Les socialistes réclament une stèle pour Milosevic

Serbie Des membres du parti de l’ancien président et du gouvernement cherchent à le réhabiliter.

Slobodan Milosevic, ancien président de Serbie, est considéré par une partie des Serbes comme innocent des crimes de guerre commis en Bosnie-Herzégovine dans les années 90.

Slobodan Milosevic, ancien président de Serbie, est considéré par une partie des Serbes comme innocent des crimes de guerre commis en Bosnie-Herzégovine dans les années 90. Image: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Slobodan Milosevic est innocent, clament depuis plusieurs jours des responsables politiques du Parti socialiste, le parti de Milosevic. Et pour cela, «il devrait avoir une rue [à son nom] et un monument dans Belgrade», a réclamé le vice-président Milutin Mrkonjic. Une demande qu’il a promis de réitérer aujourd’hui sur la tombe de Milosevic, à l’occasion de son anniversaire.

Ce n’est pas la première fois que des supporters de l’ancien dirigeant serbe réfutent les accusations de génocide et crimes contre l’humanité qui l’ont conduit devant le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie. Ils s’appuient cette fois sur un billet publié sur un blog pro-Milosevic et repris par le site de la chaîne d’information russe Russia Today. Selon l’auteur, un paragraphe du verdict contre l’ancien dirigeant des Serbes de Bosnie Radovan Karadzic, condamné en mars dernier pour génocide, exonère Slobodan Milosevic en stipulant qu’il n’est pas prouvé qu’il a participé à une «entreprise criminelle commune».

«Le TPIY a confirmé la légitimité de la politique de Milosevic», en a conclu le ministre socialiste du Travail, Aleksandar Vulin, tandis que le ministre des Affaires étrangères et président du Parti socialiste, Ivica Dacic, a ajouté que la Serbie était donc innocente des crimes commis en Bosnie-Herzégovine durant la guerre des années 90.

Sauf qu’il ne s’agit pas du procès de Milosevic (dont le verdict n’a jamais été prononcé suite à la mort de ce dernier dans sa cellule en mars 2006) et que l’ancien dirigeant serbe a été déclaré membre d’une «entreprise criminelle commune» dans d’autres procès. Le paragraphe suivant du verdict cité mentionne également l’aide logistique apporté par la Serbie et Milosevic aux forces serbes de Bosnie pour commettre ces crimes.

Pour Nemanja Stjepanovic, de l’Humanitarian Law Center, une ONG basée à Belgrade (HCL), les déclarations de ces responsables politiques ont deux buts: «nettoyer leur propre passé» et «légitimer les politiques de Milosevic». «Ils étaient membres de son parti pendant la guerre et veulent effacer cette tache», explique-t-il. Ivica Dacic a ainsi été porte-parole du Parti socialiste lorsqu’il était présidé par Milosevic. «En même temps, ils sentent que le contexte permet de revenir aux mêmes politiques», ajoute le chercheur.

Sur les réseaux sociaux, les internautes serbes ont réagi à ces déclarations en rappelant que les symboles existent déjà: les billets de 500 milliards de dinars imprimés lors de l’inflation de 1993, les 200 000 réfugiés serbes de Croatie, les pénuries et les bombardements de l’OTAN…

Mais Anita Mitic, directrice du bureau serbe de l’ONG Youth Initiative for Human Rights, s’inquiète du discours de justification ambiant et de son impact sur les plus jeunes. «Je suis née dans les années 90, j’ai vécu la guerre… Mais la nouvelle génération n’a pas cette expérience et ce qu’elle entend maintenant est ce qu’elle va retenir», craint la jeune femme.

«La position facile aujourd’hui en Serbie, c’est le nationalisme. Vous blâmez les autres pour tout tandis que vous protégez votre pays», décrit-elle. Un discours «identique» à celui des années 90 selon Nemanja Stjepanovic.

«Nous avons désespérément besoin d’un vrai débat sur le passé», réclame le chercheur. Et s’il doit y avoir un monument, qu’il soit «aux victimes enterrées dans les charniers de Serbie sur ordre de Milosevic».

(TDG)

Créé: 19.08.2016, 17h58

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La révolte des gilets jaunes
Plus...