Passer au contenu principal

L'affaire Ramadan reprise par la Brigade criminelle

Le dossier Tariq Ramadan vient d'être confié, selon le «JDD», à la Brigade criminelle parisienne. Il était jusqu'à maintenant traité par le 2e District de la police judiciaire.

Compte-tenu de l'importance des investigations dans l'affaire Tariq Ramadan, notamment à l'étranger, les juges d'instruction ont saisi la Brigade criminelle. (photo d'archive)
Compte-tenu de l'importance des investigations dans l'affaire Tariq Ramadan, notamment à l'étranger, les juges d'instruction ont saisi la Brigade criminelle. (photo d'archive)
Keystone

Jusque-là aux mains du 2ème District de police judiciaire, le dossier de l'islamologue suisso-égyptien Tariq Ramadan, accusé de viol par trois femmes en France, vient d’être confié à la Brigade criminelle. C’était une demande de la défense française du théologien. Les juges d’instruction ont donc obtempéré afin de continuer les enquêtes sur trois viols présumés en France, et un autre en Suisse.

En prison depuis février

Tariq Ramadan a été incarcéré en février au terme de trois mois d’enquête préliminaire, en raison de «l’importance des investigations» à mener, notamment à l’étranger. Trois commissions rogatoires ont été délivrées en Suisse, en Belgique et en Grande-Bretagne.

La chambre de l’instruction doit se prononcer le 22 mai prochain sur l’appel déposé par son avocat suite au rejet, début mai, de sa demande de remise en liberté.

L'islamologue doit être auditionné le 5 juin. Par ailleurs, des analyses ADN pratiquées sur une robe tachée du sperme de Tariq Ramadan selon la troisième plaignante devraient permettre aux enquêteurs d'avancer dans leurs investigations.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.