Affaire Epstein: ouverture d'une enquête en France

PédophilieL'enquête doit mettre au jour des «viols» et «agressions sexuelles» dans le cadre de l'affaire du financier américain Jeffrey Epstein.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le parquet de Paris a annoncé vendredi avoir ouvert une enquête pour «viols» et «agressions sexuelles», notamment sur mineurs, dans le cadre de l'affaire du financier américain Jeffrey Epstein, poursuivi aux Etats-Unis pour des abus sur des adolescentes et mort en prison début août.

«Les investigations, confiées à l'Office central de répression des violences faites aux personnes, auront pour objet de mettre au jour d'éventuelles infractions commises non seulement sur le territoire national, mais aussi à l'étranger au préjudice de victimes françaises» ainsi que d'éventuels «auteurs de nationalité française», explique le procureur de Paris Rémy Heitz dans un communiqué.

Echanges avec les Etats-Unis

Cette enquête préliminaire a aussi été ouverte des chefs d'«association de malfaiteurs en vue de commettre des crimes» et «association de malfaiteurs en vue de commettre des délits punis d'au moins 5 ans d'emprisonnement».

Le parquet a pris cette décision après avoir procédé à des «vérifications et recoupements effectués sur la base des éléments» qui lui avaient été transmis et après avoir eu des «échanges» avec les autorités américaines compétentes, précise le communiqué.

Témoignages de victimes françaises

L'association Innocence en danger avait saisi le parquet fin juillet après l'arrestation d'Epstein aux Etats-Unis et avait publié le 12 août, deux jours après la mort de M. Epstein, une lettre ouverte appelant le procureur de Paris à ouvrir une enquête.

Jeudi, elle a affirmé avoir reçu dix témoignages émanant principalement de victimes d'actes «commis sur le sol français» en lien avec le multimillionnaire mort à l'âge de 66 ans, qui possédait un appartement à Paris.

Des filles envoyées aux Etats-Unis

Dans un témoignage datant de 2011 mais récemment rendu public aux Etats-Unis, une plaignante accusait par ailleurs le financier et jet-setter d'avoir abusé de très jeunes Françaises qui lui avaient été envoyées comme «cadeau d'anniversaire surprise».

Selon des médias anglo-saxons, elle assurait également que ces jeunes filles avaient été envoyées aux Etats-Unis par un ancien proche d'Epstein, le Français Jean-Luc Brunel, fondateur des agences de mannequins Karin Models et MC2 Model Management, qui a été aperçu début juillet dans une soirée huppée près de Paris.

Jeffrey Epstein avait été arrêté le 6 juillet et inculpé à New York pour avoir organisé, de 2002 à 2005 au moins, un réseau constitué de dizaines de jeunes filles, certaines collégiennes, avec lesquelles il aurait eu des rapports sexuels contraints dans ses nombreuses propriétés, notamment à Manhattan et en Floride.

Il a été retrouvé mort le 10 août dans sa cellule new-yorkaise, les résultats de l'autopsie confirmant un suicide par pendaison. (afp/nxp)

Créé: 23.08.2019, 16h28

Articles en relation

Affaire Epstein: le prince Andrew «consterné»

Royaume-Uni Le nom du prince Andrew, fils de la reine Élisabeth II, ressort dans l'affaire du financier décédé et accusé d'abus sexuels sur mineures. Plus...

Les nombreuses zones d'ombre d'Epstein

Etats-Unis Les documents judiciaires rendus publics dressent un tableau toujours plus sordide de Jeffrey Epstein, accusé d'agressions sexuelles. Plus...

Epstein: un Français au coeur des accusations

Trafic sexuel Un chasseur de mannequins français est accusé de viols et d'avoir fourni des jeunes filles à son ancien ami Jeffrey Epstein. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...