Ado en prison pour des messages anti-religieux

SingapourAmos Yee, 17 ans, écope d'un mois et demi de prison pour avoir diffusé des messages insultants sur les réseaux sociaux.

Le jeune homme avait déjà été condamné en 2015.

Le jeune homme avait déjà été condamné en 2015. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un adolescent a été condamné jeudi à Singapour à un mois et demi de prison ferme pour avoir diffusé sur les réseaux sociaux des messages insultant musulmans et chrétiens, un peu plus d'un an après une autre sanction semblable.

Amos Yee, 17 ans, avait publié entre novembre 2015 et mai dernier une série de messages comme «si vous êtes musulmans, vous êtes retardés» et d'autres contenant des propos plus obscènes à l'égard des musulmans et des chrétiens.

L'adolescent a «délibérément choisi de nuire en utilisant des mots insultants et des gestes blasphématoires» pour blesser les sentiments des musulmans et chrétiens, a déclaré le président du tribunal singapourien, Ong Hian Sun.

Amende aussi

Amos Yee, qui devra purger sa peine à compter du 13 octobre, a également été condamné à une amende de 2000 dollars de Singapour (1.300 euros).

Cette affaire montre «qu'on peut être condamné à de la prison à Singapour quand on critique l'islam, même quand on est un enfant», a déclaré l'adolescent à des journalistes à sa sortie du tribunal.

En juillet 2015, Amos Yee avait été condamné à un mois de prison pour avoir diffusé sur les réseaux sociaux une vidéo très critique à l'égard de Lee Kuan Yew, père fondateur du Singapour moderne, décédé en mars de la même année.

Singapour, une importante place financière asiatique, est connue pour sa législation très sévère réprimant crimes et délits.

(afp/nxp)

Créé: 29.09.2016, 08h12

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

En droit suisse, un homme ne peut être violé
Plus...