Passer au contenu principal

Des accusations «injustes», selon le Panama

Le gouvernement panaméen reproche à l'OCDE les propos «discriminatoires» de son secrétaire général.

Le secrétaire général de l'OCDE, Jose Angel Gurria, avait affirmé, au lendemain des révélations des «Panama papers», que celles-ci «mettent en lumière la culture et la pratique du secret (bancaire) au Panama». (image - 5 avril 2016)
Le secrétaire général de l'OCDE, Jose Angel Gurria, avait affirmé, au lendemain des révélations des «Panama papers», que celles-ci «mettent en lumière la culture et la pratique du secret (bancaire) au Panama». (image - 5 avril 2016)
Keystone

Les accusations du secrétaire général de l'Organisation pour la Coopération et le Développement Économiques (OCDE), qui a qualifié le Panama de «dernière grande place» offshore, sont «injustes et discriminatoires», a riposté dans une lettre mardi le gouvernement panaméen.

Dans une lettre à laquelle l'AFP a eu accès, envoyée quelques jours après les révélations dites des «Panama papers» au chef de l'OCDE, Angel Gurria, le vice-ministre panaméen des Affaires étrangères, Luis Miguel Hincapié, affirme que «la stratégie d'ignorer les autres juridictions et de se concentrer uniquement sur le Panama est injuste et discriminatoire».

La réaction du gouvernement panaméen intervient deux jours après la révélation par des journaux du monde entier du scandale d'évasion fiscale dit des «Panama papers», une série de documents qui démontre comment un cabinet d'avocats du petit pays d'Amérique centrale a créé des sociétés offshore dans des paradis fiscaux pour des puissants du monde entier (voir articles en relation).

Pression

«De toute évidence, (vous) utilisez l'information émanant du récent rapport diffusé par les médias internationaux pour déformer les faits et ternir la réputation du pays», déclare le vice-ministre dans sa lettre.

Luis Miguel Hincapié accuse le chef de l'OCDE d'avoir pour dessein «de contraindre à l'adoption de la norme de l'OCDE pour l'échange automatique d'informations», l'une des conditions requises par l'OCDE pour qu'un pays ne soit pas considéré comme un paradis fiscal.

Le système financier du Panama est dans l'oeil du cyclone depuis la divulgation des «Panama Papers», publiés alors que les autorités du pays et l'OCDE s'affrontent sur l'accès à l'information financière.

Confidentialité

L'OCDE a accusé le Panama de ne pas coopérer suffisamment contre le blanchiment d'argent en refusant de fournir les informations financières de manière immédiate.

Le Panama assure toutefois être prêt à partager ces informations, mais selon ses conditions, dont celle de garantir la confidentialité de son centre bancaire, qui contribue à hauteur de 7% au PIB national.

«Les révélations des «Panama papers» mettent en lumière la culture et la pratique du secret (bancaire) au Panama. Le Panama est la dernière des grandes places offshore qui permet encore de dissimuler des fonds pour échapper à l'administration fiscale et aux autorités répressives», avait déclaré Angel Gurria lundi, au lendemain des révélations.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.