Un 2e lanceur d'alerte prêt à témoigner sur Trump

Etats-Unis Selon les médias US, un autre individu travaillant au sein des services de renseignement serait disposé à fournir des informations dans le cadre de l'enquête visant Donald Trump.

Donald Trump : les étapes de la procédure de destitution

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un deuxième lanceur d'alerte a livré des informations de première main sur l'affaire ukrainienne qui vaut au président américain Donald Trump une procédure de destitution initiée par ses adversaires démocrates, a indiqué l'avocat de ce membre des services de renseignement.

«Informations de première main»

«Je peux confirmer les informations concernant un second lanceur d'alerte défendu par notre équipe juridique», a écrit Mark Zaid, en retweetant des informations de la chaîne ABC qui, le citant, évoquait un «membre des services de renseignement».

Cette personne a «également fait une déposition protégée par la loi et ne peut pas subir de représailles. Ce lanceur d'alerte a des informations de première main», souligne Mark Zaid.

«Plusieurs lanceurs d'alerte»

Un autre avocat de sa firme a laissé entendre qu'il pourrait y avoir plus que deux lanceurs d'alerte.

«Je peux confirmer que mon cabinet et mon équipe représentent plusieurs lanceurs d'alerte», a tweeté Andrew Bakaj.

Le cabinet de Mark Zaid défend les intérêts d'un premier membre des services de renseignement qui avait signalé qu'une conversation téléphonique du 25 juillet entre Donald Trump et son homologue ukrainien était selon lui inappropriée.

Le président américain avait, lors de cet appel, demandé à Volodymyr Zelensky de l'aider à rassembler des informations compromettantes sur le candidat démocrate Joe Biden, bien placé pour l'affronter lors de la présidentielle de 2020.

Le président américain n'avait pas encore réagi aux annonces du cabinet d'avocats dimanche.

Mais il a repris sa ligne de défense en affirmant qu'il avait «l'obligation d'examiner toute corruption possible ou probable», pour justifier les demandes adressées à l'Ukraine mais aussi à la Chine pour qu'elles enquêtent sur Joe Biden et sur son fils Hunter qui a fait des affaires dans ces deux pays.

La veille, il avait accusé la presse et les démocrates de se fier aux informations «de seconde main» délivrées par le lanceur d'alerte.

«Ingérence» de l'Ukraine

Le premier lanceur d'alerte s'était inquiété du contenu de l'appel entre les présidents américain et ukrainien, jugeant que M. Trump avait «sollicité l'ingérence» de l'Ukraine dans la campagne pour sa réélection et accusant la Maison Blanche d'avoir cherché à «étouffer le scandale».

Ce membre des services de renseignement américains avait précisé qu'il n'avait pas directement assisté à l'appel mais avait échangé avec plus d'une demi-douzaine de responsables «très troublés» par l'échange.

Les démocrates ont annoncé le 24 septembre l'ouverture à la Chambre des représentants d'une enquête dans le cadre d'une rare procédure de destitution contre Donald Trump.

Cette procédure devrait à ce stade buter sur la majorité républicaine au Sénat, où aurait lieu son éventuel «procès» si la Chambre, à majorité démocrate, votait sa mise en accusation («impeachment»). (afp/nxp)

Créé: 06.10.2019, 15h44

Articles en relation

«C'est du harcèlement à l'égard de mon équipe»

Destitution de Trump Mike Pompeo a dénoncé samedi les méthodes des enquêteurs du Congrès à l'encontre des employés de son département. Plus...

Les démocrates défient la Maison Blanche

Etats-Unis Donald Trump n'ayant pas accepté de coopérer avec le Congrès dans le cadre de l'enquête des démocrates, ces derniers ont envoyé une injonction à la Maison Blanche. Plus...

«Rien de compromettant» selon Vladimir Poutine

Conversation Trump - Zelensky Le président russe s'est exprimé mercredi sur l'échange téléphonique polémique entre ses homologues américain et ukrainien. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Nobel de la paix au Premier Ministre éthiopien
Plus...