Passer au contenu principal

BURKINA FASOBlaise Compaoré se réfugie au Maroc

Le président déchu du Burkina Faso a quitté jeudi la Côte d'Ivoire où il était exilé pour rejoindre le Maroc.

Des soldats de l'ex-régiment de sécurité présidentielle (RSP), l'ancienne garde prétorienne du président Blaise Compaoré, auraient tenté de prendre le pouvoir. (Burkina Faso, 21 octobre 2016)
Des soldats de l'ex-régiment de sécurité présidentielle (RSP), l'ancienne garde prétorienne du président Blaise Compaoré, auraient tenté de prendre le pouvoir. (Burkina Faso, 21 octobre 2016)
Keystone
La justice du Burkina Faso a annoncé lundi qu'elle renonçait à son mandat d'arrêt contre le président de l'Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro (en photo AFP ci-contre) pour son implication présumée dans le coup d'Etat manqué de septembre 2015, mais a demandé à la Côte d'Ivoire de le poursuivre dans le cadre d'une autre procédure dite de «dénonciation». (lundi 6 juin 2016)
La justice du Burkina Faso a annoncé lundi qu'elle renonçait à son mandat d'arrêt contre le président de l'Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro (en photo AFP ci-contre) pour son implication présumée dans le coup d'Etat manqué de septembre 2015, mais a demandé à la Côte d'Ivoire de le poursuivre dans le cadre d'une autre procédure dite de «dénonciation». (lundi 6 juin 2016)
AFP
Ce blocage  politique fait planer de lourdes incertitudes pour les journées à venir.
Ce blocage politique fait planer de lourdes incertitudes pour les journées à venir.
1 / 19

Blaise Compaoré, le président déchu du Burkina Faso, a quitté jeudi 20 novembre la Côte d'Ivoire, où il était en exil depuis sa démission le 31 octobre, pour rejoindre le Maroc, a-t-on appris auprès de la présidence ivoirienne.

Blaise Compaoré, sa femme et des membres de sa famille ont quitté dans l'après-midi Yamoussoukro, où ils se trouvaient depuis trois semaines, a indiqué cette source.

Le départ de l'ancien chef de l'Etat burkinabè n'est pas définitif, Blaise Compaoré étant «amené à revenir», a-t-elle toutefois assuré.

Le Maroc félicite le président intérimaire

La famille Compaoré a décollé de la capitale politique ivoirienne dans un avion affrété spécialement, a souligné cette source, sans préciser si l'avion appartenait à la Côte d'Ivoire, au Maroc ou s'il s'agissait d'un jet privé.

De leur côté, les autorités marocaines n'ont, pour l'heure, fait aucun commentaire. Le roi du Maroc a en revanche adressé jeudi un «message de félicitations» au président intérimaire, Michel Kafando, au surlendemain de sa prestation de serment.

«Votre désignation (...) répond à la volonté du peuple du Burkina Faso d'aller de l'avant sur la voie de la consolidation de la démocratie», a déclaré Mohammed VI, selon l'agence officielle MAP.

Le souverain a par la même exprimé le «soutien constant du Maroc» et réaffirmé sa «ferme détermination à œuvrer, de concert avec Michel Kafando, pour conférer une dynamique renouvelée aux relations de coopération fructueuse et de solidarité agissante», d'après la même source.

Compaoré chassé après 27 années de règne

Blaise Compaoré a été chassé le 31 octobre par la rue après 27 années de règne pour avoir voulu réviser la Constitution afin de se maintenir au pouvoir. Le jour de sa démission, il avait été exfiltré du Burkina Faso vers Yamoussoukro grâce à des moyens militaires français. Il est réputé avoir de bonnes relations avec les autorités marocaines.

Sa présence en Côte d'Ivoire avait été considérée par Abidjan comme une «évidence» à son arrivée.

Mais elle faisait polémique du fait de son action très controversée durant la décennie de crise politico-militaire ivoirienne (2002-2011).

Rumeurs quant à sa présence en Cote d'Ivoire

Pour les partisans de l'actuel président ivoirien Alassane Ouattara, Blaise Compaoré est un «faiseur de paix» car il parraina les accords de paix de Ouagadougou de 2007.

A l'inverse, il est détesté par les soutiens de Laurent Gbagbo, pour lesquels il est celui ayant armé et formé la rébellion qui tenta un coup d'Etat contre l'ancien président en 2002, provoquant une durable partition du pays.

«Il y avait beaucoup de rumeurs liées à sa présence en Côte d'Ivoire», a souligné une source sécuritaire. «A ce niveau-là, son départ va faire du bien».

La Côte d'Ivoire a connu une décennie de crise politico-militaire qui a culminé avec les violences postélectorales de 2010-2011. Le refus de Laurent Gbagbo de reconnaître la victoire d'Alassane Ouattara embrasa le pays, faisant plus de 3.000 morts.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.