Polémique après la mort d'un migrant dans sa tente

Calais (FR) De nombreuses voix s'indignent samedi du décès d'un jeune Nigérian à Calais, qui jette une lumière crue sur les conditions de vie des migrants dans la ville portuaire.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, un Nigérian de 25 ans est décédé en essayant de faire «un petit feu» dans sa tente. (Image d'illustration)

Dans la nuit de jeudi à vendredi, un Nigérian de 25 ans est décédé en essayant de faire «un petit feu» dans sa tente. (Image d'illustration) Image: Archives /AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La polémique sur les conditions d'accueil des migrants à Calais en France a enflé samedi après la mort d'un jeune exilé. Les associations et la gauche ont dénoncé une situation «indigne», aggravée par un arrêté municipal pris à l'occasion des festivités culturelles.

Un décès «symbolique»

Dans la nuit de jeudi à vendredi, un Nigérian de 25 ans est décédé en essayant de faire «un petit feu dans une boîte de conserve pour cuisiner et se réchauffer» dans sa tente, rue des Huttes, où des distributions de repas sont régulièrement assurées, ont annoncé plusieurs associations. Le jeune homme aurait été intoxiqué par le dégagement de fumées, a précisé la préfecture du Pas-de-Calais.

«Ce décès est vraiment symbolique au moment où la municipalité a voulu écarter les migrants et les bénévoles qui les aident du centre-ville pour des raisons, entre guillemets, d'ordre public», a déclaré samedi François Guennoc, vice-président de l'Auberge des migrants.

Jeudi, une vingtaine d'associations et collectifs d'aide aux migrants avaient en effet dénoncé un arrêté municipal pris le 18 octobre par la maire de Calais Natacha Bouchart (LR), ayant pour effet d'interdire, selon elles, les distributions de repas en centre-ville, comme «relevant de l'incitation à la haine».

«L'arrêté de la honte»

Cette décision - justifiée notamment par «les troubles à l'ordre public (...) générés par les attroupements de migrants» - a été prise pour garantir «la bonne organisation» et la «sécurité» des festivités culturelles à Calais: 300'000 personnes sont en effet attendues ce week-end, pour un spectacle urbain de trois jours autour d'un gigantesque dragon.

Dans un communiqué intitulé «L'arrêté de la honte», plusieurs partis politiques de gauche - Europe Ecologie Les Verts, Générations, La France insoumise, le Parti communiste et le Parti socialiste de Calais et du Calaisis - ont dénoncé «un nouvel épisode d'une démarche politique malsaine désormais bien rodée, qui stigmatise et divise au lieu de rassembler et de partager». «Cet arrêté dénie aux migrants leur part d'humanité en les catégorisant comme des parasites qu'il faut cacher, emmurer», ont-ils affirmé.

La polémique intervient alors que plusieurs migrants sont décédés ces dernières semaines en tentant de rejoindre l'Angleterre. Mi-octobre, deux jeunes Irakiens ont été retrouvés morts sur une plage au Touquet, une première dans le Pas-de-Calais. Huit jours plus tard, les corps de 39 migrants - probablement vietnamiens - étaient retrouvés dans un camion frigorifique près de Londres. A Calais même, il s'agit du troisième migrant décédé en 2019, après 4 en 2018, 7 en 2017, 14 en 2016 et 18 en 2015, selon la préfecture. (ats/nxp)

Créé: 02.11.2019, 19h05

Articles en relation

Huit Afghans au milieu des poulets surgelés

France Des migrants, dont quatre mineurs, ont été découverts dans un camion frigorifique à Calais. Ils sont sains et saufs. Plus...

Des migrants forcent l'entrée du port de Calais

France Une cinquantaine de migrants ont réussi à grimper à bord d'un ferry, perturbant le trafic des bateaux temporairement. Plus...

Migrants à Calais: réaliser le rêve anglais à tout prix

France La pression policière ne décourage pas les migrants vivant au nord de la France dans leur but de rejoindre le Royaume-Uni. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Braquage: La Poste renonce aux transports de fonds
Plus...