Un protégé de l'autocrate remporte la présidentielle

KazakhstanKassym-Jomart Tokaïev, un proche du dirigeant historique du Kazakhstan a été élu président au terme du scrutin de dimanche.

Le président par intérim du Kazakhstan Kassym-Jomart Tokaïev sort victorieux d'un vote, qualifié de truqué par de nombreux manifestants.

Le président par intérim du Kazakhstan Kassym-Jomart Tokaïev sort victorieux d'un vote, qualifié de truqué par de nombreux manifestants. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tout au long de sa carrière politique, il a privilégié la loyauté aux ambitions personnelles. Kassym-Jomart Tokaïev, élu dimanche président du Kazakhstan, s'installe à la tête de ce pays d'Asie centrale avec la promesse de poursuivre la voie tracée par son mentor, Noursoultan Nazarbaïev.

A 66 ans, M. Tokaïev avait remplacé par intérim en mars à la tête de ce vaste pays l'indéboulonnable Nazarbaïev, après l'annonce à la surprise générale de sa démission après trois décennies au pouvoir. Celui qui était alors président du Sénat a aussitôt convoqué une présidentielle anticipée.

Investi peu après comme candidat avec le soutien de son mentor, il faisait peu de doutes qu'il serait le nouveau président d'un pays qui n'a connu aucune élection jugée libre ou équitable par les observateurs internationaux.

«Je suis sûr qu'il sera un dirigeant digne», a estimé M. Nazarbaïev en avril lors du congrès du parti au pouvoir Nour-Otan en adoubant son successeur. Président, M. Tokaïev n'aura certes pas un rôle uniquement symbolique, mais M. Nazarbaïev restera une personnalité incontournable de la politique kazakhe, où il a conservé des fonctions clés.

Diplomate chevronné

Diplomate chevronné, M. Tokaïev est né au Kazakhstan en 1953 dans une famille de l'intelligentsia soviétique. En 1975, il sort diplômé du prestigieux institut d'Etat des relations internationales de Moscou (MGIMO).

Il commence ensuite une carrière de diplomate qui fera de lui une personnalité politique de premier plan après l'indépendance du Kazakhstan en 1991. Il est nommé à deux reprises ministre des Affaires étrangères, ainsi que Premier ministre de 1999 à 2002.

Mais c'est son poste de président du Sénat qui exprime le mieux la confiance que lui accorde Noursoultan Nazarbaïev. Kassym-Jomart Tokaïev a occupé cette fonction à deux reprises, de 2007 à 2011 puis à partir de 2013 jusqu'au départ de Noursoultan Nazarbaïev.

Selon la Constitution kazakhe, c'est alors à lui d'assurer l'intérim pour la succession du chef de l'Etat.

Homme de l'ombre

Maîtrisant le chinois et l'anglais, en plus du russe et du kazakh, Kassym-Jomart Tokaïev a également été directeur général de l'Office des Nations unies à Genève entre 2011 et 2013. Il est le premier citoyen kazakh à occuper un poste aussi élevé dans une organisation internationale.

Ces dernières années, il a essayé de corriger son image d'homme de l'ombre peu connu du grand public, par exemple en devenant un utilisateur actif du réseau social Twitter. L'un de ses récents tweets le montrait par exemple serrant la main d'un populaire chanteur kazakh.

Depuis son arrivée à la tête de l'Etat en mars, il a également cherché à se construire une image publique de dirigeant, accueillant par exemple le président sud-coréen Moon Jae-in ou rencontrant à Moscou son allié Vladimir Poutine. Ses voyages à travers le pays bénéficient d'une large couverture des médias d'Etat.

Meuble qui grince

Ses marques répétées de loyauté à l'égard de l'ex-président Nazarbaïev et son attitude solennelle lui ont pourtant valu d'être critiqué pour son manque de charisme.

L'opposant en exil et ancien ministre de l'Energie Moukhtar Abliazov, condamné pour détournements de fonds au Kazakhstan, avait ainsi un jour comparé M. Tokaïev à un meuble, qui «émet un grincement lorsqu'on le déplace».

Mais M. Tokaïev est sans doute l'homme le mieux informé des volontés de Noursoultan Nazarbaïev. En juin dernier, il avait estimé au cours d'une interview pour la BBC que l'homme fort du Kazakhstan ne briguerait pas de nouveau mandat, ce qui avait alerté les observateurs sur une possible succession. (ATS/nxp)

Créé: 09.06.2019, 20h48

Articles en relation

Des manifestants arrêtés en marge des élections

Elections au Kazakhstan La première élection sans l'autocrate kazakh a été émaillée de protestations, dénonçant un scrutin truqué d'avance. Plus...

Election présidentielle inédite au Kazakhstan

Elections Après la démission surprise de Nazarbaïev en mars, les Kazakhs sont appelés à élire leur nouveau président dimanche. Plus...

Le jeu de Tokaïev ne fait pas les affaires de Genève

Diplomatie Devenu président du Kazakhstan, l’ancien patron du siège européen de l’ONU déploie sa propre diplomatie multilatérale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Nobel de la paix au Premier Ministre éthiopien
Plus...