Un centre de recherche nucléaire prend feu à Moscou

SécuritéUn incendie s'est déclaré dimanche dans un centre de recherche nucléaire moscovite abritant un réacteur atomique désactivé, vieux de 60 ans.

Le feu s'est déclenché dans un centre de recherche nucléaire russe. Pourtant, des militants avaient déjà manifesté leur désaccord avec la présence de vieux réacteurs dans le pays, comme ici à l'image. Greenpeace s'est immédiatement dite très préoccupée.

Le feu s'est déclenché dans un centre de recherche nucléaire russe. Pourtant, des militants avaient déjà manifesté leur désaccord avec la présence de vieux réacteurs dans le pays, comme ici à l'image. Greenpeace s'est immédiatement dite très préoccupée. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le feu s'est déclaré dans un sous-sol de l'Institut de physique théorique, situé dans le sud-ouest de la capitale russe, et n'a fait aucune victime, a précisé Sergueï Vlasov, porte-parole de la branche régionale du ministère.

Selon des témoins, une fumée grise s'est élevée au dessus du bâtiment et quelque 30 ambulances et camions de pompiers ont été dépêchés à l'intérieur du site et devant l'entrée principale du centre de recherche.

Fuite radioactive?

L'agence nucléaire russe Rosatom a écarté tout risque de fuite radioactive, soulignant l'absence de flammes et affirmant que la fumée ne pouvait affecter les installations nucléaires de l'Institut. L'incendie «ne menace pas les matérieux fissiles», a assuré Sergueï Novikov, porte-parole de Rosatom. Le réacteur de recherche à eau lourde n'est plus opérationnel, a-t-il ajouté.

L'organisation écologiste Greenpeace a exprimé sa vive préoccupation face à cet incident qualifié de «dangereux». «Cela n'aurait pas dû arriver mais cela signe un véritable échec de leurs opérations», a estimé Ivan Blokov, directeur de campagne à Greenpeace Russia.

Au cœur de Moscou

«Nous avons maintenant ici une grande quantité de substance radioactive dans le centre de Moscou et même minime, une fuite radioactive constituerait un sérieux problème», a-t-il dit.

La sûreté des installations nucléaires héritées de l'Union soviétique reste préoccupante depuis la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en 1986 en Ukraine, qui était à l'époque une république soviétique. Les autorités avaient mis deux jours avant de dévoiler l'ampleur de la catastrophe. (ats/nxp)

Créé: 05.02.2012, 23h43

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.