Selon Abbas, Israël a enterré les accords d'Oslo

Territoires occupésLe président palestinien Mahmoud Abbas a affirmé dimanche soir qu'Israël «a mis fin» aux accords d'Oslo sur l'autonomie palestinienne signés en 1993.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Mahmoud Abbas s'exprimait lors d'une réunion du Conseil central de l'OLP. Cette assemblée est d'ailleurs destinée à examiner jusqu'à lundi la riposte à la reconnaissance par le président américain Donald Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël. «Nous disons à Trump que nous n'accepterons pas son plan, l'affaire du siècle s'est transformée en claque du siècle», a déclaré Mahmoud Abbas.

«Je dis qu'il n'y a plus d'Oslo (...) Israël a mis fin à Oslo», a aussi déclaré le président palestinien, ajoutant qu'il fallait prendre des décisions pour l'avenir durant cette réunion. «Notre capitale éternelle est Jérusalem, et nous n'accepterons pas ce que l'on nous propose, de faire d'Abu Dis la capitale de la Palestine à la place de la ville de Jérusalem», a poursuivi Mahmoud Abbas, confirmant les rumeurs selon lesquelles la petite ville voisine de Jérusalem avait été avancée par les Etats-Unis. «Nous sommes à un moment critique. Notre futur est en jeu», a-t-il conclu.

«Autodisqualification»

Le 13 septembre 1993, après six mois de négociations secrètes à Oslo, Israël et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) se reconnaissent mutuellement et signent à Washington en présence du président Bill Clinton une «Déclaration de principes» sur une autonomie palestinienne transitoire de cinq ans.

M. Abbas avait déjà affirmé que les Américains ne pouvaient plus jouer un rôle de médiateur dans le processus de paix après la déclaration du président Trump sur Jérusalem.

A la tête de l'Autorité palestinienne depuis 2005, Mahmoud Abbas, 82 ans, avait annoncé qu'il ne recevrait pas le vice-président Mike Pence dont la visite initialement prévue mi-décembre avait été reportée au 22 janvier. Il avait aussi affirmé qu'il n'accepterait «aucun plan» de paix proposé par Washington. «Les Etats-Unis se sont disqualifiés eux-mêmes», avait-t-il proclamé.

(afp/nxp)

Créé: 14.01.2018, 19h35

Galerie photo

Proche Orient: un siècle de conflit entre Israël et Palestine

Proche Orient: un siècle de conflit entre Israël et Palestine Le conflit israélo-palestinien a pris naissance à la fin du XIXe siècle. De la déclaration Balfour promettant la création d'un Foyer national juif à la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Articles en relation

Noël terni par les tensions sur Jérusalem

Palestine À Bethléem, lieu de naissance du Christ, les célébrations de Noël sont assombries par la tension autour du statut de Jérusalem. Plus...

Abbas n'acceptera aucun plan de paix américain

Proche-Orient Pour le président de l'Autorité palestinienne, les Etats-Unis ne sont plus un médiateur honnête dans le processus de paix. Plus...

La Ligue arabe appelle à reconnaître la Palestine

Proche-Orient Après la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, la Ligue arabe s'est réunie samedi soir. Plus...

Etat palestinien: la Ligue arabe se mobilise

Jérusalem La ligue arabe veut obtenir la reconnaissance d'un Etat palestinien avec Jérusalem-Est pour capitale. Elle annonce une «réunion ministérielle élargie» à la fin du mois. Plus...

Une loi pour compliquer le partage de Jérusalem

Israël Selon la nouvelle législation, toute cession d'une partie de la ville à l'Autorité palestinienne devrait obtenir au moins deux-tiers des voix au Parlement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: l'UE redonne la balle à May
Plus...