurité

Côte d'IvoireLe président ivoirien a promis d'investir dans l'armée, un moyen assure-t-il, d'en finir avec les troubles actuels.

Le président Ouattara promet plus de moyens à l'armée, la Côte d'Ivoire étant secouée depuis janvier par plusieurs mutineries d'anciens rebelles intégrés à l'armée et depuis quelques semaines par une série de braquages contre des postes de police et de gendarmerie. (Image d'archive - 21 juillet 2017)

Le président Ouattara promet plus de moyens à l'armée, la Côte d'Ivoire étant secouée depuis janvier par plusieurs mutineries d'anciens rebelles intégrés à l'armée et depuis quelques semaines par une série de braquages contre des postes de police et de gendarmerie. (Image d'archive - 21 juillet 2017) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président ivoirien Alassane Ouattara a promis dimanche d'investir davantage dans les forces armées. Il souhaite de cette manière mettre fin aux troubles qui secouent le pays depuis le début de l'année.

«Un important travail de reprise en main de notre armée est plus que jamais nécessaire», a déclaré le président dans une allocution télévisée retransmise par la télévision nationale, à la veille de la célébration du 57e anniversaire de l'indépendance. «Nous investirons encore plus dans l'amélioration des conditions de vie et de travail des forces de défense et de sécurité», ainsi que dans leur «formation», et «nous mettrons à leur disposition les équipements nécessaires», a assuré le président.

Le tout afin de «créer une armée véritablement républicaine», «réconciliée dans ses différentes composantes» et «au service de la nation, pour protéger la population et les institutions», a-t-il complété.

Mutineries

La Côte d'Ivoire a été secouée depuis janvier par plusieurs mutineries d'anciens rebelles intégrés à l'armée qui ont revendiqué et obtenu d'importantes primes pour baisser les armes.

Le pays connaît aussi depuis quelques semaines une série de braquages contre des postes de police et de gendarmerie. Armes et argent sont emportés par des hommes armés non-identifiés mais agissant de manière professionnelle.

Des assaillants avaient ainsi attaqué l'école de police en plein centre d'Abidjan deux jours avant le début des jeux de la Francophonie fin juillet.

Divisions

L'armée ivoirienne est issue de la fusion des anciennes forces loyalistes et rebelles qui se sont affrontées lors de la décennie de crise politico-militaire (2002-2011) qui a coupé le pays en deux et fait plusieurs milliers de morts.

Lors de son allocution longue de 20 minutes, le président Ouattara a appelé à plusieurs reprises à la «réconciliation» et à «l'union» des 23 millions d'Ivoiriens, toujours marqués par la crise.

De l'avis de nombreux observateurs, la politique de réconciliation du président Ouattara depuis son accession au pouvoir en 2011 a été insuffisante et les divisions persistent. (ats/nxp)

Créé: 07.08.2017, 03h02

Articles en relation

Tirs dans un quartier populaire d'Abidjan

Côte d'Ivoire Des tirs étaient entendus mercredi soir dans le quartier de Yopougon, tandis que le calme était revenu à l'école de police de Cocody. Plus...

Fin de la mission de l'ONU en Côte d'Ivoire

Afrique Débutée en 2004, l'opération des Nations unies s'est officiellement terminée ce vendredi. La Suisse y a participé à de nombreux niveaux. Plus...

Des soldats tirent à Adiaké, près d'Abidjan

Côte d'Ivoire Les soldats continuent de réclamer des primes», comme ils l'avaient fait la veille. Plus...

Ouverture du procès des «disparus du Novotel»

Côte d'Ivoire Quatre hommes, dont deux Français, avaient été enlevés par un commando militaire le 4 avril 2011. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Suisse: les poussins mâles ne seront plus broyés mais gazés
Plus...