Plus de 400 kg d'ivoire saisis au Gabon et en Afrique du Sud

Braconnage Des trafiquants ont été arrêtés au Gabon avec 150 kg d'ivoire braconné. Les douanes de l'aéroport de Johannesburg en ont elles saisi 267 kg.

Ce sont les pointes d'ivoire qui ont été retrouvés chez un particulier au Gabon qui affirme qu'elles étaient chez lui «à son insu».

Ce sont les pointes d'ivoire qui ont été retrouvés chez un particulier au Gabon qui affirme qu'elles étaient chez lui «à son insu». Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux trafiquants d'ivoire, un Camerounais et un Gabonais, ont été interpellés à Libreville avec 150 kg d'ivoire issus du braconnage d'éléphants gabonais. Les douanes sud-africaines ont elles saisi 267 kg d'ivoire à l'aéroport de Johannesburg et à destination du Vietnam.

C'est l'ONG Conservation Justice qui l'annonce dans un communiqué: pas moins de 150 kilos d'ivoire ont été saisis à Libreville. L'ONG dénonce, de surcroît, «l'implication d'éléments de l'armée» dans ce trafic.

La saisie effectuée par la police judiciaire et les agents des Eaux et Forêts a eu lieu le 29 juin, alors que les deux individus cherchaient à revendre leur butin, selon l'ONG, qui travaille en collaboration avec les autorités gabonaises.

«Il s'agit de six grosses pointes d'ivoire. Il est très rare de trouver des pointes d'un tel volume, et cela double ou triple leur valeur sur le marché international. En Chine, elles vaudraient environ 300'000 euros», a déclaré le responsable de l'ONG, Luc Mathot.

Chez lui «à son insu»

Selon le communiqué, l'ivoire était «gardé» chez un militaire de l'état-major général des armées, qui a affirmé que les 150 kg se trouvaient chez lui «à son insu». L'homme a été entendu par la police judiciaire avant de ressortir libre, déplore Conservation Justice.

Deux autres militaires gabonais avaient déjà été impliqués dans des affaires de trafic d'ivoire au mois de juin, selon la même source.

Le 19 juin, un soldat de l'armée de l'air avait été arrêté à Libreville en possession de quatre pointes d'ivoire qu'il comptait revendre. Le 26 juin, un autre militaire avait été interpellé après la découverte de deux pointes d'ivoire dans sa voiture à Oyem (nord).

«Ces trois cas confirment l'implication de certains éléments de l'armée dans le trafic d'ivoire», souligne Conservation Justice.

En avril, 300 kg d'ivoire avaient été volés au tribunal d'Oyem, dans le nord du Gabon, où ils étaient stockés après une saisie des autorités, selon l'ONG de défense de l'environnement World Wildlife Fund (WWF).

«Le Gabon a une bonne réputation à l'échelle internationale dans le domaine de la lutte contre la criminalité faunique, mais ce vol démontre que la réalité sur le terrain est très différente», avait alors déclaré Marthe Mapangou, directrice du WWF Gabon.

Importante saisie à Johannesburg

Les douanes sud-africaines ont elles annoncé ce vendredi 3 juillet la saisie à l'aéroport de Johannesburg de 267 kilos d'ivoire à destination du Vietnam et d'une valeur estimée à 300'000 euros (près de 314'000 francs), l'une des plus importantes saisies réalisées par leurs services.

La saisie, effectuée jeudi, est «significative (...) l'une des plus grandes en matière d'ivoire de contrebande par les douanes sud-africaines», ont souligné les douanes dans un communiqué.

Les défenses avaient été conditionnées et expédiées depuis le Zimbabwe voisin. Elles ont été retrouvées «enveloppées dans du papier chiffonné sans aucun permis», et «la cargaison était enregistrée comme des produits d'artisanat», selon le communiqué. «Il s'agit clairement d'une tentative de contrebande» et une enquête a été ouverte.

Le Zimbabwe connaît une recrudescence du braconnage depuis quelques années. En 2013, plus de 100 éléphants avaient été tués en un mois, empoisonnés au cyanure.

Dizaines de milliers d'éléphants tués

Le Gabon, ce petit pays d'Afrique, accueille plus de la moitié des éléphants de forêt d'Afrique, mais subit une pression croissante de la part des braconniers: environ 20'000 pachydermes ont été tués en 10 ans, d'après l'Agence nationale des parcs nationaux (ANPN).

L'Afrique australe abrite plus de la moitié des éléphants du continent dont la population est estimée à un demi-million mais plus de 35'000 bêtes sont tuées chaque année en Afrique pour leurs défenses.

Le trafic d'ivoire est tiré par une forte demande en Chine et dans une moindre mesure en Thaïlande, malgré un moratoire sur son commerce international décidé en 1989.

Les défenses et certaines parties du corps des éléphants sont prisées en Asie et au Moyen-Orient pour la fabrication de bijoux, de porte-bonheurs ou pour la médecine traditionnelle.

(afp/nxp)

Créé: 03.07.2015, 14h19

Articles en relation

La Chine détruit 600 kg d'ivoire

Contrebande Les autorités chinoises ont broyé plus de 600 kg d'ivoire pour afficher leur lutte contre la contrebande. Plus...

L'éléphant d'Afrique est menacé à court terme

Trafic d'ivoire La lutte contre la corruption et la pauvreté sont primordiales pour éviter une disparition rapide de l'éléphant d'Afrique à l'état sauvage. Plus...

Le président kényan brûle 15 tonnes d'ivoire

Trafic Le président kényan Uhuru Kenyatta a détruit le plus important volume en Afrique, il promet de faire de même avec l'ensemble du stock d'ici fin 2015. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Menacé par des explosifs, le village de Mitholz sera évacué dix ans
Plus...