Theresa May accusée d’avoir affaibli les renseignements

LondresLa première ministre britannique est sous le feu des critiques après les attentats.

Theresa May

Theresa May Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La pression autour de la première ministre Theresa May ne s’estompe pas. Suite à l’attaque de London Bridge, dont le bilan s’établit pour le moment à 7 morts et 48 blessés, dont 15 dans un état critique, l’ancienne ministre de l’Intérieur est accusée de mettre en danger la sécurité des Britanniques. Certains responsables de l’opposition ont même appelé à sa démission. «Sous un nouveau gouvernement dirigé par Theresa May, nous aurons moins de policiers», a estimé de son côté le maire travailliste de Londres, Sadiq Khan.

Après avoir déjà subi une réduction de son budget de 744 millions de francs depuis mai 2010, la police devrait réaliser de nouvelles économies pour un montant de 500 millions lors des années à venir. Le maire de Londres estime que cela correspond à la disparition de 3400 à 12 800 policiers. «Des coupes budgétaires de cette ampleur rendraient plus difficile d’empêcher de futures attaques terroristes sur notre ville. En tant que maire de Londres, je ne laisserai pas cela arriver sans rien faire.»

Depuis l’attentat de Manchester, Theresa May était déjà pointée du doigt pour avoir entériné la baisse de 20% du budget de la police et la perte de 20 000 emplois de policiers depuis 2010. Plusieurs anciens hauts responsables de la police ont expliqué les conséquences de ces décisions. «Le budget de la lutte antiterroriste était protégé mais les coupes dans le budget de la police ont impacté les équipes de quartier», selon Robert Quick, responsable des opérations antiterroriste de la police britannique en 2008 et 2009. «Cela a réduit la capacité de la police à créer des relations de confiance avec les communautés, qui permettent d’obtenir des informations sur les suspects.»

Ces remarques se révèlent d’autant plus problématiques que l’actuel chef de la police, Mark Rowley, a admis que Khuram Shazad Butt, l’un des terroristes de London Bridge, «était connu de la police et du MI5 (ndlr: le service de contre-espionnage). Mais il n’y avait pas d’informations suggérant qu’une attaque était prévue et l’enquête a donc été dirigée en conséquence.» La perspicacité et les moyens des autorités sont d’autant plus questionnés que Khuram Shazad Butt était apparu dans un documentaire diffusé l’an dernier par une chaîne de télévision sur les djihadistes britanniques.

Les autorités italiennes ont de leur côté révélé que l’un de deux autres tueurs, Youssef Zaghba, avait été arrêté l’an dernier à l’aéroport de Bologne après avoir voulu s’envoler pour la Turquie pour rejoindre les forces de Daech. La police italienne aurait transmis des informations à son sujet à leurs homologues britanniques, ce que celles-ci nient.

Pour se défendre, Theresa May a indiqué que la police et le MI5 lanceront une enquête sur leurs agissements au cours des derniers mois de façon à «tirer des leçons pour le futur». Elle a confirmé que cinq tentatives d’attentats avaient été avortées depuis l’attaque de Westminster le 22 mars.

Créé: 06.06.2017, 20h22

Articles en relation

A Londres, après la douleur, les questions

Vague d’attentats Après le nouvel attentat qui a frappé le Royaume-Uni, le gouvernement promet de réorienter sa politique sécuritaire. Mais les critiques pleuvent. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève se prépare à affronter le coronavirus
Plus...