Les municipales convoquées en décembre

VenezuelaLa Constituante a convoqué des municipales pour décembre jeudi tandis que 12 pays d'Amérique en appellent à l'ONU pour résoudre la crise.

Image d'illustration : le mot «dictature» taggé sur le trottoir à Caracas.

Image d'illustration : le mot «dictature» taggé sur le trottoir à Caracas. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'Assemblée constituante du Venezuela a approuvé jeudi un décret convoquant les élections municipales pour décembre. Le même jour, les ministres des Affaires étrangères de 12 pays d'Amérique demandaient à l'ONU son aide pour résoudre la crise qui secoue le pays.

Légalement, ces élections étaient prévues pour décembre, mais le président Nicolas Maduro avait annoncé qu'elles seraient décalées au premier trimestre 2018. Dans son décret de jeudi, la Constituante - uniquement composée de partisans du chef de l'Etat - ne précise pas la date exacte du scrutin.

Selon un expert électoral, Eugenio Martinez, le chavisme (du nom du défunt Hugo Chavez, président de 1999 à 2013) veut prolonger l'élan des régionales du 15 octobre, quand il a raflé 18 gouverneurs du pays contre seulement cinq pour la coalition d'opposition de la Table pour l'unité démocratique (MUD). «Il essaie aussi de profiter de la démobilisation de l'opposition», a expliqué M. Martinez à l'AFP.

Crise

La victoire du camp présidentiel - marquée par une forte abstention des opposants, qui ont dénoncé des irrégularités - a provoqué une crise au sein de la MUD. Ses divisions ont éclaté au grand jour quand quatre de ses cinq gouverneurs élus ont prêté serment devant la Constituante, que l'opposition ne reconnaît pas.

Le président Maduro avait posé comme condition aux gouverneurs de se soumettre à cette assemblée pour pouvoir exercer leurs fonctions. Seul Juan Pablo Guanipa, vainqueur dans l'Etat de Zulia, a refusé de le faire: jeudi le conseil législatif a déclaré son poste vacant et, dans la foulée, a convoqué de nouvelles élections dans cet Etat pour décembre. Actuellement, le parti socialiste au pouvoir détient 242 des 337 mairies du pays, l'opposition 76, le reste étant aux mains de groupes indépendants.

Inquiétudes

Réunis jeudi à Toronto, les ministres des Affaires étrangères de douze pays d'Amérique ont demandé à l'ONU de s'impliquer pour aider à résoudre la crise au Venezuela et sanctionner les violations des droits de l'Homme, selon une déclaration conjointe.

Dans ce communiqué, le «groupe de Lima», regroupant l'Argentine, le Brésil, le Canada, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, le Guatemala, le Honduras, le Mexique, le Panama, le Paraguay et le Pérou, «demande au Secrétaire général et aux Nations unies de contribuer à gérer la crise et les violations continues des droits de l'homme».

Les ministres des Affaires étrangères du Canada, Chrystia Freeland, et du Pérou, Ricardo Luna, ont été désignés pour aller rencontrer le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres. Ils sont chargés de lui transmettre l'inquiétude du groupe de Lima face à la crise économique, politique et humanitaire que traverse le Venezuela.

Appel au dialogue

Dans leur déclaration conjointe, les douze pays dénoncent la façon dont se sont déroulées les élections régionales du 15 octobre, avec «des actes d'intimidation, de la manipulation, de contrainte sociale et de conditionnement du vote, en autres irrégularités».

Le groupe de Lima appelle par ailleurs l'opposition à «maintenir son unité, en offrant un front commun avec un programme, une condition indispensable pour trouver une solution à la crise vénézuélienne». Il plaide pour un dialogue entre les deux camps, sous médiation internationale.

La réunion de Toronto était la troisième depuis la formation de ce groupe de pays en août. Leur prochain rassemblement aura lieu au Chili en janvier 2018. (ats/nxp)

Créé: 27.10.2017, 05h22

Articles en relation

Maduro renforcé face à une opposition divisée

Venezuela L'opposant historique Henrique Capriles a claqué la porte de son parti mardi, appelant à plus de fermeté face à Nicolas Maduro. Plus...

Quatre opposants acceptent l'investiture

Venezuela Quatre des cinq gouverneurs d'opposition, élus aux régionales, ont accepté d'être investis par la Constituante qu'ils disent ne pas reconnaître. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mugabe démissionne
Plus...