Le petit génie des échecs bangladais restera en France

ClandestinFrançois Fillon avait promis de se pencher sur le dossier. C'est fait, la préfecture du Val-de-Marne a délivré un titre de séjour au père du prodige, qui normalise ainsi la situation de Nura Alam et son fils.

Fahim Alam et son père Nura Alam.

Fahim Alam et son père Nura Alam. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Arrivé clandestinement en France depuis le Bangladesh avec son père en 2008, le petit prodige des échecs Fahim Alam, âgé bientôt de 12 ans et menacé d'expulsion, va pouvoir rester en France où il vient d'être sacré champion national.

Mon père a eu une carte de trois mois pour travailler, voilà, je suis content, je suis heureux», a déclaré Fahim Alam devant la presse après une audience à la préfecture du Val-de-Marne, près de Paris.

Nura Alam s'est vu remettre un récépissé de demande de titre de séjour qui régularise sa situation pour trois mois et rend possible celle de son fils, à qui la fédération française d'échecs avait indiqué qu'elle n'attendait que la normalisation de sa situation pour l'intégrer à l'équipe de France.

Fahim peut continuer de rêver de marcher dans les pas de son héros Alexandre Alekhine (1892-1946).

«Je suis heureux»

Cette légende du jeu, que seule la mort a privé d'un titre de champion du monde remporté une vingtaine de fois, avait fui la Russie soviétique en 1921.

Sa terre d'adoption? La France qui lui offrait la citoyenneté en 1927.

Après avoir passé des années à se cacher, Fahim entre en pleine lumière: en août, ce seront les championnats d'Europe des jeunes à Prague, puis en novembre les Mondiaux à Maribor (Slovénie).

«Je suis heureux», a simplement commenté le père, Nura Alam, qui, quand il avait entamé la formation de son fils de six ans, avait très vite décelé son don.

«A sept ans je participe à mon premier tournoi (ndlr: au Bangladesh), je termine 7e», raconte Fahim, qui s'exprime dans un français parfait, quatre ans après son arrivée clandestine dans le pays.

Le père décide d'écumer les tournois en Inde, où il se rend en car, pour faire progresser son fils autant que pour le faire remarquer.

Mais au pays, le père, pompier de formation, affirme être la cible de menaces. Selon le réseau éducation sans frontière (RESF), au Bangladesh, Nura Alam est «victime de persécutions, en raison de son appartenance politique».

«Je pense qu'on était menacé par jalousie, je ne sais pas pourquoi», dit Fahim, elliptique sur le sujet. Nura décide de quitter le Bangladesh, en emmenant Fahim mais en y laissant sa femme, un autre fils et une fille.

Promesse de Fillon

Destination choisie après une nouvelle escale indienne, la Hongrie, où il se rend avec un faux passeport.

Il y aligne son fils à un prestigieux tournoi, le First Saturday: «J'ai battu le premier du tournoi», dit fièrement Fahim.

«Un ami de mon père nous a dit qu'on pouvait mieux s'entraîner en France», raconte l'adolescent.

Ils reprennent la route et contactent la fédération d'échecs qui leur conseille de s'installer à Créteil, siège de l'un des meilleurs clubs formateurs de la région parisienne.

Ils logent chez des membres du club ou dans un foyer de l'association France Terre d'asile. Fahim est scolarisé, se fait «beaucoup d'amis», devient bon élève. Lui et son père reçoivent le soutien d'associations et du petit monde des échecs.

En pleine campagne présidentielle, le Premier ministre promet d'examiner avec attention la situation du jeune prodige, menacé d'expulsion avec son père.

Dans l'attente d'un titre de séjour plus durable, le maire socialiste de Créteil Laurent Cathala, a déjà promis de les loger et de trouver un travail au père, comme agent de sécurité. (afp/nxp)

Créé: 11.05.2012, 20h37

Articles en relation

Onze ans, champion de France d’échecs et menacé d’expulsion

France Fahim Alam, récemment sacré champion de France d’échecs des moins de 12 ans, est menacé d’expulsion. François Fillon a promis de «regarder avec la plus grande attention», la situation de cet enfant bangladais. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un arbre s'abat au cimetière des Rois
Plus...