Trump «exhibe» Obama et les Clinton «en prison»

Photomontage Le président américain a relayé sur Twitter un photomontage montrant Obama et les Clinton derrière des barreaux de prison.

Twitter est le terrain de jeu favoris du président américain. Mercredi, Obama ou encore les Clinton étaient visés par ses tweets.

Twitter est le terrain de jeu favoris du président américain. Mercredi, Obama ou encore les Clinton étaient visés par ses tweets. Image: Twitter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À chaque matinée ou presque, sa volée de tweets: Donald Trump a écrit ou relayé mercredi sur son réseau social de prédilection une série de messages virulents visant le procureur spécial Robert Mueller, Barack Obama ou les Clinton.

Le président américain a d'abord écrit un tweet s'en prenant, comme souvent, à Robert Mueller, chargé de l'enquête russe qui empoisonne le mandat du Républicain.

«Le Gang de Démocrates Furieux de Mueller demande brutalement aux témoins de mentir sur les faits», a-t-il écrit, avant d'ajouter: «C'est une nouvelle ère Joseph McCarthy», en référence à l'ancien sénateur républicain qui avait lancé dans les années 1950 une campagne visant toute personne soupçonnée d'être communiste ou d'éprouver des sympathies pour le régime embrassé par Moscou, la «chasse aux sorcières».

Ce terme est d'ailleurs couramment utilisé par le président américain pour qualifier l'enquête de Robert Mueller sur notamment une possible collusion entre Moscou et son équipe de campagne en 2016.

Twitter pour régler ses comptes

Donald Trump a ensuite retweeté une série de quatre messages émanant d'un compte, «The Trump Train», se présentant comme «fan» de lui. L'un d'entre eux était un photomontage représentant de nombreuses personnalités démocrates, ou cibles de l'hostilité régulière de M. Trump, derrière les barreaux.

On y reconnait notamment Barack Obama, Bill et Hillary Clinton, John Podesta (directeur de l'équipe de Mme Clinton pendant la campagne électorale de 2016), Robert Mueller ou encore l'ancien directeur de la police fédérale (FBI), James Comey.

Le montage est accompagné d'une légende: «Maintenant qu'il est prouvé que la collusion avec la Russie est un mensonge, quand est-ce que commencent les procès pour trahison?».

Donald Trump a également relayé des tweets de ce compte visant le constructeur automobile américain General Motors qui a annoncé lundi un plan social, les immigrés clandestins ou la chaîne de télévision CNN.

(afp/nxp)

Créé: 28.11.2018, 15h59

Articles en relation

Une républicaine réélue dans le Mississippi

Sénatoriale La républicaine soutenue par Trump Cindy Hyde-Smith a été réélue mardi soir dans le Mississippi. Plus...

Trump menace de taper GM au portefeuille

Aumobile Le président américain a menacé mardi de geler les subventions à General Motors après l'annonce du plan social du constructeur. Plus...

Trump s'en prend encore à la banque centrale

Etats-Unis Donald Trump a lancé mardi une nouvelle bordée de critiques contre le président de la banque centrale. Plus...

Trump va multiplier les entretiens bilatéraux

Sommet du G20 Trump doit s'entretenir avec plusieurs dirigeants au G20. Il sème le doute sur sa rencontre avec Poutine à cause de la situation en Ukraine. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève: la crudité de certains slogans a choqué
Plus...