Les bikers patriotes de Poutine, un phénomène russe

MoscouPour une partie de la population, Alexander Zaldostanov, le chef des Loups de la nuit, est un héros moderne. Portrait.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

À Moscou, Alexander Zaldostanov est une star. Entre autres raisons, parce que son club de motards, les Loups de la nuit, s’est engagé très tôt pour le retour de la Crimée au sein de la Fédération de Russie. Son patriotisme savamment mis en scène à travers des défilés et des shows lui vaut d’être considéré comme «un héros moderne» par une grande partie de la population.

Aux États-Unis et au Canada, où les autorités l’ont mis sur la liste noire des personnalités russes frappées par les sanctions décidées après les événements survenus en Ukraine, c’est une autre histoire. Il lui est reproché d’avoir cofondé et soutenu le mouvement «anti-Maidan». Pour le Trésor américain, c’est un criminel. «Les Loups de la nuit ont été étroitement liés aux services spéciaux russes. Ils ont aidé à recruter des combattants séparatistes pour Donetsk et Louhansk», a affirmé Washington dans un communiqué publié le 19 décembre 2014. Alexander Zaldostanov, lui, vit cette mise au ban comme une consécration.

Embarrassés par la popularité de ce tribun motorisé, défenseur exalté de l’église orthodoxe et de la grande Russie, les Européens ne souhaitent pas non plus le voir débarouler à leur frontière. En mai 2015, la Pologne lui interdit l’accès à son territoire alors que son groupe de bikers tente de rallier Berlin pour les célébrations de la victoire soviétique sur l’Allemagne nazie. Alexander Zaldostanov fait peur. Avec son physique de gladiateur et son regard perçant, il impressionne. Pas besoin d’être un expert pour deviner que le quinquagénaire (55 ans) continue à soulever de la fonte régulièrement pour entretenir ses biceps et ses abdos.

Bikers et tisanes

Mais résumer la personnalité de ce biker iconoclaste, ami de Poutine et de Ramzan Kadyrov – le président Tchétchène – à ses muscles serait une erreur. Les Russes eux-mêmes le considèrent comme un «phénomène de société». Anna, une étudiante qui s’est immergée dans la vie de ce club de bikers créé au début des années 90 s’apprête à publier une thèse sur les Loups de la nuit. «Leur philosophie est la défense de la nation russe, le renforcement des racines orthodoxes et la préservation de l’union avec les peuples frères», explique-t-elle.

S’ils sont organisés sur le modèle des Hells Angels, des Bandidos ou des Outlaws, la comparaison s’arrête là. Alexander Zaldostanov est plutôt infusions, tisanes et sirop de baies. Le côté mauvais garçon des gangs de bikers qui sévissent en Europe et en Amérique du Nord, ce n’est pas son truc. Les membres des Loups de la nuit, environ 5000 motards répartis à travers toute la Russie, sont soumis à une discipline de fer. Parmi eux, beaucoup d’anciens militaires mais aussi des hommes d’affaires, des architectes, et même un prêtre orthodoxe. Le motard Eric Lobo, qui a écrit plusieurs ouvrages sur ses périples à travers l’Europe de l’Est, connaît bien les Loups de la nuit. «Pour comprendre ce qu’ils représentent, il faut être russe», explique-t-il. La fascination du public repose en partie sur la personnalité hors du commun d’Alexander Zaldostanov.

Célébrations de la grandeur

Il y a quelque chose qui relève de l’engagement mystique dans «le combat pour les valeurs russes» que mène cet ancien chirurgien-dentiste que rien ne prédestinait à un tel parcours. «C’est Dieu qui m’a guidé», explique-t-il. La révélation lui est venue après l’effondrement du bloc soviétique lorsqu’il a vu, dit-il, «les rats quitter le navire». Son parcours est peu ordinaire. Alexander Zaldostanov a fréquenté les milieux underground de Berlin-Ouest et le district de Kreuzberg, bastion de la contre-culture. Il aurait pu continuer une brillante carrière de chirurgien-dentiste en écoutant du rock metal.

Aujourd’hui, il est l’un des symboles de cette Russie poutinienne fière de son histoire. Les deux hommes se vouent d’ailleurs une estime réciproque. Le chef du Kremlin ne rate aucune occasion de s’afficher aux côtés du chef des Loups de la nuit, décoré à plusieurs reprises. Sa popularité, il ne le doit pas seulement à ses tirades nationalistes. Il le doit aussi à son sens du spectacle.

Depuis 2003, il met en scène un conte de Noël pour enfants. L’homme a un vrai talent pour séduire les foules en racontant des histoires rehaussées à coups d’effets pyrotechniques et d’apparitions de machines infernales. Tout cela en musique, avec danseurs et cascadeurs. Depuis le 4 janvier, les familles moscovites font la queue pour assister aux représentations données au Bike Center, siège du club des Loups de la nuit, situé dans la banlieue sud-ouest de Moscou. Le public n’a d’yeux que pour Alexander Zaldostanov, qui se livre chaque soir pendant plus d’une heure au rituel des photos et des autographes. Approcher ce solide gaillard n’est pas toujours facile. La présence de deux à trois gardes du corps en permanence à ses côtés rappelle qu’il a aussi des ennemis. Même s’ils ne frayent pas dans les mêmes eaux, les «vrais» gangs de motards, eux, n’aiment pas cette concurrence. Ces dernières années, deux membres des Loups de la nuit sont tombés sous les balles de clubs rivaux. Le soutien affiché d’Alexander Zaldostanov à Vladimir Poutine ne lui vaut pas, non plus, que des amis.

À l’écart des activités criminelles traditionnelles

«C’est un club de motards typiquement russe», confirme Stéphane Quéré. Le criminologue qui enseigne à l’Institut de criminologie et d’analyse en menaces criminelles contemporaines à Paris II suit depuis plusieurs années les activités des gangs de bikers (1). Il est formel. Les Loups de la nuit ne sont pas, à cette heure, impliqués dans des activités criminelles telles que le trafic de drogue, la prostitution ou même le trafic d’armes. «Alexander Zaldostanov a demandé à tous les membres de son club de se tenir à distance des groupes de bikers qui revendiquent le sigle 1% ou 666, attestant d’activités hors-la-loi», confirme Eric Lobo, qui a écrit plusieurs ouvrages (2) sur ses périples en Harley à travers l’Europe. «Les Loups de la nuit ont même essayé de faire passer une législation pour faire interdire les autres groupes de motards en Russie», ajoute Stéphane Quéré, qui compare plutôt ce club de bikers à «une milice patriotique». Les Loups de la nuit peuvent-ils essaimer à travers toute l’Europe? Des motards de toutes nationalités affirment se reconnaître dans les Loups de la nuit. Alexander Zaldostanov affirme avoir des fans jusqu’aux États-Unis. En Suisse, ils sont déjà quelques-uns de recensés prêts à porter les couleurs du club de bikers russes. À la concession Harley-Davidson de Genève, installée dans la zone d’activité de Plan-les-Ouates, le directeur, Laurent Blanc, n’en a pas encore vu. Pour Stéphane Quéré, il ne fait aucun doute qu’un développement des Loups de la nuit entraînerait des rivalités avec les Bandidos et les Hells Angels. Le criminologue a d’ailleurs observé une tendance allant vers un rapprochement des deux principaux gangs de bikers pour résister à l’apparition de nombreux petits groupes de bikers. Une atomisation qui surfe en partie sur la vague nationaliste. L’Allemagne a vu dernièrement l’apparition d’un groupe de bikers pro-Erdogan. A.J.

(1) Les bandes criminelles, François Haut, Stéphane Quéré; Presses Universitaires de France - P.U.F. (2) Arctic Dream – Au bout du monde à moto, Eric Lobo; Éditions Old Skull (TDG)

Créé: 21.01.2018, 19h37

Articles en relation

Une nuit enflammée dans la tanière des Loups de Vladimir Poutine

Reportage Récit d’une rencontre insolite avec le chef des Loups de la nuit, Alexandre Zaldostanov, icône moderne d’un nationalisme pétri de nostalgie, gorgé de la fierté retrouvée et gardien de l’Église orthodoxe. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Weinstein inculpé
Plus...