Des accusations «injustes», selon le Panama

Panama PapersLe gouvernement panaméen reproche à l'OCDE les propos «discriminatoires» de son secrétaire général.

Le secrétaire général de l'OCDE, Jose Angel Gurria, avait affirmé, au lendemain des révélations des «Panama papers», que celles-ci «mettent en lumière la culture et la pratique du secret (bancaire) au Panama». (image - 5 avril 2016)

Le secrétaire général de l'OCDE, Jose Angel Gurria, avait affirmé, au lendemain des révélations des «Panama papers», que celles-ci «mettent en lumière la culture et la pratique du secret (bancaire) au Panama». (image - 5 avril 2016) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les accusations du secrétaire général de l'Organisation pour la Coopération et le Développement Économiques (OCDE), qui a qualifié le Panama de «dernière grande place» offshore, sont «injustes et discriminatoires», a riposté dans une lettre mardi le gouvernement panaméen.

Dans une lettre à laquelle l'AFP a eu accès, envoyée quelques jours après les révélations dites des «Panama papers» au chef de l'OCDE, Angel Gurria, le vice-ministre panaméen des Affaires étrangères, Luis Miguel Hincapié, affirme que «la stratégie d'ignorer les autres juridictions et de se concentrer uniquement sur le Panama est injuste et discriminatoire».

La réaction du gouvernement panaméen intervient deux jours après la révélation par des journaux du monde entier du scandale d'évasion fiscale dit des «Panama papers», une série de documents qui démontre comment un cabinet d'avocats du petit pays d'Amérique centrale a créé des sociétés offshore dans des paradis fiscaux pour des puissants du monde entier (voir articles en relation).

Pression

«De toute évidence, (vous) utilisez l'information émanant du récent rapport diffusé par les médias internationaux pour déformer les faits et ternir la réputation du pays», déclare le vice-ministre dans sa lettre.

Luis Miguel Hincapié accuse le chef de l'OCDE d'avoir pour dessein «de contraindre à l'adoption de la norme de l'OCDE pour l'échange automatique d'informations», l'une des conditions requises par l'OCDE pour qu'un pays ne soit pas considéré comme un paradis fiscal.

Le système financier du Panama est dans l'oeil du cyclone depuis la divulgation des «Panama Papers», publiés alors que les autorités du pays et l'OCDE s'affrontent sur l'accès à l'information financière.

Confidentialité

L'OCDE a accusé le Panama de ne pas coopérer suffisamment contre le blanchiment d'argent en refusant de fournir les informations financières de manière immédiate.

Le Panama assure toutefois être prêt à partager ces informations, mais selon ses conditions, dont celle de garantir la confidentialité de son centre bancaire, qui contribue à hauteur de 7% au PIB national.

«Les révélations des «Panama papers» mettent en lumière la culture et la pratique du secret (bancaire) au Panama. Le Panama est la dernière des grandes places offshore qui permet encore de dissimuler des fonds pour échapper à l'administration fiscale et aux autorités répressives», avait déclaré Angel Gurria lundi, au lendemain des révélations. (afp/nxp)

Créé: 06.04.2016, 06h22

Le Costa Rica va proposer un échange d'informations fiscales au Panama

Le ministère de l'Economie du Costa Rica a annoncé mardi qu'il proposerait au Panama la signature d'un accord d'échange d'informations fiscales, entre autres mesures pour combattre l'évasion fiscale grâce à des compagnies offshore, suite aux révélations.
La section d'enquête de la Direction générale des Impôts sera par ailleurs «renforcée pour rechercher, au cas par cas, les personnes, les entreprises et les cabinets (locaux) mentionnés dans les différentes articles» de l'enquête des «Panama Papers», a annoncé le ministre adjoint.

La Bolivie demande des informations sur ses citoyens impliqués

Le gouvernement bolivien a demandé mardi au groupe de journalistes qui a révélé l'affaire des «Panama papers» des informations sur les entreprises ou personnalités boliviennes citées dans les documents sur le scandale d'évasion fiscale.

«En tant que gouvernement national, ça nous intéresse de savoir comment ont eu lieu ces activités ou investissements qui impliqueraient des personnes physiques ou des entreprises de notre pays», a déclaré la ministre de la Transparence et de la lutte contre la Corruption, Lenny Valdivia, au cours d'une conférence de presse.

Galerie photo

Les «Panama Papers» secouent le monde

Les «Panama Papers» secouent le monde 140 personnalités internationales ont utilisé des sociétés offshore pour cacher des avoirs. Les documents, regroupés sous la dénomination Panama papers, ont été exploités par une centaine de journaux.

Articles en relation

Des proches des Le Pen mis en cause

«Panama Papers» Selon «Le Monde», l’entourage de la présidente et de l’ancien président du Front national français a monté des sociétés offshore. Plus...

Credit Suisse rejette les accusations d'évasion fiscale

Panama papers Le directeur général de Credit Suisse, Tidjane Thiam, a assuré que sa banque ne gérait des actifs que dans des buts licites. Plus...

La justice panaméenne ouvre une enquête

«Panama papers» L'enquête devra établir si des infractions ont été commises, par qui et repérer de possibles dommages financiers. Plus...

«La situation de Platini était connue du fisc suisse»

Panama Papers L'accusation liée aux révélations sur les activités offshore «va faire pschitt!», assure son avocat dans la presse française. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...