François Hollande se pose en garant des libertés

Sommet de la FrancophonieUne quinzaine de dirigeants se sont réunis à Kinshasa lors du 14e Sommet de la Francophonie. Image forte: François Hollande s'est gardé d'applaudir le discours du Congolais Joseph Kabila.

A Kinshasa, François Hollande a lié francophonie et démocratie.

A Kinshasa, François Hollande a lié francophonie et démocratie. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

François Hollande se gardant d'applaudir le discours du Congolais Joseph Kabila: c'est une des images fortes de l'ouverture, samedi, du sommet de la Francophonie de Kinshasa. Le président français s'est posé en garant des libertés.

La question des droits de l'homme a constitué le fil rouge de la visite d'une journée du chef de l'Etat français dans l'ancien Zaïre. Il a invité les 56 pays du monde francophone à mettre leur langue «au service du monde et de la liberté».

«Je suis venu aussi ici, à Kinshasa, pour parler clair comme je m'y suis engagé à Dakar. C'est-à-dire que je ne change pas de discours selon les lieux ou selon les interlocuteurs», a dit François Hollande lors d'une conférence de presse finale dans la capitale congolaise.

«Je dis non pas ce que je pense mais ce que la France porte comme message, comme principes, comme valeurs», a-t-il ajouté. Après le Sénégal, la République démocratique du Congo (RDC) était la deuxième étape d'une tournée africaine de deux jours, la première de son quinquennat.

A l'ouverture du sommet de la Francophonie, François Hollande a rappelé que «c'est en français que les révolutionnaires de 1789 ont proclamé et donc écrit la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen (...) La francophonie doit porter la démocratie, les droits de l'homme, le pluralisme, le respect de la liberté d'expression, l'affirmation que tout être humain doit pouvoir choisir ses dirigeants».

Pas d'applaudissements

Dans le Palais du peuple, François Hollande s'est gardé d'applaudir les propos liminaires du président congolais Joseph Kabila. Il a omis de le remercier en tant qu'hôte lorsqu'il a pris la parole.

Les deux hommes avaient eu auparavant un entretien «franc et direct» au palais présidentiel. Ce qui n'a pas empêché le président français de réitérer sur le sol congolais ses propos tenus cette semaine à Paris, où il avait qualifié «d'insoutenable» la situation des libertés en RDC, des commentaires fraîchement accueillis à Kinshasa.

Chef de l'opposition

Etienne Tshisekedi, chef de l'opposition congolaise qui accuse Joseph Kabila de lui avoir volé la victoire au scrutin de novembre 2011, a été reçu pendant une vingtaine de minutes à la résidence de France par François Hollande. Il a confié aux journalistes avoir trouvé son hôte français «très receptif».

François Hollande a par ailleurs rencontré à Kinshasa les représentants de sept ONG, et reçu des membres de l'opposition de l'Assemblée nationale congolaise «qui lui ont demandé un renforcement de la démocratie et des libertés en RDC», a rapporté son entourage.

La situation au Mali a aussi été largement abordée entre le président français et ses interlocuteurs, alors que le conseil de sécurité des Nations unies vient de voter une nouvelle résolution préparant une intervention armée panafricaine. François Hollande a renouvelé le message d'encouragement à l'Afrique délivré la veille dans la capitale du Sénégal.

(ats/nxp)

Créé: 13.10.2012, 23h51

Passage de témoin

Le vice-président du Conseil fédéral Ueli Maurer avait transmis en matinée la présidence du Sommet de la Francophonie à la République démocratique du Congo (RDC), en souhaitant «bonne chance et un grand succès» au président Kabila.

M. Maurer a rappelé les efforts de la Suisse pour «renforcer la place de la Francophonie» sur la scène internationale depuis le Sommet de Montreux en 2010. Il a cependant souligné que plusieurs «chantiers» restaient ouverts, tels que le soutien aux pays en crise, le développement durable ou encore le renforcement des «structures démocratiques et judiciaires» de certains pays membres.

Articles en relation

Ueli Maurer passe le témoin à la RDC

Sommet de la Francophonie Le conseiller fédéral a transmis samedi la présidence du Sommet de la Francophonie à la République démocratique du Congo (RDC). A Kinshasa, il a loué le travail de l'organisation. Plus...

Un sommet de la Francophonie très africain à Kinshasa

Langues Une vingtaine de chefs d'Etat et de gouvernement «ayant le français en partage» se retrouvent samedi au 14e sommet de la Francophonie à Kinshasa. Ueli Maurer représentera la Suisse. Plus...

Le Mali suspendu de la Francophonie

Coup d'Etat Le Mali a été suspendu vendredi des instances de la Francophonie après le coup d'Etat qui a porté des militaires au pouvoir le 22 mars, a annoncé l'Organisation internationale de la Francophonie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.