Paul Manafort dément avoir rencontré Assange

Etats-UnisL'ancien directeur de campagne de Donald Trump a démenti mardi avoir secrètement rencontré le fondateur de WikiLeaks Julian Assange.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Paul Manafort, ancien directeur de campagne de Donald Trump, a fermement démenti mardi avoir secrètement rencontré le fondateur de WikiLeaks Julian Assange à l'ambassade d'Equateur à Londres entre 2013 et le printemps 2016, à quelques mois de la présidentielle américaine, comme le rapporte le quotidien britannique The Guardian

«Cette histoire est totalement fausse et délibérément diffamatoire», a déclaré M. Manafort dans un communiqué. Il a affirmé n'avoir «jamais rencontré Julian Assange ou quiconque lié à lui», de même qu'il n'a «jamais été contacté par quelqu'un lié à WikiLeaks, directement ou indirectement», ou n'a «contacté Assange ou WikiLeaks pour quoi que ce soit».

Potentiellement explosives

Ces affirmations du quotidien britannique, potentiellement explosives, sont vagues sur les dates et ne précisent pas la raison des rencontres alléguées. Elles ont été vigoureusement démenties mardi par WikiLeaks, qui a publié en juillet 2016 des emails piratés par les Russes qui se sont révélés très embarrassants pour Hillary Clinton et son parti démocrate.

M. Manafort, un ancien lobbyiste de 69 ans reconnu coupable en août de fraude bancaire et fiscale par un tribunal fédéral américain, est dans le collimateur du procureur spécial Robert Mueller chargé de l'enquête russe, dont un volet porte sur des soupçons de collusion entre Moscou et l'équipe de campagne de M. Trump.

Paul Manafort, qui était lié à un parti politique pro-Russe en Ukraine et à un oligarque proche du Kremlin, se serait notamment entretenu avec Julian Assange en mars 2016, le mois même où il a rejoint l'équipe de campagne du milliardaire républicain dans sa course victorieuse à la Maison Blanche.

Le Guardian, se fondant sur des sources non identifiées, a indiqué ignorer la nature des échanges entre Paul Manafort et Julian Assange, réfugié depuis 2012 à l'ambassade d'Equateur à Londres, tout en affirmant que le timing de la troisième rencontre était susceptible d'intéresser le procureur Mueller.

«WikiLeaks est prêt à parier un million de dollars avec le Guardian et son rédacteur en chef que Manafort n'a jamais rencontré Assange», a démenti mardi l'organisation sur son compte Twitter.

WikiLeaks a publié en juillet 2016 des milliers de messages de responsables du parti démocrate contenant des secrets internes, ainsi que des messages piratés du chef de l'équipe de campagne d'Hillary Clinton, en octobre, à l'approche du scrutin présidentiel. Les démocrates suspectent l'équipe Trump, la Russie et WikiLeaks d'avoir conspiré pour faire pencher l'élection en faveur de l'actuel président.

Douze agents du renseignement russe ont été inculpés en juillet pour avoir piraté les ordinateurs du parti démocrate, avant vraisemblablement de transmettre à WikiLeaks une partie des documents volés.

Poursuivi sur plusieurs fronts, Paul Manafort a accepté en septembre de plaider coupable d'association de malfaiteurs contre les Etats-Unis et d'entrave à la justice, et de coopérer avec Robert Mueller dans l'enquête russe.

Mais l'ancien conseiller de l'ex-président ukrainien Viktor Ianoukovitch a enfreint cet accord de plaider-coupable en mentant à la police fédérale, selon un document de justice déposé lundi.

Trump attaque frontalement Mueller

Donald Trump a fait monter la pression d'un cran mardi dans l'enquête russe. Il s'en est pris au procureur indépendant Robert Mueller «devenu hors de contrôle» alors que celui-ci resserre l'étau sur les anciens collaborateurs du président américain.

Cet accès de colère intervient au lendemain de nouvelles accusations contre l'ex-directeur de campagne de M. Trump, Paul Manafort, déjà condamné pour association de malfaiteurs et obstruction à la justice. Lundi également, George Papadopoulos, éphémère conseiller diplomatique de M. Trump en 2016, a été incarcéré pour deux semaines après avoir été condamné pour avoir menti au FBI dans l'enquête russe. Il avait demandé sans succès un report de son incarcération.

«Mueller et sa bande de démocrates en colère ne regardent qu'un côté, pas l'autre. Attendez que soit révélée la façon horrible et vicieuse dont ils traitent les gens, ruinant leur vie parce qu'ils refusent de mentir», a tweeté M. Trump, qui a plusieurs fois accusé le procureur de partialité. Robert Mueller est «devenu hors de contrôle» et «fait un mal immense à notre système judiciaire», a-t-il jugé, dénonçant une nouvelle fois une «chasse aux sorcières».

Rapport «accablant»

Robert Mueller, ancien directeur respecté du FBI, est resté silencieux depuis le début de l'enquête qui a débouché sur une trentaine d'inculpations et plusieurs condamnations. Les nouvelles poursuites contre Paul Manafort pourraient lui permettre de boucler son enquête avec des accusations plus précises.

Au début du mois, M. Trump avait provoqué des inquiétudes sur une possible reprise en main de cette investigation, en limogeant son ministre de la Justice Jeff Sessions et en le remplaçant par Matthew Whitaker, qui a dans le passé critiqué l'étendue de l'enquête russe. (ats/nxp)

Créé: 27.11.2018, 15h46

Galerie photo

Articles en relation

Manafort a menti au FBI, selon le procureur spécial

Affaire russe L'ex-chef de campagne de Donald Trump a menti au FBI, enfreignant son accord avec la justice, selon Robert Mueller. Plus...

Trump a transmis ses réponses à Mueller

Enquête russe Le président américain a transmis ses réponses écrites au procureur spécial chargé de l'enquête russe. Plus...

L'enquête sur l'ingérence russe n'est pas assurée

Etats-Unis Des sénateurs ont tenté de protéger l'enquête sur l'ingérence russe du procureur Robert Mueller. Sans succès. Plus...

Tentative de calomnier le procureur spécial

Affaire russe Des individus auraient tenté de discréditer Mueller en payant des femmes pour qu'elles l'accusent d'agressions sexuelles. Plus...

L'ex-avocat de Trump coopère avec Mueller

Enquête russe Michael Cohen, l'ex-avocat de Donald Trump, a été interrogé plusieurs fois par l'équipe du procureur spécial dans l'affaire russe. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.