Abus pédophiles cachés: l'archevêque condamné

AustralieUn archevêque australien a été condamné mardi à un an de prison pour avoir couvert des abus pédophiles.

Philip Wilson au tribunal de Newcastle, en Australie. (Mardi 3 juillet 2018)

Philip Wilson au tribunal de Newcastle, en Australie. (Mardi 3 juillet 2018) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un archevêque australien jugé coupable d'avoir couvert des abus pédophiles, l'un des ecclésiastiques les plus hauts placés dans la hiérarchie catholique mondiale à se trouver dans un tel cas, a été condamné mardi à 12 mois de prison mais pourrait éviter la cellule.

En mai, Philip Wilson, archevêque d'Adélaïde , 67 ans, avait été reconnu coupable d'avoir dissimulé les abus commis dans les années 1970 par Jim Fletcher, prêtre pédophile notoire, dans la région de Hunter, en Nouvelle-Galles du Sud, en s'abstenant de dénoncer les accusations portées contre lui.

L'ecclésiastique a démenti toute les charges. Ses défenseurs avaient tenté par quatre fois d'obtenir l'abandon des poursuites, faisant valoir que l'Alzheimer dont il est atteint devait lui éviter un procès, même s'il avait été maintenu dans ses fonctions au sein de l'Eglise. Le tribunal de Newcastle l'a reconnu coupable d'avoir caché un crime grave passible de poursuites commis par une autre personne.

«Aucun remords ni contrition»

Le même tribunal l'a condamné à 12 mois d'emprisonnement, sans possibilité de libération anticipée avant six mois. Mais le juge Robert Stone a suspendu l'audience jusqu'au 14 août afin de déterminer si l'archevêque pouvait être autorisé à purger sa peine assigné à résidence au domicile d'un proche. Il encourait une peine maximale de deux ans de prison.

Le juge a relevé que «le condamné n'avait témoigné aucun remords ni contrition», selon le groupe de médias ABC. Les abus sexuels commis sur un garçon de choeur par Fletcher, aujourd'hui défunt, n'ont pas été contestés à l'audience mais la justice voulait déterminer si Philip Wilson, alors jeune prêtre, en avait été informé.

Il avait officié comme prêtre en Nouvelle-Galles du Sud avant d'être nommé évêque de Wollongong en 1996 par le pape Jean Paul II. Cinq ans après, il devenait archevêque. Quand il avait été reconnu coupable, il s'est mis en congé mais n'a pas démissionné. (afp/nxp)

Créé: 03.07.2018, 05h06

Articles en relation

Le pape accepte la démission de 3 évêques chiliens

Pédophilie Le clergé chilien fait face à un vaste scandale de pédophilie. Le pape a accepté lundi la démission de Mgr Barros et de deux évêques. Plus...

Abus sexuels cachés: l'archevêque prend congé

Australie L'archevêque australien est l'un des plus hauts placés dans l'Eglise catholique à être condamné pour avoir tu des faits de pédophilie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève se prépare à affronter le coronavirus
Plus...