Nouvelles manifestations contre Ivan Duque

ColombieLes Colombiens sont une fois de plus descendus dans la rue dimanche pour protester contre la politique du président de droite.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

De nouvelles manifestations ont eu lieu dimanche dans plusieurs villes de Colombie, à Bogota notamment, pour exiger du président de droite Ivan Duque une inflexion de sa politique, au onzième jour d'un mouvement social inhabituel dans ce pays d'Amérique latine.

La mobilisation, bien moindre qu'au premier jour de cet «arrêt national» le 21 novembre, a réuni plusieurs centaines de personnes dans la capitale, à Medellin (nord-ouest), Cali (sud-ouest) ou Popayan (sud-ouest), qui ont manifesté au son de «cacerolazos», des cuillers frappées sur des casseroles.

«Nous ne sommes pas l'arrière-cour des gringos» (surnom péjoratif des Américains) était l'un des slogans des protestataires à Popayan, selon une journaliste de l'AFP.

«Arrêt national»

À Bogota, plusieurs dizaines de manifestants indigènes étaient présents dans le cortège, qui a défilé dans un parc.

Par l'«arrêt national», ainsi que les leaders de la mobilisation l'ont baptisé, les manifestants veulent accroître la pression sur Ivan Duque, chef de l'État depuis à peine plus de 15 mois et contesté pour sa politique libérale.

Face à la grogne, Ivan Duque a lancé un «dialogue social». Mais il s'est réuni avec des élus avant de rencontrer les leaders du mouvement, ce qui a discrédité son initiative. «Nous entendons toutes les formes d'expression citoyenne, mais nous ne pouvons plus continuer à observer les pertes que subit l'économie», a-t-il prévenu dimanche matin lors d'une intervention dans le département de Guainia (sud-est).

Si les manifestations sont majoritairement pacifiques, elles ont toutefois fait quatre morts. Quelque 500 civils, policiers et militaires ont été blessés.

Guerre interne

Cette mobilisation contre le président, qui pâtit de 69% d'opinions défavorables, intervient dans une climat de crises socio-politiques, sans dénominateur commun, qui secouent l'Amérique latine.

Ivan Duque fait aussi les frais d'un mécontentement accumulé au fil des années, dans ce pays parmi les plus inégalitaires d'Amérique latine, mais réduit au silence par une guerre interne de plus d'un demi-siècle.

Enfin, les Colombiens ne semblent plus craindre de protester, à la faveur d'une baisse d'intensité du conflit civil dans certaines régions, dont les grandes villes, depuis la signature il y a trois ans de l'accord de paix avec les Farc, la plus ancienne guérilla de la région apparue en 1964. (afp/nxp)

Créé: 02.12.2019, 04h32

Articles en relation

Grandes manifestations en Colombie

Amérique latine Les protestataires colombiens restent mobilisés au 7e jour du mouvement contre le président Ivan Duque. Plus...

Nouvel appel à la grève en Colombie

Amérique latine Après un dialogue infructueux avec le président Duque mardi, un mouvement de grève doit avoir lieu mercredi en Colombie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...