L'ONU autorise une intervention française en Centrafrique

République centrafricaineLe Conseil de sécurité de l'ONU a donné jeudi mandat aux forces françaises pour intervenir en République centrafricaine (RCA) afin de rétablir la sécurité, en appui à une force panafricaine.

Plus de 250 soldats français se sont déployés à Bangui.

Plus de 250 soldats français se sont déployés à Bangui. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le texte, adopté à l'unanimité des 15 pays membres du Conseil sur proposition de la France - ancienne puissance coloniale - autorise les soldats français en RCA à «prendre toutes les mesures nécessaires pour soutenir la Misca (force africaine en RCA) dans l'accomplissement de son mandat».

La Misca pourra se déployer «pour une période de douze mois», avec une clause de révision à six mois, avec pour mission de «protéger les civils, rétablir l'ordre et la sécurité, stabiliser le pays» et faciliter l'acheminement de l'aide humanitaire.

Dans le cadre de l'opération Sangaris (du nom d'un papillon rouge), la France doit tripler son contingent sur place, qui passera à 1200 hommes. Ils sont chargés notamment de sécuriser l'aéroport de Bangui et les principaux axes par où transiteront les convois humanitaires.

La Centrafrique est livrée aux bandes armées depuis le renversement en mars du président François Bozizé par la coalition rebelle Séléka. La résolution envisage la transformation éventuelle de la Misca en force de maintien de la paix de l'ONU quand les conditions le permettront, c'est-à-dire dans plusieurs mois, et à condition que le Conseil donne à nouveau son feu vert.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon doit préparer un rapport à ce sujet dans les trois mois. Selon un précédent rapport de M. Ban, une telle opération devrait mobiliser entre 6000 et 9000 Casques bleus pour être efficace.

La résolution prévoit aussi une commission d'enquête sur les droits de l'homme et un embargo sur les armes à destination de la RCA pendant un an.

Le Conseil brandit enfin la menace de sanctions ciblées (essentiellement le gel d'avoirs et une interdiction de voyager) contre les responsables d'exactions, ceux qui tenteraient de violer l'embargo ou de bloquer la transition politique en RCA, ou encore de piller les ressources naturelles du pays.

Près de 80 cadavres portant des marques de blessures à l'arme blanche et par balles gisaient jeudi dans une mosquée de Bangui et au bord de rues de la ville après les violences de la matinée, ont constaté des journalistes de l'AFP. (afp/nxp)

Créé: 05.12.2013, 16h38

Articles en relation

«Un millier de soldats» français déployés en Centrafrique

Résolution La France a décidé, avec l'accord de l'ONU, de déployer «un millier de soldats» en Centrafrique pour six mois afin d'appuyer la mission africaine et rétablir l'ordre dans le pays. Plus...

Violences à Bangui, sous la coupe de la Seleka

Rébellion Pillages, mises à sac, prises d'otages, la situation est grave dans la république de Centrafrique, témoignent des habitants de la capitale. Plus...

Michel Djotodia élu président du Centrafrique

Putsch Le chef de la coalition rebelle Michel Djotodia a été élu sans surprise président de la République lors de la première session du Conseil national de transition. Plus...

Djotodia fait des promesses au peuple centrafricain

Nouveau président Le nouvel homme fort de Centrafrique, Michel Djotodia, a affirmé samedi qu'il «remettra le pouvoir» en 2016 et appelé à la «tolérance», lors d'un discours public à Bangui. La nomination du gouvernement devait être annoncée sous peu. Plus...

Des dizaines de cadavres retrouvés dans les rues de Bangui

Centrafrique Au moins 78 corps ont été retrouvés en une semaine dans les rues de la capitale centrafricaine, aux mains des rebelles depuis le 24 mars et où la situation se normalise, en attendant la nomination sous peu d'un nouveau gouvernement. Plus...

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...