La furie de Boko Haram visible depuis l’espace

NigeriaD’impressionnantes photos satellite montrent l’ampleur des destructions commises par les islamistes nigérians.

Le village de Doron Baga avant et après l’attaque lancée le 3 janvier par Boko Haram dans le nord-est du Nigeria. Cette offensive aurait fait jusqu’à 2000 morts, selon les estimations les plus pessimistes. EPA

Le village de Doron Baga avant et après l’attaque lancée le 3 janvier par Boko Haram dans le nord-est du Nigeria. Cette offensive aurait fait jusqu’à 2000 morts, selon les estimations les plus pessimistes. EPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Si certains doutaient encore de la dangerosité de Boko Haram, les deux photos satellite ci-contre devraient les convaincre de la furie destructrice des islamistes nigérians.

Publiées jeudi par Amnesty International (AI), elles donnent à voir le village de Doron Baga, avant et après l’attaque lancée le 3 janvier par Boko Haram dans le nord-est du pays. Une offensive qualifiée de «crime contre l’humanité» par le secrétaire d’Etat américain John Kerry, et qui aurait fait jusqu’à 2000 morts, selon les estimations les plus pessimistes.

Sur l’image infrarouge du haut, prise le 2 janvier par un satellite de la société privée Digital Globe, le village des bords du lac Tchad, dans le nord de l’Etat de Borno, est encore intact. Les nombreux arbres apparaissent en rouge, et l’on distingue très nettement, dans le rectangle «zoomé», les toits des habitations.

Pris le 7 janvier, soit quatre jours après que la tempête Boko Haram s’est abattue sur les lieux, le deuxième cliché n’est que grisaille et désolation, commerces et habitations rasés au sol, quelques rares taches rouges désignant les arbres ayant résisté aux flammes destructrices.

Ces deux clichés font partie d’une série de photos diffusées par AI et Human Rights Watch pour documenter les destructions recensées dans les deux agglomérations voisines de Doron Baga et Baga.

Attaque massive

«Sur toutes les attaques de Boko Haram analysées par Amnesty, celle-ci est la plus massive et la plus destructrice à ce jour. Il s’agit de violences délibérées contre des civils, dont les maisons, centres médicaux et écoles sont désormais des ruines calcinées», a déclaré Daniel Eyre, spécialiste du Nigeria à Amnesty International.

Cependant, précise AI, l’analyse ne porte que sur deux des nombreux villages et villes qui ont été victimes de la série d’attaques menées par Boko Haram depuis le 3 janvier. Au total, 16 localités ont été brûlées et 20 000 personnes ont dû fuir la région, ont indiqué des responsables locaux.

Pour Amnesty, cette attaque est «la plus grande et la plus destructrice» perpétrée par Boko Haram depuis le début de son insurrection en 2009. Laquelle a déjà fait plus de 13 000 morts et 1,5 million de déplacés.

Par ailleurs, et au fil des témoignages recueillis par AI, de nouveaux détails émergent sur les atrocités des islamistes. Comme cette femme abattue en plein accouchement «alors que la moitié du bébé (était) sortie».

«Ils ont tué tellement de gens. J’ai peut-être vu 100 personnes tuées à un moment à Baga. J’ai couru dans la brousse. Alors que nous courions, ils mitraillaient et tuaient», décrit un quinquagénaire non identifié.

Des témoins ont aussi rapporté à Amnesty que 300 femmes avaient été enlevées. Détenues dans une école, les plus âgées, les mères et les enfants ont ensuite été libérées, mais les jeunes femmes seraient toujours captives.

Visite surprise

Enfin, alors que de nombreux observateurs relèvent que ces violences inégalées pourraient perturber les élections législatives et la présidentielle du 14 février, le président nigérian Goodluck Jonathan – en campagne pour sa réélection – a fait une visite surprise, jeudi à Maiduguri, la capitale de l’Etat de Borno.

Avant que Boko Haram ne s’en retire pour se concentrer dans des régions plus reculées du Nord-Est, la ville fut le fief des islamistes. Désormais, Maiduguri abrite de nombreux civils fuyant les combats. (TDG)

Créé: 15.01.2015, 18h45

Articles en relation

Boko Haram utilise une fillette bardée d’explosifs

Nigeria Nouvelle escalade dans l’horreur. La charge transportée par une enfant âgée de 10 ans a été déclenchée sur un marché. 20 morts. Plus...

Gorgui Wade Ndoye: Soyez maudits vous partisans de Boko Haram !

Les blogs de la Tribune Chaque fille volée, vendue achetée est une part de nous même qui est volée violée et détruite. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Matin et 20 Minutes regroupés
Plus...