Opération terrestre pour sauver des otages de l'EI

IrakAlors que l'armée américaine privilégie les frappes aériennes, une attaque au sol pour libérer 70 personnes a coûté la vie à un soldat américain.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les forces américaines et kurdes ont pris d'assaut jeudi une prison du groupe terroriste Etat islamique (EI) dans le nord de l'Irak, libérant près de 70 prisonniers. Cette opération a coûté la vie à un combattant américain, le premier soldat à être tué au combat depuis l'engagement des Etats-Unis contre l'EI, en 2014.

Très tôt jeudi matin, les combattants kurdes et les forces spéciales américaines ont assailli une prison du groupe EI près de Hawijah, dans le nord de l'Irak. «Il y avait un danger imminent d'exécution de masse des otages», a justifié Peter Cook, porte-parole du Pentagone.

Blessé dans un échange de tirs

Les forces américaines, qui ont un mandat de conseil et d'assistance aux forces irakiennes, ont fourni des hélicoptères pour le transport des troupes menant l'assaut, a-t-il poursuivi.

Elles ont également «accompagné les peshmergas», les forces kurdes irakiennes, pendant l'attaque, a-t-il indiqué. Et c'est en accompagnant cet assaut qu'un soldat américain a été blessé dans des échanges des tirs. Il est décédé un peu plus tard, alors qu'il recevait des soins médicaux, a-t-il expliqué.

Il s'agit du premier Américain tué au combat depuis le lancement des opérations américaines contre l'EI en Irak en août 2014, a assuré un responsable de la Défense américain. Peter Cook a indiqué plus tard qu'il s'agissait du premier soldat des Etats-Unis mort en action en Irak depuis le retrait des troupes américaines de combat fin 2011.

Aucun des otages libérés ne serait kurde

Selon le Pentagone, «environ 70 otages ont été libérés» dans l'opération, «dont plus de 20 membres des forces de sécurité irakiennes».

Le bureau du chef du renseignement kurde Masrour Barzani a pour sa part évoqué la libération de 69 prisonniers, dont aucun ne serait Kurde, selon les premières informations.

Selon le responsable kurde, plus de 20 combattants du groupe Etat islamique ont été tués dans l'opération. Six djihadistes selon les Kurdes, cinq selon le Pentagone, ont également été capturés.

L'opération a permis de récupérer «du renseignement important», s'est également félicité le porte-parole du Pentagone.

Exécution collective annoncés

Un responsable de la coalition antidjihadiste dirigée par les Etats-Unis, a rapporté que les djihadistes avaient préparé des fosses communes. Ils avaient dit aux prisonniers «qu'ils les exécuteraient jeudi après les prières du matin», selon cette source.

Des résidents de la ville de Hawijah ont indiqué à l'AFP que plusieurs hélicoptères Chinook avaient participé au raid, tandis que des avions menaient des opérations de bombardement sur des barrages de l'EI.

Les responsables locaux de l'EI «ont tous disparu après le raid. Leurs bureaux sont fermés et personne ne sait où ils sont», a déclaré un habitant de Hawijah, parlant sous couvert d'anonymat.

Un autre résident a affirmé à l'AFP que le chef local de l'EI et un autre responsable avaient été faits prisonniers.

Opération terrestre: un cas «unique»

Les Etats-Unis ont déployé 3500 militaires en Irak, dans le cadre de l'opération «Détermination absolue» contre le groupe Etat islamique. Ils sont cantonnés à un rôle de formation, de conseil et d'assistance aux forces irakiennes.

L'opération de Hawijah marque une rupture avec le mode d'action habituel de la coalition, qui repose essentiellement sur des frappes aériennes.

Appliquant le principe du «pas de soldats sur le terrain» (no boots on the ground) décidé par le président Obama, les soldats américains en principe ne sortent pas des bases où ils sont assignés.

L'opération de jeudi, avec des soldats américains se retrouvant sous le feu de l'EI, présentait un caractère «unique», a reconnu le porte-parole du Pentagone.

Il s'agissait de «répondre à une demande d'assistance du gouvernement» régional du Kurdistan irakien, pour sauver des «otages» dont la vie était menacée, probablement de manière «imminente», a-t-il dit. «Les Etats-Unis ne sont pas dans une mission active de combat en Irak».

Un précédent en Syrie

Le feu vert pour l'opération a été donné par le secrétaire à la Défense Ashton Carter, et la Maison Blanche a été «notifiée», a indiqué le porte-parole du Pentagone.

Des forces spéciales américaines avaient déjà mené en mai une opération au sol en Syrie contre un responsable du groupe Etat islamique, Abou Sayyaf, qui avait été tué à cette occasion.

«Nous félicitons les soldats courageux qui ont participé à cette opération réussie, qui a permis de sauver beaucoup de vies», a déclaré jeudi le général Lloyd Austin, le chef des forces américaines au Moyen-Orient, dans un communiqué.

«Et nous pleurons la mort de l'un des nôtres, mort en soutenant ses camarades irakiens engagés dans un combat difficile», a-t-il ajouté.

(afp/nxp)

Créé: 23.10.2015, 07h14

Articles en relation

L'EI n'est pas seul à piller l'héritage archéologique

Syrie Les destructions de sites archéologiques en Syrie ne relèvent pas que du groupe Etat islamique (EI), indique une étude américaine. Plus...

La charia n'oblige pas les femmes à se voiler le visage

Pakistan Au Pakistan, le Conseil d'idéologie islamique s'est prononcé sur le port de la burqa. Une marque d'ouverture pour un pays conservateur. Plus...

Quatre suspects écroués après l'attentat d'Ankara

Truquie Le groupe Etat islamique reste le premier suspect pour les autorités turques. L’identité des personnes n'a pas été communiquée. Plus...

Un raid tue 40 combattants du groupe Etat islamique

Syrie 40 membres du groupe EI ont été tués lors d'un raid mené par des avions de l'armée syrienne ou russe. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.