Le créateur de «Call of Duty» engagé par des experts américains

ArméeLe créateur du jeu vidéo à succès a été embauché par un groupe d'écrivains et de producteurs chargés de plancher sur la guerre du XXIe siècle.

Le jeu «Call of Duty» a rapporté des milliards de dollars.

Le jeu «Call of Duty» a rapporté des milliards de dollars.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La franchise de jeux à succès de Dave Anthony a rapporté des milliards de dollars de revenus.

L'initiative du centre de réflexion Atlantic Council, baptisée «projet sur l'art de la guerre du futur», va débuter la semaine prochaine. Elle est née quand Steven Grundman, un ancien du Pentagone aujourd'hui membre de l'Atlantic Council, a été très impressionné par le scénario du jeu vidéo auquel jouait son fils.

Ce jeu n'était autre que le dernier opus de la série «Call of Duty», baptisé «Black ops II» («Opérations clandestines II»). L'action se déroule en 2025 durant une nouvelle guerre froide, opposant cette fois les Etats-Unis et la Chine.

«Il a été bluffé par le réalisme avec lequel ce jeu décrivait un conflit du futur», raconte Dave Anthony. Pour mettre au point cette histoire, Dave Anthony avait réuni un groupe éclectique réunissant notamment un scénariste, un auteur et un officier des marines à la retraite.

Scénarios déjà existants

«Vous mettez tout le monde dans une pièce et toutes les sensibilités différentes se rassemblent. Cette combinaison était fascinante. J'aimerais amener à Washington ce type de réflexion de groupe», raconte encore Dave Anthony depuis sa maison de Bel Air, en Californie.

Le Britannique de 41 ans note qu'un certain nombre de scénarios, livres ou films existent déjà, qui dessinent les contours des menaces auxquelles les Etats-Unis pourraient avoir à faire face dans un avenir plus ou moins proche.

«Le problème ne vient pas du fait que l'on ne sait pas à quoi s'attendre. Le problème est que l'on ne s'y prépare pas. Et le gouvernement n'est pas prêt à s'y préparer. C'est cet aspect-là que je veux examiner», ajoute Dave Anthony.

«Les réponses en général sont: 'Nous n'avons pas d'argent pour cela', ou 'On ne peut pas prévoir ce qui va se passer à l'avenir, donc pourquoi s'en soucier'. C'est cela que je veux changer», note-t-il.

«Nouvelles voies»

L'Atlantic Council dit de son côté être allé chercher Dave Anthony, car les responsables de la sécurité nationale ne sont pas en mesure de suivre le rythme frénétique des changements qui secouent le monde, et de «nouvelles voies» sont nécessaires.

«Ecrivains, producteurs et autres artistes (...) peuvent poser des questions différentes qui bouleversent les présomptions et la manière habituelle dont on traite les problèmes de sécurité nationale actuellement», note l'Atlantic Council dans un communiqué.

Et plutôt que de faire de banales présentations de tableaux «PowerPoint» avec un rétroprojecteur, comme c'est souvent la norme dans les groupes de réflexion, Dave Anthony va montrer des vidéos léchées pour le lancement du groupe mardi à Washington.

L'une d'entre elles proposera aux spectateurs de réfléchir à une attaque contre Las Vegas similaire à celle de Bombay en 2008, où une douzaine d'islamistes avaient mené une opération de guérilla-suicide en pleine ville, tuant plus de 160 personnes et en blessant au moins 300.

Prendre des risques

Pour Dave Anthony, le plus grand danger que courent le gouvernement et les militaires américains, c'est de refuser de prendre des risques. «Le problème est que la prochaine attaque a beaucoup de chances de ne pas ressembler à la précédente», estime-t-il.

Alors que les Etats-Unis bombardent les positions du groupe Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie, leurs représailles éventuelles ne viendront pas de manière conventionnelle, dit-il encore.

«La crainte serait que vous avez peut-être 100 militants de l'EI dans le pays aujourd'hui, et ils pourraient s'allier pour attaquer tous ensemble une cible facile. Je pense que ce sera le prochain 11 septembre», envisage-t-il.

Et il est temps de se préparer pour de tels scénarios. «Pourquoi se cacher la tête dans le sable et affirmer que cela n'arrivera pas sur le sol américain? Que peut-on faire à propos de cela dès aujourd'hui?», conclut-il. (ats/nxp)

Créé: 29.09.2014, 07h06

Galerie photo

«Call of Duty: Ghosts»

«Call of Duty: Ghosts» Très attendu par les joueurs, «Call of Duty: Ghosts» sort mardi 5 novembre, dévoilant une Amérique en proie au chaos et à la guerre.

Articles en relation

«Call of Duty: Ghosts» rafle un milliard en un jour

Jeux vidéo L’éditeur de américain Activision Blizzard a annoncé mercredi avoir vendu en une journée pour un milliard de dollars de copies de son nouveau titre «Call of Duty: Ghosts». Plus...

«Call of Duty: Ghosts» s’apprête à faire un carton

Jeux vidéo Très attendu par les joueurs, «Call of Duty: Ghosts» sort mardi 5 novembre, dévoilant une Amérique en proie au chaos et à la guerre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...