Une ex-conseillère de Trump fait des vagues

Etats-UnisOmarosa Manigault Newman a diffusé l'enregistrement de son renvoi par le secrétaire général de la Maison Blanche.

Omarosa Manigault Newman fut une ancienne candidate de l'émission de télé-réalité «The Apprentice», animée pendant des années par Donald Trump.

Omarosa Manigault Newman fut une ancienne candidate de l'émission de télé-réalité «The Apprentice», animée pendant des années par Donald Trump. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une ex-conseillère de la Maison Blanche, auteur d'un livre à paraître sur son expérience dans l'administration de Donald Trump, a diffusé dimanche un enregistrement classé secret de son licenciement par le secrétaire général de la présidence américaine, John Kelly.

«C'est une Maison Blanche dans laquelle tout le monde ment», a affirmé Omarosa Manigault Newman pour justifier sa décision de rendre public son entretien avec John Kelly dans la salle de crise de la Maison Blanche - en violation des protocoles de sécurité - et ses conversations enregistrées avec Donald Trump.

La «Situation Room», située au sous-sol du siège de la présidence américaine, est ultra-sécurisée et les appareils électroniques y sont interdits.

Menaces

L'ancienne haute conseillère noire était chargée du «Bureau des relations publiques» jusqu'en janvier dernier. Dans cet enregistrement effectué en 2017, selon elle, une voix qui serait celle du secrétaire général de la Maison Blanche invoque des «problèmes d'intégrité importants» pour justifier son licenciement.

«Ils me conduisent dans la salle de crise, les portes sont verrouillées. Ils me disent que je ne peux pas en partir et ils commencent à me menacer, à me faire peur, à me contraindre», a raconté Omarosa Manigault Newman dans une interview à la chaîne de télévision NBC qui a présenté l'enregistrement.

Coups de couteau dans le dos

«Je me suis protégée, car c'est une Maison Blanche dans laquelle tout le monde ment. Le président ment au peuple américain, (la porte-parole) Sarah Sanders se tient devant le pays et ment tous les jours. Il faut se protéger tout seul sinon tu risques de recevoir 17 coups de couteau dans le dos», a déclaré cette ancienne candidate de l'émission de télé-réalité «The Apprentice», animée pendant des années par Donald Trump.

La présidence américaine a réagi avec colère, la qualifiant «d'ancienne employée mécontente». «L'idée même qu'un membre du personnel puisse faire entrer un appareil d'enregistrement dans la salle de crise témoigne d'un mépris flagrant pour notre sécurité nationale», a déclaré Sarah Sanders dans un communiqué. «Et se vanter à la télévision nationale prouve le manque de caractère et d'intégrité de cette ex-employée mécontente», a-t-elle poursuivi.

Insultes raciales

Dans son livre, à paraître mardi, l'ex-conseillère affirme que le président a prononcé une «insulte raciale» plusieurs fois au cours de son émission à succès et que des enregistrements le prouvent. Elle a qualifié le président de «raciste» et lui, en retour, l'a traitée de «minable» pour avoir procédé à ces enregistrements.

«Avec du recul, je dirai que j'ai été complice de la tromperie de la Maison Blanche vis-à-vis de la nation», a déclaré l'ex-conseillère sur NBC, qui affirme que Donald Trump «souffre de déclin sur le plan mental»

Selon elle, «il lui est difficile de traiter des informations complexes» et «il n'est pas impliqué dans certaines des décisions les plus importantes pour le pays». «J'ai été complice de cela et je le regrette», a-elle admis. (ats/nxp)

Créé: 13.08.2018, 05h49

Galerie photo

En images, la levée de boucliers contre Donald Trump

En images, la levée de boucliers contre Donald Trump Dès son investiture le 20 janvier 2016, Donald Trump a été contesté par des manifestations dans le monde entier.

Articles en relation

Les provocations de Trump «détruisent» la croissance

Allemagne Le ministre allemand de l'Economie a dénoncé dimanche les effets néfastes de la guerre économique déclarée par Donald Trump. Plus...

Ivanka Trump: «Pas de place» pour les néo-nazis

Etats-Unis La fille du président des Etats-Unis a affiché son opposition au racisme, quelques heures avant un rassemblement de suprémacistes blancs, à Washington. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: l'UE redonne la balle à May
Plus...