Israël prêt à libérer des prisonniers palestiniens

NégociationsLe secrétaire d'Etat américain John Kerry a arraché vendredi un accord qui jette les bases d'une future reprise des négociations israélo-palestiniennes. Tel-Aviv annonce ce samedi s'apprêter à libérer des détenus.

John Kerry.

John Kerry. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a annoncé vendredi soir une réunion à Washington la semaine prochaine entre négociateurs palestiniens et israéliens pour relancer les pourparlers de paix. Ces derniers sont au point mort depuis près de trois ans.

«J'ai le plaisir d'annoncer que nous sommes parvenus à un accord qui établisse la base d'une reprise des négociations sur le statut final entre Palestiniens et Israéliens», a déclaré M. Kerry aux journalistes à Amman, en Jordanie.

«Il s'agit d'un pas significatif et bienvenu. L'accord est en cours de finalisation, nous n'allons donc absolument pas parler de ses éléments pour l'instant», a ajouté le chef de la diplomatie après quatre jours d'intense activité diplomatique et d'entretiens avec les responsables palestiniens et israéliens.

M. Kerry, qui concluait sa sixième mission dans la région, a affirmé qu'il se réunira avec le négociateur palestinien Saëb Erakat et son homologue israélienne Tzipi Livni à Washington «pour entamer les pourparlers au cours de la semaine prochaine».

Du jour au lendemain

«Personne ne croit que les divergences de longue date entre les deux parties seront résolues du jour au lendemain ou juste effacées. Nous sommes conscients que face aux défis, il faudra faire des choix très difficiles dans les jours à venir», a-t-il toutefois souligné.

La chef de la diplomatie de l'Union européenne (UE) Catherine Ashton a «chaleureusement salué» l'annonce de M.Kerry, louant, elle aussi, le «courage» des deux parties et le travail du secrétaire d'Etat américain John Kerry.Dans la nuit de jeudi à vendredi, le président américain Barack Obama a appelé M. Netanyahu pour l'exhorter à travailler à une reprise des négociations «le plus tôt possible», selon la Maison Blanche, après le rejet par la partie palestinienne des paramètres proposés par M. Kerry. M. Erakat était venu à Amman informer M. Kerry «de la position qui s'est dégagée hier (jeudi) soir de réunions de la direction palestinienne», avait déclaré un responsable palestinien sous le couvert de l'anonymat, citant «une référence claire aux frontières de 1967, l'arrêt de la colonisation et des éclaircissements sur la question de la libération des prisonniers».

Climat convenable

Le vice-ministre israélien des Affaires étrangères Zeev Elkin a rejeté vendredi ces revendications, affirmant que «préjuger des concessions auxquelles Israël est prêt avant même l'ouverture de négociations avec les Palestiniens ne sera jamais couronné de succès». Arrivé mardi à Amman, M. Kerry s'est d'abord montré optimiste, repoussant même son départ initialement prévu jeudi. Il a enregistré mercredi le soutien d'une délégation du comité de suivi arabe sur le processus de paix, jugeant que ses propositions créaient «un climat convenable pour relancer des négociations sérieuses, avec en particulier des éléments nouveaux sur le plan économique, politique et de la sécurité».

Mais les instances dirigeantes palestiniennes ont rejeté jeudi sa proposition de reprise des pourparlers prévoyant une «retenue» dans la colonisation israélienne, uniquement hors des grands blocs d'implantations et de Jérusalem-Est, au lieu du gel total qu'elles exigent. Elles réclamaient également une référence aux lignes antérieures au début de l'occupation israélienne en juin 1967 comme base de discussions.

Libération de prisonniers

Israël s'apprête à libérer des prisonniers palestiniens détenus par l'Etat hébreu en signe de bonne volonté, a annoncé un ministre samedi, au lendemain d'un accord préparant le terrain à une reprise des négociations israélo-palestiniennes.

«Il y aura un nombre limité de libération de prisonniers» palestiniens, a déclaré à la radio publique le ministre des Relations internationales et du Renseignement, Youval Steinitz, sans préciser le nombre de détenus concernés. (ats/nxp)

Créé: 19.07.2013, 21h55

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.