Tout plaquer et vivre sur une île, c'est possible

GrèceCinq ans après son lancement, «Free and Real», une communauté de jeunes décidés à réinventer le quotidien, fait des émules.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En cinq ans, une poignée de citoyens du monde a prouvé au reste de la planète qu'une vie alternative en communauté était possible. Regroupés sous la bannière de l'organisation à but non lucratif «Free and Real» (Libres et Authentiques), ils vivent depuis 2010 sur l'île grecque d'Eubée en quasi autarcie. Le magazine Usbek et Rica est allé à la rencontre des fondateurs de cette «utopie bien réelle», un reportage partagé sur le site partenaire des Inrocks.

A l'initiative de cette communauté, le Grec Apostolos Sianos, 37 ans, ancien designer de site web convaincu que «la manière dont nous traitons notre planète n’est pas la bonne». Dans un pays frappé de plein fouet par la crise, il était devenu urgent selon lui de «reprendre notre destin en main, sans espérer quoi que ce soit de nos dirigeants», pour «construire, jardiner, vivre autrement». La concession d'un terrain sur l'île d'Eubée lui a permis de tenter l'expérience.

«Une aventure humaine fantastique»

De quatre membres à temps plein au départ, le projet compte aujourd’hui douze «habitants» bénévoles et un nombre croissant de visiteurs du monde entier, qui doivent s'acquitter de la somme de 12 euros par jour pour les repas et l'hébergement. Deux ateliers (entre autres jardinage, nutrition ou cueillette de champignons) sont proposés chaque mois sous un dôme en bois. «Notre objectif est de créer une véritable école du développement durable.»

Au programme pour les résidents permanents: méditation, yoga, culture des terres (le régime est exclusivement végétalien), préparation des repas communs, accueil des visiteurs et tâches ménagères. Elvira, une doctorante suisse qui étudie le projet et vit sur place, admet «qu’il reste beaucoup à faire pour rendre cet endroit totalement autosuffisant», «mais c’est une aventure humaine fantastique. (...) Ça ne peut qu’aller dans la bonne direction.»

Sweet.. Sweet potato harvest! | Stories @ //news.freeandreal.org/category/sustainability/ | Photo by Apostolos

Posted by FreeandReal on Saturday, January 2, 2016

Si l'équipe milite pour un changement radical de notre relation à la nature, elle n'a pas abandonné le web. Les campagnes de crowdfunding et la page Facebook sont autant d'opportunités de se faire connaître et d'améliorer les infrastructures. Car Apostolos Sianos ne compte pas s'arrêter là. «J’espère créer d’autres centres dans le pays, développer un véritable réseau “universitaire” parallèle, alternatif.»

Pendant quatre mois cet hiver, les membres permanents ont annoncé la mise en veille de leurs activités en Grèce pour partir en «tournée mondiale» jusqu'au mois d'avril, afin de présenter leur démarche et développer leurs modèles via des partenariats. Une communauté «Free and Real» pourrait voir le jour à Hawaï.

Pour en savoir plus: FreeandReal.org

(Célia Heron/nxp)

Créé: 15.02.2016, 21h58

Articles en relation

Un web Robinson s'isole sur une île déserte, mais avec internet

Expérience Un Français va vivre en autarcie durant 40 jours sur une île déserte en Indonésie. Gauthier Toulemonde, qui sera équipé uniquement d'un ordinateur relié à internet, part dans quelques jours. Plus...

Face à la crise, des Grecs optent pour l'autarcie

Nouveaux hippies Des jeunes Grecs minés par la crise ont quitté leur routine de citadins pour occuper les grands espaces et vivre au sein d'une communauté autarcique. Leur projet crée des adeptes, comme le montre ce reportage. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mugabe démissionne
Plus...