Trump prendra sa décision «la semaine prochaine»

Rencontre Trump/Kim Le président américain doit décider s'il reporte ou non sa rencontre historique avec le leader nord-coréen prévue le 12 juin.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Etats-Unis ont promis mercredi une décision «la semaine prochaine» sur la tenue du sommet historique du 12 juin à Singapour entre Donald Trump et Kim Jong Un, estimant que cela dépendait désormais du dirigeant nord-coréen.

Alors que des journalistes étrangers étaient en route pour couvrir la cérémonie de démantèlement du site nord-coréen d'essais nucléaires, présenté comme un geste de bonne volonté de Pyongyang, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a aussi détaillé ses attentes en termes de «dénucléarisation» et les contreparties escomptées, selon lui, par Kim Jong Un.

Le doute a remplacé l'espèce d'euphorie qui flottait depuis l'annonce de la prochaine tenue de la première rencontre entre un président des Etats-Unis en exercice et un membre de la dynastie des Kim, qui règne sur la Corée du Nord depuis plus d'un demi-siècle. Et les deux pays rivaux soufflent le chaud et le froid.

La semaine dernière, le Nord a subitement menacé de ne pas participer, accusant les Etats-Unis de vouloir le forcer à renoncer unilatéralement à son arsenal nucléaire. «Il est possible que ça ne marche pas pour le 12 juin», a reconnu mardi Donald Trump, évoquant, pour la première fois, un possible report.

Mercredi, il s'est à nouveau montré plus optimiste. «Concernant Singapour», «cela pourrait bel et bien se produire», a-t-il lancé. «Nous saurons la semaine prochaine».

«Garanties de sécurité»

Mike Pompeo a estimé que la décision dépendait «en dernier ressort de Kim», mais il s'est dit «plein d'espoir». «Je suis persuadé que c'est le bon moment et ce sont les bons dirigeants pour que cette rencontre soit un succès historique», a-t-il insisté.

Le chef de la diplomatie américaine a rappelé que les Etats-Unis exigeaient une dénucléarisation nord-coréenne «complète, vérifiable et irréversible». Interrogé lors d'une audition parlementaire, il en a donné une définition très large, incluant le démantèlement des armes, des missiles, «de la technologie qui va avec», de la «production de matériel fissile» et de «toute l'ingénierie et la recherche et développement liées à cela».

Tout en reconnaissant que ce serait un «processus difficile et long», il a aussi estimé que la dénucléarisation devrait être «rapide», entretenant le flou sur le moment à partir duquel Washington serait prêt à faire des concessions.

Mais il a reconnu que Kim estimait, comme son père et son grand-père, que les armes nucléaires «sont l'assurance-vie qui protège leur régime». En «contrepartie» d'une dénucléarisation, le dirigeant nord-coréen, qu'il a rencontré à deux reprises ce printemps, attend une «aide économique» et des «garanties de sécurité» que les Américains sont prêts à apporter, a assuré Mike Pompeo.

Son homologue chinois Wang Yi a aussi jugé «nécessaire» de «prendre en compte les inquiétudes de sécurité légitimes de la Corée du Nord, le moment venu». Aux côtés de Mike Pompeo à Washington, il a souhaité que le sommet Trump-Kim «ait lieu comme prévu», lançant aux dirigeants américains: «si vous voulez la paix, c'est le bon moment, si vous voulez écrire l'Histoire, c'est le bon moment!»

Les spécialistes sont divisés

Koo Kab-woo, professeur à l'Université des études nord-coréennes de Séoul, évoque auprès de l'AFP «un terrain glissant»: «Trump veut une dénucléarisation rapide, qui interviendrait pendant son premier mandat. Mais si c'est le cas, il doit fournir aussi rapidement à la Corée du Nord des garanties correspondantes pour sa sécurité».

Dans ce contexte, le «démantèlement» du site de Punggye-ri, théâtre des six essais nucléaires de Pyongyang, dans le nord-est du pays reclus, sera peut-être l'occasion d'en savoir plus sur l'état d'esprit nord-coréen. Les spécialistes sont divisés: certains avancent que le site est peut-être inutilisable avant même le démantèlement, prévu d'ici vendredi en fonction de la météo, d'autres disent qu'il pourra facilement être remis en service.

Pour Go Myong-hyun, expert à l'Institut Asan d'études politiques, les deux camps cherchent à aborder le sommet dans la position la plus forte. Le démantèlement devant les caméras étrangères permettra à Pyongyang de gagner des points à l'international, même en cas d'échec du sommet.

«La Corée du Nord pourra dire à la communauté internationale qu'elle a fait tout ce qu'elle a pu pour parvenir à la dénucléarisation au travers de négociations mais qu'elle n'y est pas parvenue à cause des pressions américaines», dit-il.

Des reporters de Chine, de Russie, de Grande-Bretagne, des États-Unis et de Corée du Sud -- ces derniers in extremis -- ont été invités à couvrir la cérémonie. Ils ont quitté mercredi après-midi la ville nord-coréenne de Wonsan, d'où ils devaient voyager une vingtaine d'heures en train puis en bus, avant une courte randonnée jusqu'au site.

L'Agence France-Presse, comme d'autres grands médias internationaux, n'a pas été conviée à couvrir l'événement. (afp/nxp)

Créé: 23.05.2018, 23h53

Articles en relation

Le sommet entre Trump et Kim Jong-un reporté?

Corée du Nord Le sommet historique du 12 juin entre Kim Jong-un et le président américain pourrait être reporté selon ce dernier. Plus...

Le sommet avec Kim au menu pour Moon et Trump

Etats-Unis Le président américain reçoit mardi son homologue sud-coréen pour évoquer le futur sommet avec Kim Jong-un. Plus...

Donald Trump temporise face à Pyongyang

Corée du Nord Alors que la Corée du Nord a menacé mardi d'annuler le sommet avec les USA, Trump a réagi avec une inhabituelle prudence. Plus...

Kim menace d'annuler le sommet avec Trump

Corée du Nord Kim montre les crocs après les derniers exercices militaires au Sud et la menace d'annulation du sommet avec Trump plane. Washington garde l'espoir. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un Genevois poursuit Tesla après un accident
Plus...