Une mosquée rasée par une foule armée en Birmanie

AsieC'est le second saccage d'une mosquée en huit jours dans un pays qui a déjà connu des violences communautaires meurtrières.

la Birmanie est en proie depuis plusieurs années à des violences intercommunautaires.

la Birmanie est en proie depuis plusieurs années à des violences intercommunautaires. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une foule brandissant des armes diverses a rasé vendredi une salle de prières musulmane dans le nord de la Birmanie. C'est le second saccage d'une mosquée en huit jours dans un pays qui a déjà connu des violences communautaires meurtrières.

Des habitants de Hpakant, ville minière de l'Etat Kachin, ont mis à sac une mosquée à l'aide de «bâtons, de couteaux et d'autres armes.» Ils ont ensuite mis le feu à la salle de prières, a rapporté samedi le journal officiel, The Global New Light of Myanmar.

«La foule était entièrement incontrôlable. Le bâtiment a été rasé par les émeutiers», a ajouté le journal, expliquant que les violences étaient survenues à la suite d'une dispute sur la construction de la mosquée. Il n'y a eu aucune arrestation, ajoute le journal.

Les forces de sécurité ont été déployées samedi dans la ville, a dit Nashi Naw Lawn, de l'ONG Kachin Network Development Foundation, qui s'est rendu sur place.

Il y a huit jours, des dizaines de villageois bouddhistes ont saccagé une mosquée et une école musulmane d'un village dans le centre de la Birmanie.

Violences communautaires

Confronté à une montée du bouddhisme radical, le pays a connu en 2012 des violences intercommunautaires très violentes, notamment dans l'Ouest. C'est dans cette région que vit une importante communauté musulmane, principalement des Rohingyas.

Plus de 200 personnes avaient été tuées en quelques semaines, en grande majorité des musulmans. Des milliers d'entre eux avaient dû fuir leurs villages et vivent toujours dans des camps.

La haine des musulmans est notamment attisée par le moine Wirathu. Figure la plus connue du mouvement MaBatha, il se voit comme une vigie contre la menace d'une islamisation de la Birmanie, pays qui compte moins de 5% de musulmans.

Lauréate du prix Nobel de la paix, Aung San Suu Kyi, qui emmène le gouvernement birman, est critiquée à l'étranger pour son silence concernant la situation des Rohingyas. La plupart d'entre eux sont apatrides. Ils ont fuit le pays par milliers, parfois au péril de leur vie. (ats/nxp)

Créé: 02.07.2016, 15h04

Articles en relation

Une bombe explose près d'une mosquée

Australie Des fidèles étaient en train de prier, lorsqu'une explosion a retenti dans une banlieue de Perth, mardi soir. Plus...

De nouveaux raids font 31 victimes civiles

Syrie Des raids sur des quartiers résidentiels ont tué 31 civils. L'alliance kurdo-arabe se rapproche du centre du fief de l'EI. Plus...

Le Ministère public arrête l'émir de Winterthour

Islamisme Le jeune homme de 30 ans était un fidèle d'une mosquée controversée et d'une salle de sports musulmane. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

CH: une femme sur cinq a subi des violences sexuelles
Plus...