Accusé de tous les maux, Airbnb est interdit à Berlin

AllemagneSelon les autorités, l’incroyable succès du site de location d’appartements a fait exploser le prix des loyers et accru la pénurie.

Les autorités berlinoises ont annoncé l’interdiction pour les particuliers de louer leurs appartements via le site Airbnb.

Les autorités berlinoises ont annoncé l’interdiction pour les particuliers de louer leurs appartements via le site Airbnb. Image: JAMES NORMAN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Central, calme et pas cher.» Jusqu’à présent, l’annonce de Caroline (*) sur Airbnb a fonctionné à merveille. Son appartement est situé au cœur de la capitale allemande. «Avec mon loyer modeste, cela me faisait un très bon complément de revenu. Sans payer d’impôts», confie la Berlinoise. A partir du 1er mai, cette pratique sera passible d’une amende de 100 000 euros. «Je vais arrêter Airbnb. C’est devenu trop risqué. Je vais reprendre la vieille méthode du bouche à oreille pour louer mon appartement. Ce sera plus difficile et beaucoup moins rentable», estime Caroline.

Ailleurs aussi

La problématique Airbnb concerne d’autres villes comme Barcelone, Paris ou Londres. Mais Berlin est touchée de plein fouet par le phénomène. Alors que les loyers sont encore relativement modestes pour une grande ville européenne, certains locataires ont découvert un business lucratif dans cette capitale devenue en dix ans l’une des destinations les plus en vogue d’Europe avec plus de 30 millions de nuitées par an (+5,4% en 2015).

Environ 24 000 appartements seraient mis à disposition des touristes par des particuliers, dont 16 000 offres sur le seul site Airbnb. Résultat: il est devenu très difficile de trouver un logement à louer au centre de la capitale. Le prix des loyers a explosé et la pénurie de logements s’accentue avec Airbnb, accusent les élus locaux. Un problème social important alors que Berlin est la ville la plus pauvre d’Allemagne après Brême (revenu moyen: 1600 euros brut par mois).

Location d'une pièce possible

Pour mettre un terme à cette situation, Berlin a interdit définitivement la location d’appartements aux touristes sur les plates-formes comme Airbnb. A partir du 1er mai, «seule la location d’une pièce dans un appartement habité restera possible», résume Engelbert Lütke Daldrup, le secrétaire d’Etat au Logement de la ville-région.

Airbnb a envoyé des Etats-Unis un négociateur. En vain! Engelbert Lütke Daldrup a été inflexible. Les plates-formes sont proscrites dans leur forme actuelle et devront communiquer les données des loueurs à l’administration pour qu’ils paient des impôts.

Encouragés par les hôteliers, qui ont perdu des parts de marché, les maires d’arrondissement ont promis d’être inflexibles.

«Dans certains immeubles, on trouve plus de touristes que de locataires», s’inquiète Engelbert Lütke Daldrup, qui chiffre à 10 000 le nombre d’appartements retirés du marché locatif. «Nous avons construit 12 000 logements en 2015, ce n’est pas pour qu’Airbnb réduise nos efforts à néant», peste-t-il.

Manque de contrôleurs

Les juristes estiment néanmoins que cette loi n’empêchera pas les locations illégales. «Les pouvoirs publics n’ont pas les moyens de contrôler», estime Ulrich Ropertz, directeur de la Fédération allemande du logement. Comment, en effet, faire respecter la loi avec seulement une trentaine de fonctionnaires pour 24 000 logements?

Berlin parie sur la stratégie de la dissuasion. «Le risque de se faire pincer va grandir», répond simplement Engelbert Lütke Daldrup. Les touristes, en revanche, ne courront aucun risque s’ils sont pris en flagrant délit d’Airbnb.

* Prénom d’emprunt

(TDG)

Créé: 21.04.2016, 21h00

Articles en relation

Uber, Airbnb, 9flats: l’économie partagée montre son vrai visage

Business La «sharing economy» ne se soucie pas vraiment d’une meilleure utilisation des ressources. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.