Les Vénézuéliens se ruent au Pérou

MigrationsLes Vénézuéliens ont entamé une course contre la montre pour migrer vers le Pérou avant un durcissement des conditions d'accueil.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des milliers de Vénézuéliens fuyant leur pays tentaient vendredi d'atteindre la frontière péruvienne, la veille d'un durcissement des conditions d'entrée dans ce pays. L'Amérique latine tente de contenir la plus grande crise migratoire qu'ait connue la région.

Les Nations unies évaluent à 2,3 millions le nombre de personnes ayant préféré partir ces dernières années pour échapper à la misère au Venezuela, soit 7,5% de sa population de 30,6 millions, selon le dernier recensement.

Confronté à cet afflux, le Pérou va exiger des ressortissants vénézuéliens un passeport à partir de samedi. Jusqu'à présent, une carte d'identité suffisait. L'Equateur, pays de transit pour nombre de ces migrants cherchant à se rendre au Pérou, au Chili ou en Argentine, a mis en place une mesure similaire samedi dernier.

Le rythme des arrivées à la frontière péruvienne, jusqu'ici de 2500 à 3000 réfugiés par jour, selon les services d'immigration, devrait s'accélérer. Le Pérou, qui enregistre une croissance économique parmi les plus élevées de la région, s'attend à accueillir 100'000 réfugiés vénézuéliens dans les prochaines semaines, ce qui portera leur total à un demi-million.

Parcours du combattant

Dans cette zone au climat tropical à un millier de kilomètres de Lima, l'église catholique distribue aux migrants leur premier repas chaud depuis plusieurs jours. Nombre d'entre eux sont arrivés à pied. Partis du Venezuela début août, ils ont accéléré le pas pour atteindre la frontière avant ce week-end.

La décision du Pérou et de l'Equateur d'exiger un passeport revient à fermer la porte au nez de nombre de Vénézuéliens, car obtenir un passeport dans ce pays est devenu un parcours du combattant en raison de la crise économique et de la pénurie généralisée, qui affecte aussi le papier servant à imprimer les documents officiels.

Deux agences des Nations unies, le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), ont appelé jeudi les pays latino-américains à continuer d'accueillir les réfugiés vénézuéliens, dénonçant les nouvelles exigences aux frontières mises en place par Lima et Quito.

«Meilleur contrôle»

«Personne ne parle de fermer la frontière, il s'agit d'exercer un meilleur contrôle migratoire pour des raisons de sécurité. 80% des Vénézuéliens qui arrivent au Pérou ont leur passeport», s'est défendu le ministre péruvien de l'Intérieur Mauro Medina.

Les Vénézuéliens sont étranglés par la crise économique: l'inflation pourrait atteindre 1'000'000% fin 2018 selon le Fonds monétaire international, et le PIB devrait s'effondrer de 18%. Du coup, des millions de personnes ont préféré émigrer ces dernières années.

Région sous tension

L'exode des Vénézuéliens, mais aussi des Nicaraguayens fuyant la crise politique, met toute la région sous tension, comme l'ont montré les violences du week-end dernier à la frontière brésilienne contre des migrants vénézuéliens.

Pour protester contre «le manque de volonté» de Caracas de régler la crise migratoire, Quito a annoncé jeudi son retrait de l'Alliance bolivarienne pour les Amériques (Alba), une union régionale créée en 2004 à l'initiative du Venezuela et de Cuba. (afp/nxp)

Créé: 24.08.2018, 04h12

L'Equateur se retire de l'Alba

L'Equateur a annoncé jeudi qu'il quittait l'Alliance bolivarienne pour les Amériques (Alba), union régionale créée en 2004 à l'initiative du Venezuela et de Cuba, pour protester contre «le manque de volonté» de Caracas de régler la crise migratoire actuelle.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...