L'administration Trump fait appel du blocage

Décret migratoireL'appel du blocage a été déposé devant le tribunal fédéral de Greenbelt, dans le Maryland (est), selon un document judiciaire.

Image: Getty Images

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'administration du président Donald Trump a annoncé vendredi avoir fait appel d'une suspension partielle, par un juge fédéral de l'Etat du Maryland, du second décret migratoire qui interdit temporairement l'entrée aux Etats-Unis des réfugiés et des ressortissants de six pays musulmans.

Le juge Theodore Chuang avait suspendu jeudi matin en partie le texte, en ciblant la mesure d'interruption de délivrance des visas pour les six pays musulmans concernés. Il avait estimé que le nouveau décret était «la concrétisation, envisagée depuis longtemps, de l'interdiction d'entrée (aux Etats-Unis) des musulmans».

Un autre juge fédéral, à Hawaï, avait lui aussi suspendu mercredi l'application du décret, signé par Donald Trump le 6 mars et qui devait entrer en vigueur jeudi. «Ce décret a été émis dans l'objectif de défavoriser une religion déterminée», avait estimé dans sa décision le juge Derrick Watson.

Les deux juges avaient indiqué avoir fondé leur opinion sur des déclarations passées de M. Trump et de ses conseillers. Donald Trump avait notamment proposé pendant la campagne présidentielle de fermer les frontières américaines à tous les musulmans. Ces deux tribunaux ont donné raison aux Etats démocrates et aux militants associatifs qui affirment que le décret vise de façon discriminatoire les musulmans.

Ces décisions, parce qu'elles émanent de juges fédéraux, s'appliquent à l'ensemble du territoire des Etats-Unis.

Le décret retoqué avait pourtant été présenté par M. Trump comme inattaquable sur le plan juridique, ayant été expurgé de ses éléments les plus contestés qui avaient suscité des réactions outrées dans sa première version.

Condamnant une justice «politisée», M. Trump avait dénoncé «un abus de pouvoir sans précédent» et un coup d'arrêt à sa politique «faisant paraître faibles» les Etats-Unis. Exactement comme après la suspension le 3 février de son premier décret anti-immigration, le président avait promis de poursuivre la lutte devant les tribunaux, «jusqu'à la Cour suprême». (afp/nxp)

Créé: 17.03.2017, 21h47

Articles en relation

Londres dénonce des «accusations ridicules»

Trump sur écoute L'agence de surveillance britannique nie avoir mis sur écoute le président américain à la demande de Barack Obama. Plus...

L'Amérique de Trump se frotte au G20 Finances

Economie Ce sommet, le premier auquel participe le nouveau gouvernement, augure d'échanges tendus sur la question du libre-échange. Plus...

Trump reçoit Merkel pour un tête-à-tête attendu

Diplomatie Après une série d'échanges tendus, le président américain veut mettre en avant les liens solides entre l'Allemagne et les Etats-Unis. Plus...

«Vous êtes une caricature dégoûtante du Président»

McDonald's Un tweet à l'encontre de Donald Trump a été publié par le compte Twitter de McDonald's. Qui se dit victime d'un piratage. Plus...

L'environnement, victime du 1er budget de Trump

Budget 2018 Comme prévu, le président américain prévoit des coupes importantes dans le budget 2018 de l’environnement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.