Un cas d'Ebola confirmé à Goma

RDCDimanche à Goma, une ville d'un million d'habitants, un cas de fièvre hémorragique Ebola a été signalé par les autorités congolaises.

En mai dernier, des habitants de Butembo enterraient une victime du virus Ebola. (Photo d'archives)

En mai dernier, des habitants de Butembo enterraient une victime du virus Ebola. (Photo d'archives) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un premier cas de fièvre hémorragique Ebola a été enregistré dimanche à Goma (environ un million d'habitants), la plus grande ville touchée depuis le début de l'épidémie le 1er août dernier en République démocratique du Congo, a annoncé le Ministère de la santé, qui demande que «la population garde son calme».

Le malade est un homme arrivé dimanche matin par bus, avec 18 autres passagers et le chauffeur, en provenance de Butembo, l'un des principaux foyers de la maladie dans la province du Nord-Kivu (est). Son voyage a commencé vendredi après que «ses premiers symptômes sont apparus le 9 juillet», précise le communiqué du ministère.

«Vers 15 h, les résultats du test laboratoire ont confirmé qu'il était positif à Ebola», ajoute le ministère. «En raison de la rapidité avec laquelle le patient a été identifié, ainsi que l'identification de tous les passagers du bus en provenance de Butembo, le risque de propagation dans le reste de la ville de Goma reste faible», estime le ministère. «Le chauffeur du bus ainsi que les 18 autres passagers ont été identifiés et leur vaccination commencera dès ce lundi 15 juillet 2019.»

Le malade est présenté comme un pasteur qui a effectué un court séjour à Butembo, une ville à 200-300 km au nord de Goma, mais séparée du chef-lieu provincial par de très mauvaises routes, sous la menace des groupes armés. À Butembo, il prêchait dans une église chrétienne où il aurait touché des mains les fidèles, «y compris les malades», d'après le communiqué du ministère.

Suivi par un infirmier

«Ses premiers symptômes sont apparus le 9 juillet alors qu'il était toujours à Butembo. Il a été suivi par un infirmier à domicile jusqu'à son départ pour Goma le 12 juillet», poursuit le ministère. «Dès son arrivée à Goma ce dimanche matin, il s'est rendu dans un centre de santé pour continuer son traitement», et les personnels soignants «ont immédiatement alerté les équipes de la riposte Ebola, qui l'ont transféré au centre de traitement».

À son arrivée à Goma, ce pasteur qui officierait dans une église dite du réveil, aurait emprunté une moto pour se rendre au domicile d'un proche, d'après une source qui préfère garder l'anonymat. Des personnels de santé avaient été vaccinés dès le mois de décembre à Goma, alors que l'épidémie a surtout frappé la zone de Beni-Butembo plus au nord.

«Depuis novembre 2018, le Ministère de la santé et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont mis en place un système de préparation et de riposte contre Ebola dans la ville de Goma, en raison du flux important de voyageurs venant des zones touchées par l'épidémie», souligne le ministère.

L'actuelle épidémie dans l'est de la RDC est la deuxième plus importante dans l'histoire de la maladie après celle qui a tué près de 11 000 personnes en Afrique de l'Ouest (Guinée, Liberia, Sierra Leone) en 2013-2014.

«Il y a eu 1655 décès (1561 confirmés et 94 probables) et 694 personnes guéries», lit-on dans le bulletin quotidien du Ministère de la santé daté de samedi. Et 160 239 personnes ont été vaccinées, ajoute le ministère. (afp/nxp)

Créé: 15.07.2019, 00h47

Articles en relation

Ebola: incidents contre une équipe sanitaire

RDC Dans le nord-est du pays, des motards s'en sont pris à une équipe de prévention du virus Ebola, avant d'être dispersés. Plus...

Ebola: pas d'«urgence» sanitaire mondiale

OMS Selon l'OMS, il n'est pas nécessaire de déclarer l'«urgence» sanitaire mondiale pour l'épidémie d'Ebola qui ressurgit en Afrique. Plus...

Un deuxième patient meurt d'Ebola

Ouganda Le virus Ebola continue de faire des ravages en Ouganda. La grand-maman de la petite victime la veille est aussi décédée. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.