Affrontements à Jakarta après la présidentielle

IndonésieMercredi matin, des manifestations ont eu lieu après l'annonce des résultats de la présidentielle, la veille.

Affrontements à Jakarta après la proclamation des résultats de la présidentielle indonésienne.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Six personnes ont été tuées à Jakarta dans des affrontements au lendemain de l'annonce des résultats officiels de l'élection présidentielle contestés par l'opposition, a annoncé mercredi la police indonésienne. Près de 70 manifestants ont été arrêtés.

«Certains ont des blessures par balle, certains par arme blanche mais nous devons encore clarifier cela», a expliqué le chef de la police indonésienne Tito Karnavian à des journalistes. Il se basait sur des informations du service médical de la police.

Le responsable a affirmé que la police n'avait pas utilisé de balles réelles sur les manifestants, des partisans du candidat battu Prabowo Sunbianto qui ne reconnaissent pas sa défaite face au président sortant Joko Widodo. Près de 70 manifestants ont été arrêtés selon la police qui a attribué les violences à des «provocateurs».

Réseaux sociaux limités

Des affrontements entre partisans de l'opposition et la police ont lieu dans différents points de la capitale depuis la nuit de mardi à mercredi matin après l'annonce surprise la veille des résultats officiels de l'élection présidentielle.

Des forces anti-émeutes ont eu recours à du gaz lacrymogène pour disperser des manifestants qui lançaient des pierres et des feux d'artifice en direction de la police. D'autres manifestants ont mis feu à des étals de marchands et plusieurs véhicules ont été incendiés, ont constaté des photographes de l'AFP.

L'accès à certaines fonctionnalités des réseaux sociaux, comme le partage de vidéo et de photo va être limité pour limiter la propagation des infox, a indiqué le ministre coordonnateur de la sécurité Wiranto. Un commandant des forces spéciales a été placé en détention pour avoir tenté de fournir des armes à des manifestants, avait indiqué précédemment le gouvernement.

Station de train fermée

Une importante station de train desservant le centre-ville a été fermée. Plusieurs axes routiers menant vers la commission électorale (KPU) et l'organe de supervision électorale (Bawaslu) étaient fermés au trafic routier mercredi. Des centres commerciaux, des entreprises ainsi que des écoles ont également été fermées.

Plus de 30'000 forces de l'ordre avaient été déployées dans la capitale en prévision de la publication des résultat de l'élection très disputée. La commission électorale indonésienne a proclamé le président sortant Joko Widodo vainqueur de l'élection avec 55,5% des voix, contre 44,5% pour son adversaire, l'ex-général Prabowo Subianto. Mais ce dernier met en cause depuis le scrutin du 17 avril le comptage des voix et dénonce des fraudes, non confirmées par l'organe de supervision électorale indonésien ou par les observateurs indépendants.

Prabowo Subianto a appelé ses partisans à rester calme et veut contester l'élection devant la cour constitutionnelle. Plusieurs centaines de manifestants s'étaient rassemblés mardi devant l'organe de supervision de l'élection. (ats/nxp)

Créé: 22.05.2019, 10h12

Articles en relation

Le président sortant donné gagnant dans les sondages

Indonésie L'élection présidentielle oppose le chef d'Etat sortant Joko Widodo à l'ex-général Prabowo Subianto. Plus...

Les Indonésiens élisent leur président

Indonésie Plus de 190 millions d'électeurs indonésiens vont se rendre aux urnes mercredi pour choisir entre le président sortant, Joko Widodo, et un ex-général. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.