Une attaque de bus fait un mort et plusieurs blessés

CamerounUn convoi de bus a été attaqué samedi tard dans la nuit vers Bamenda dans le Cameroun anglophone, faisant un mort et plusieurs blessés.

L'attaque a été perpétrée par des individus armés au village d'Akum, à quelques kilomètres de Bamenda. (capture d'écran)

L'attaque a été perpétrée par des individus armés au village d'Akum, à quelques kilomètres de Bamenda. (capture d'écran)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un chauffeur d'autocar a été tué et plusieurs personnes blessées dans l'attaque d'un convoi de bus, dans la nuit de samedi à dimanche, à quelques kilomètres de Bamenda (Nord-Ouest) au Cameroun anglophone, a indiqué la télévision publique dimanche soir.

L'attaque a été perpétrée par des individus armés au village d'Akum, à quelques kilomètres de Bamenda, a détaillé le média public dans son journal télévisé.

Des images de l'attaque circulant dimanche sur les réseaux sociaux montrent une route en réfection coupée par une tranchée, ainsi que cinq autocars de transport public détruits à l'aide d'un engin mécanique. La tranchée a été creusée par les assaillants, selon des témoins interrogés par les médias sur place.

«Un de nos collaborateurs nous a informé qu'un groupe d'hommes armés a fait irruption sur le chantier et s'est emparé de la pelle mécanique pour creuser un trou sur la voie», a témoigné un responsable de la compagnie de travaux publics chargée de rénover la route qui relie Bamenda à Bafoussam, près de 80 km au sud.

Les autorités du département de la Mezam et un détachement de l'armée camerounaise sont descendus sur les lieux afin de rétablir la circulation qui a repris dans la soirée de dimanche.

Velléité d'indépendance

Les deux régions anglophones -sur les dix que compte le Cameroun - sont confrontées à une grave crise depuis fin 2016 sur fond de velléité d'indépendance du Cameroun anglophone.

Les manifestations pacifiques se sont transformées en violences armées et les combats sont devenus quasi quotidiens entre les forces de l'ordre et les séparatistes, notamment depuis l'arrestation début janvier du leader indépendantiste Sisiku Ayuk Tabe et de neuf de ses partisans.

Au Cameroun anglophone, 109 membres des forces de l'ordre et de sécurité ont été tués, selon le gouvernement qui identifie les séparatistes à des «terroristes». Le nombre de victimes enregistrées chez les séparatistes n'est pas connu. Plusieurs centaines de civils auraient perdu la vie dans ce conflit, selon des ONG.

Une élection présidentielle est prévue au Cameroun le 7 octobre. Neuf candidats sont en lice, dont le président sortant Paul Biya, 85 ans dont 35 au pouvoir, qui brigue un septième mandat consécutif. (afp/nxp)

Créé: 10.09.2018, 02h45

Articles en relation

Cent soixante détenus s'évadent d'une prison

Cameroun L'évasion spectaculaire a été favorisée par l'attaque d'une prison, au Nord-Ouest du pays, par un groupe armé dans la nuit de samedi à dimanche. Plus...

Enquête ouverte sur une vidéo virale d'exactions

Cameroun Des images diffusées sur les réseaux montrant des soldats tuer des femmes et des enfants a choqué l'opinion publique. Les autorités se sont penchées sur l'affaire. Plus...

Affrontement en zone anglophone: 22 morts

Cameroun Un affrontement entre l'armée et un groupe de «terroristes» dans le nord-ouest anglophone du pays a fait 22 morts. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Ukrainiens se choisissent un humoriste comme président
Plus...